Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

Afrique

"L'opération Sangaris a désamorcé la bombe" en Centrafrique

© AFP

Vidéo par Catherine NORRIS TRENT , Sylvain ROUSSEAU

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 13/02/2014

Deux mois après le début de l'opération Sangaris, Roland Marchal, chercheur au CNRS, ne veut pas parler d'échec. Mais il n'envisage pas de sortie de crise sans une ambition politique et un soutien économique qui tardent à arriver.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, était en visite à Bangui, mercredi 12 février, deux mois après le lancement de l'opération Sangaris en Centrafrique. Les soldats français poursuivent leurs opérations de désarmement dans le pays où les violences entre chrétiens et musulmans sont quotidiennes.

Selon Roland Marchal, chargé de recherche au CNRS, l'intervention française et africaine en Centrafrique, bien que tardive, ne peut pas être qualifiée d'échec. Il s'interroge sur le départ massif des populations musulmanes et ne voit pas de sortie de crise sans accompagnement politique et économique, toujours quasi inexistants.

FRANCE 24 : Deux mois après le début de l'intervention, l'opération Sangaris peut-elle être qualifiée d'échec ?

Roland Marchal : On ne peut pas parler d'échec. Les violences que l'on observe aujourd'hui auraient été encore plus massives et sanglantes s'il n'y avait pas eu d'intervention – dont il faut d'ailleurs rappeler la dimension internationale et pas que française. Certes, elle n'a pas réussi à tout contenir mais elle a désamorcé la bombe et réduit un peu la violence, qui de toute façon aurait éclaté.

Il y a des éléments de normalisation, il y a moins de morts qu'il y a un mois mais la violence persiste et la situation reste dramatique. Il y a un potentiel criminel assez paradoxal dans une ville où patrouillent des milliers de soldats étrangers.

Ce que l'on peut en revanche reprocher à la France et aux troupes africaines, c'est d'être intervenus aussi tard. Des questions doivent être posées et des leçons tirées : la Micopax, ancêtre de la Misca, a dysfonctionné bien avant la prise de Bangui par la Séléka, en décembre 2012. Cela a empiré ensuite. Les Français ont accepté que cela continue sans rien faire.

Les militaires français sont en train recentrer leur action sur les milices de défense anti-balaka, qui s'en sont pris aux musulmans ces dernières semaines. Est-ce une bonne chose ? Ne se dirige-t-on pas vers une Centrafrique sans musulmans ?

Les déclarations du général français Soriano [qui a affirmé que les anti-balaka étaient des "ennemis de la paix" et qui a promis de les traiter comme des "bandits", NDLR] sont bienvenues mais je regrette qu'elles n'aient pas eu lieu au moment de Noël. La posture militaire contre ces milices aurait dû être plus forte d'emblée. Sur ce point, il faudra tirer le bilan de la stratégie de l'opération Sangaris, polarisée sur la Séléka en oubliant la dimension politique des milices anti-balaka.

Une Centrafrique sans musulmans me paraissait totalement absurde jusqu'à il y a peu. Mais ce que j'entends de mes amis musulmans, c'est qu'il s'agit d'une revendication de plus en plus forte de la population. Et je dois admettre que je ne comprends pas.

Cela me rappelle ce qui s'était passé en Ouganda dans les années 1970, lorsqu'Idi Amin Dada avait expulsé les Indiens et les Pakistanais. Une décision saluée alors par le peuple mais qui avait ruiné l'économie. En Centrafrique, le départ des musulmans a largement été acté par les anti-Balaka et non par une politique d'État. Mais des pans entiers de l'économie étaient gérés par les musulmans. À Bangui, il n'y a désormais plus de viande, d'oignon ou d'ail car c'étaient des marchands musulmans qui se chargeaient de l'acheminement, notamment depuis le Cameroun, et de la vente de ces produits.

Une fois l'urgence passée, il aurait fallu, dès la fin décembre, des actions politiques, économiques, même symboliques, dans le nord-est, région d'origine de la Séléka, pour dire aux populations : 'Vous faites partie de la Centrafrique et vous serez associées à sa reconstruction'. Cela n'a pas été fait et c'est inacceptable. L'ambassadeur de France n'est pas allé lancer de projets en dehors de Bangui. On a nommé des ministres Séléka qui perçoivent leur traitement et ne font eux-même rien pour leur région d'origine.

Comment envisager une sortie de crise en Centrafrique ?

Mis à part des beaux discours, la France, l'Union européenne, les États-Unis ou encore les Nations unies ne font rien. On parvient à trouver plusieurs centaines de millions d'euros pour financer l'opération militaire et on peine à en rassembler quelques dizaines pour la reconstruction économique du pays. Or, c'est au travers de l'économie que l'on montrera aux communautés qu'elles ont besoin les unes des autres.

De plus, il faut qu'il y ait un engagement de la part des autorités centrafricaines. La nouvelle présidente, Catherine Samba-Panza est intelligente et semble avoir une vision mais son gouvernement est en-deçà de ce que l'on pouvait espérer. À Sibut [ville située à 180 km au nord de Bangui, passée sous le contrôle d'ex-rebelles de la Séléka fin décembre 2013, NDLR], aucun ministre centrafricain ne s'est déplacé ! Ni le ministre de la Défense, ni celui de la Sécurité ou encore de la Réconciliation. Ce sont les soldats de l'opération Sangaris et de la Misca qui ont dû gérer la situation.

On pourra toujours envoyer des soldats supplémentaires financer – on sait le faire – une force de maintien de la paix de l'ONU [comme le demande la présidente centrafricaine, NDLR]. Tout cela n'a de sens que s'il y a une volonté politique forte venue de Centrafrique dans le sens de la réconciliation. Les Centrafricains doivent être acteurs de cette sortie de crise et peut-être qu'avec des actions très concrètes, on arrivera à faire revenir les musulmans.

Première publication : 12/02/2014

  • SUR FRANCE 24

    La Centrafrique face à "un nettoyage ethno-religieux massif"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Les anti-balakas, "ennemis de la paix" selon le commandant des forces françaises

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    L’armée centrafricaine lynche à mort un jeune homme à Bangui

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)