Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Kaboul libère 65 prisonniers jugés dangereux par Washington

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/02/2014

Les autorités afghanes ont libéré 65 combattants talibans présumés, malgré les protestations des États-Unis, qui les jugent dangereux. Selon Washington, ils seraient directement liés à des attaques meurtrières contre des soldats de l'Otan.

Ils ont quitté Bagram. Soixante-cinq combattants talibans présumés ont été libérés, jeudi 13 février, de la célèbre prison afghane. Une décision de Kaboul, qui est loin de plaire aux États-Unis.

"Nous les avons libérés. Ils sont partis en voiture chez eux mais nous n'avons pas organisé le transport pour eux", a confirmé à l'AFP le général Ghulam Farouq, chef de la police militaire à la prison de Bagram.

Le gouvernement afghan avait indiqué le 9 janvier dernier qu'un total de 72 détenus de la prison de Bagram, près de la capitale, seraient relâchés en raison d'un manque de preuves contre eux, ce qui avait déclenché de vives protestations de responsables américains.

Washington a en effet fait part à Kaboul de son désaccord, car elle juge ces hommes dangeureux pour la sécurité du pays. Ils seraient, selon les autorités américianes, directement liés à des attaques meurtrières contre des soldats de l'Otan et des membres des forces nationales afghanes.

"Un pas en arrière"

Plus tôt cette semaine, les autorités afghanes ont indiqué avoir "réétudié" les dossiers de ces détenus à la lumière des plaintes des États-Unis, et ont toutefois confirmé la libération prochaine de 65 d'entre eux.

La libération de ces 65 prisonniers est un "pas en arrière pour l'état de droit en Afghanistan" et "une source d'inquiétude légitime" pour les forces de sécurité afghanes et internationales confrontées à l'insurrection talibane, ont réagi cette semaine les forces américaines.

Le contrôle de l'essentiel de la prison de Bagram, baptisée la "Guantanamo d'Orient", a été transmis aux autorités afghanes par les États-Unis en mars 2013 lors d'une cérémonie en présence du président Hamid Karzaï. Ce dernier avait présenté l'événement comme un symbole des efforts de l'Afghanistan pour retrouver sa souveraineté nationale.

Les États-Unis contrôlent encore la portion de cette prison où sont détenus des combattants présumés non-afghans, notamment des Pakistanais.

Avec AFP

Première publication : 13/02/2014

  • AFGHANISTAN

    Vidéo : un chien de l’armée américaine détenu par les Taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    La campagne présidentielle afghane endeuillée par un double meurtre

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Kaboul : un restaurant fréquenté par des étrangers cible d'un attentat meurtrier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)