Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Comme le disait ma grand-mère"

En savoir plus

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

Asie - pacifique

Kaboul libère 65 prisonniers jugés dangereux par Washington

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/02/2014

Les autorités afghanes ont libéré 65 combattants talibans présumés, malgré les protestations des États-Unis, qui les jugent dangereux. Selon Washington, ils seraient directement liés à des attaques meurtrières contre des soldats de l'Otan.

Ils ont quitté Bagram. Soixante-cinq combattants talibans présumés ont été libérés, jeudi 13 février, de la célèbre prison afghane. Une décision de Kaboul, qui est loin de plaire aux États-Unis.

"Nous les avons libérés. Ils sont partis en voiture chez eux mais nous n'avons pas organisé le transport pour eux", a confirmé à l'AFP le général Ghulam Farouq, chef de la police militaire à la prison de Bagram.

Le gouvernement afghan avait indiqué le 9 janvier dernier qu'un total de 72 détenus de la prison de Bagram, près de la capitale, seraient relâchés en raison d'un manque de preuves contre eux, ce qui avait déclenché de vives protestations de responsables américains.

Washington a en effet fait part à Kaboul de son désaccord, car elle juge ces hommes dangeureux pour la sécurité du pays. Ils seraient, selon les autorités américianes, directement liés à des attaques meurtrières contre des soldats de l'Otan et des membres des forces nationales afghanes.

"Un pas en arrière"

Plus tôt cette semaine, les autorités afghanes ont indiqué avoir "réétudié" les dossiers de ces détenus à la lumière des plaintes des États-Unis, et ont toutefois confirmé la libération prochaine de 65 d'entre eux.

La libération de ces 65 prisonniers est un "pas en arrière pour l'état de droit en Afghanistan" et "une source d'inquiétude légitime" pour les forces de sécurité afghanes et internationales confrontées à l'insurrection talibane, ont réagi cette semaine les forces américaines.

Le contrôle de l'essentiel de la prison de Bagram, baptisée la "Guantanamo d'Orient", a été transmis aux autorités afghanes par les États-Unis en mars 2013 lors d'une cérémonie en présence du président Hamid Karzaï. Ce dernier avait présenté l'événement comme un symbole des efforts de l'Afghanistan pour retrouver sa souveraineté nationale.

Les États-Unis contrôlent encore la portion de cette prison où sont détenus des combattants présumés non-afghans, notamment des Pakistanais.

Avec AFP

Première publication : 13/02/2014

  • AFGHANISTAN

    Vidéo : un chien de l’armée américaine détenu par les Taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    La campagne présidentielle afghane endeuillée par un double meurtre

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Kaboul : un restaurant fréquenté par des étrangers cible d'un attentat meurtrier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)