Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Economie

Le “made in France” version Cantona se fait censurer en Angleterre

© Capture d'écran - YouTube

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 12/02/2014

Une publicité pour une célèbre bière française mettant en scène l'ex-footballeur Éric Cantona a été interdite de diffusion en Grande-Bretagne. Elle suggère à tort, d’après le CSA britannique, que la boisson serait brassée en Alsace.

N’est pas Arnaud Montebourg qui veut. L’ex-star de football Éric Cantona s’est essayé à la promotion du “made in France” dans une publicité à destination du public anglais. Résultat : il s’est fait retoquer par l’équivalent britannique du CSA pour publicité mensongère et le clip a été interdit de diffusion dans la perfide Albion, rapporte, mercredi 12 février, la presse britannique.

Dans la publicité controversée, l’ancien “king” de Manchester United vante les racines alsaciennes de la 1664, l’une des bières phares de la marque Kronenbourg. Sur la musique de “We are the champions” de Queens, l’as du ballon rond et de la formule alambiquée assure qu’en Alsace les brasseurs sont “des légendes, comme les footballeurs en Angleterre”. Une manière d’insinuer que cette bière est toujours brassée en France. Un message renforcé par les images montrant des fermiers qui s’activent à ramasser du houblon. Dans la déclinaison papier de cette publicité, le slogan affirme que la 1664 utilise toujours le “houblon aromatique Strisselspalt" (alsacien) et les publicitaires ont cru malin d'ajouter “si vous trouvez bière française ayant un meilleur goût, nous mangeons notre béret”.

"Intrinsèquement français" ?

L’autorité anglaise de surveillance (ASA) en a avalé sa mousse de travers. La 1664 de Kronenbourg vendue aux Britanniques est, en effet, brassée à Manchester, en terre on ne peut plus anglaise. La marque française ne le nie d’ailleurs pas puisqu’une mention apparaît dans la version télévisée et papier. Mais les caractères étaient probablement un peu petits pour satisfaire les gendarmes de la publicité. “Nous avons certes noté dans la documentation fournie que le houblon Strisselspalt utilisé par Heineken [qui a la licence pour produire la 1664 au Royaume-Uni, NDLR] venait d’Alsace, mais nous avons également noté qu’il ne constituait pas la part majoritaire du houblon dans la recette et, de ce fait, la publicité est trompeuse”, affirme l’ASA.

Heineken et Kronenbourg ont tenté de défendre leur publicité et Éric Cantona. “Kronenbourg 1664 est une bière intrinsèquement française”, assure ainsi Heineken, rappelant qu’elle avait été brassée pour la première fois en Alsace en 1952. De son côté, les brasseries Kronenbourg, rachetées en 2008 par le groupe danois Carlsberg, soulignent que la 1664 est “la bière française la plus vendue dans le monde”.

Ces arguments n’ont pas ému l’ASA qui a maintenu son interdiction. L’histoire ne dit pas si face au rappel de la qualité britannique de la 1664 vendue en terre anglaise, Éric Cantona en a mangé son béret.

Première publication : 12/02/2014

  • PROCHE-ORIENT

    Publicité : les bulles israéliennes de Scarlett Johansson font polémique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Eric Cantona veut faire du logement la question prioritaire de la campagne présidentielle

    En savoir plus

  • FRANCE

    Verdict ce mardi pour la "révolution par les banques" d'Éric Cantona

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)