Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

EUROPE

Émeutes place Taksim : une étudiante française porte plainte contre Ankara

© Hurriyet

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/02/2014

Elisa Couvert, une étudiante française, porte plainte contre le gouvernement turc pour l'arrestation arbitraire, lors des émeutes de juin dernier, et les conditions de détention difficiles dont elle a été victime. Récit.

Étudier en Turquie et être "traitée comme une terroriste". C'est le triste sort qu'a connu Elisa Couvert, une Française de 24 ans, qui a depuis porté plainte devant la Haute Cour criminelle d'Istanbul pour détention arbitraire et entrave à la liberté. Elle réclame 50 000 livres turques (16 000 euros) de dommages au ministère des Finances pour violation  de ses droits durant sa période de détention. 

L'histoire, que relate le quotidien turc "Hurriyet" dans son édition du mercredi 12 février, remonte au 11 juin 2013 dernier. Ce jour-là, des dizaines de policiers anti-émeute ont repris le contrôle de la place Taksim à Istanbul, siège du mouvement de protestation antigouvernementale, qui secoue la Turquie depuis 12 jours. 

Alors que les policiers faisait un usage massif de gaz lacrymogènes, Elisa Couvert a tenté d'y échapper en se réfugiant au siège du Parti de la démocratie socialiste (SDP), une formation active dans la résistance populaire. Elle est alors arrêtée, avec une dizaine d'autres personnes, et placée en détention pendant quatre jours. 

Conditions de détention difficiles

Au cours de son interrogatoire, la jeune Française estime avoir été traitée "comme une terroriste". Elle est questionnée sur sa relation avec le SDP et a également été accusée d'être un espion français. Venue étudier à l'université de Galatasaray il y a deux ans dans le cadre d'un programme Erasmus, elle a également dû donner un récit détaillé de sa vie en Turquie, et notamment sur sa thèse qu'elle était en train d'écrire.

“J'ai attendu au centre de rétention des étrangers de Kumkapı durant huit jours dans des conditions difficiles, en attendant que la justice statue sur mon expulsion", a-t-elle précisé. Elle a finalement été expulsée le 24 juin par les autorités turques, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elle. La date d'un procès n'a pas été précisée. 

Première publication : 12/02/2014

  • TURQUIE

    L'influent Gülen dénonce les dérives anti-démocratiques d’Erdogan

    En savoir plus

  • ICI L'EUROPE

    Turquie-UE, François Hollande renoue les liens

    En savoir plus

  • DÉBAT

    Économie, corruption, laïcité : le modèle turc à bout de souffle ? (Partie 1)

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)