Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Kaboul libère 65 prisonniers jugés dangereux par Washington

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/02/2014

Les autorités afghanes ont libéré 65 combattants talibans présumés, malgré les protestations des États-Unis, qui les jugent dangereux. Selon Washington, ils seraient directement liés à des attaques meurtrières contre des soldats de l'Otan.

Ils ont quitté Bagram. Soixante-cinq combattants talibans présumés ont été libérés, jeudi 13 février, de la célèbre prison afghane. Une décision de Kaboul, qui est loin de plaire aux États-Unis.

"Nous les avons libérés. Ils sont partis en voiture chez eux mais nous n'avons pas organisé le transport pour eux", a confirmé à l'AFP le général Ghulam Farouq, chef de la police militaire à la prison de Bagram.

Le gouvernement afghan avait indiqué le 9 janvier dernier qu'un total de 72 détenus de la prison de Bagram, près de la capitale, seraient relâchés en raison d'un manque de preuves contre eux, ce qui avait déclenché de vives protestations de responsables américains.

Washington a en effet fait part à Kaboul de son désaccord, car elle juge ces hommes dangeureux pour la sécurité du pays. Ils seraient, selon les autorités américianes, directement liés à des attaques meurtrières contre des soldats de l'Otan et des membres des forces nationales afghanes.

"Un pas en arrière"

Plus tôt cette semaine, les autorités afghanes ont indiqué avoir "réétudié" les dossiers de ces détenus à la lumière des plaintes des États-Unis, et ont toutefois confirmé la libération prochaine de 65 d'entre eux.

La libération de ces 65 prisonniers est un "pas en arrière pour l'état de droit en Afghanistan" et "une source d'inquiétude légitime" pour les forces de sécurité afghanes et internationales confrontées à l'insurrection talibane, ont réagi cette semaine les forces américaines.

Le contrôle de l'essentiel de la prison de Bagram, baptisée la "Guantanamo d'Orient", a été transmis aux autorités afghanes par les États-Unis en mars 2013 lors d'une cérémonie en présence du président Hamid Karzaï. Ce dernier avait présenté l'événement comme un symbole des efforts de l'Afghanistan pour retrouver sa souveraineté nationale.

Les États-Unis contrôlent encore la portion de cette prison où sont détenus des combattants présumés non-afghans, notamment des Pakistanais.

Avec AFP

Première publication : 13/02/2014

  • AFGHANISTAN

    Vidéo : un chien de l’armée américaine détenu par les Taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    La campagne présidentielle afghane endeuillée par un double meurtre

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Kaboul : un restaurant fréquenté par des étrangers cible d'un attentat meurtrier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)