Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

USA: Obama augmente des centaines de milliers d'Américains

AFP

Le président des Etats-Unis Barack Obama a augmenté de 25% les salaires minimum de centaines de milliers d'Américains mercredi et exhorté le Congrès à généraliser cette mesure.Le président américain Barack Obama le 12 février 2014 à Washington

Le président des Etats-Unis Barack Obama a augmenté de 25% les salaires minimum de centaines de milliers d'Américains mercredi et exhorté le Congrès à généraliser cette mesure.Le président américain Barack Obama le 12 février 2014 à Washington

Le président des Etats-Unis Barack Obama a augmenté de 25% les salaires minimum de centaines de milliers d'Américains mercredi et exhorté le Congrès à généraliser cette mesure.

Lors d'une cérémonie à la Maison Blanche, M. Obama a signé un décret portant à 10,10 dollars le salaire minimum horaire des contractuels de l'Etat, pour les personnes embauchées à partir du 1er janvier 2015. Il concrétisait ainsi une annonce effectuée lors de son discours sur l'état de l'Union fin janvier.

Le salaire minimum fédéral est actuellement de 7,25 dollars, le même niveau depuis 2009. Certains Etats américains appliquent des taux plus élevés.

M. Obama a fait valoir qu'en tenant compte de l'inflation, le pouvoir d'achat des personnes au salaire minimum avait en fait "régressé de 20% par rapport à l'époque où Ronald Reagan a pris ses fonctions" de président, soit en janvier 1981.

Porter le salaire minimum à 10,10 dollars à partir de 2015 bénéficiera à des "centaines de milliers de personnes", avait auparavant assuré le secrétaire au Travail, Tom Perez. Il a expliqué lors d'un point de presse à la Maison Blanche que cette nouvelle politique pourrait s'effectuer dans le cadre des allocations budgétaires actuelles.

En effet, seul la Chambre des représentants a le pouvoir constitutionnel de voter de nouvelles dépenses, et les élus du parti républicain qui y sont majoritaires ont exprimé leur hostilité à un augmentation du salaire minimum, de nature selon eux à freiner la croissance.

Mais M. Obama s'est inscrit en faux contre cette idée, faisant valoir qu'une telle augmentation, appelée de ses voeux depuis un an, "aiderait des millions d'Américains à sortir de la pauvreté".

Une telle mesure "ne va pas avoir d'effet négatif sur l'économie, elle va doper l'économie", a-t-il assuré en appelant une nouvelle fois le Congrès à "donner une augmentation aux Etats-Unis".

Le taux de chômage américain est retombé à son plus bas niveau depuis plus de cinq ans (6,6% en janvier) et la croissance s'est encore accélérée (4,1% en rythme annualisé au troisième trimestre dernier).

Contrairement à la situation en France, le salaire minimum n'est pas augmenté mécaniquement aux Etats-Unis chaque année pour tenir compte de l'inflation.

Selon l'Organisation internationale du travail, les Etats-Unis accusent un certain retard par rapport aux autres pays industrialisés. En 2010, le salaire minimum américain représentait seulement 38,8% du salaire médian dans le pays, contre 46,1% en Grande-Bretagne et 60,1% en France.

Première publication : 12/02/2014