Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Culture

Une statue d’Apollon sème le trouble dans la bande de Gaza

© AFP

Vidéo par FRANCE 2

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 13/02/2014

Découverte par un pécheur en août 2013, l’imposante représentation du dieu grec Apollon a poussé le gouvernement du Hamas, au pouvoir à Gaza, à réclamer, mercredi 12 février, l'aide de spécialistes internationaux pour expertiser le géant de bronze.

Elle a passé 2 000 ans enfouie. Une statue antique du dieu grec Apollon, découverte par un pêcheur de la bande de Gaza en août 2013, a poussé le gouvernement du Hamas à lancer un appel à l’aide, mercredi 12 février. Les autorités espèrent en apprendre davantage sur ce mystérieux bronze de 450 kg, dont l’origine exacte sème le trouble.

"Nous menons des investigations pour connaître tous les détails concernant cette statue et son origine", a déclaré à l'AFP le vice-Premier ministre du gouvernement du Hamas, Ziad al-Zaza. "Au terme des investigations, la statue sera remise au ministère du Tourisme et des Antiquités qui prendra contact via le gouvernement avec les parties internationales intéressées, en particulier la France, qui est l'une des plus attachées aux antiquités", a-t-il indiqué.

Le vice-ministre du ministère du Tourisme et des Antiquités, Mohammad Khalla, a affirmé à l'AFP que "La statue serait peut-être prêtée à un célèbre musée français ou britannique, ce qui pourrait amener à des contacts entre le gouvernement de Gaza et les gouvernements étrangers". Une aubaine pour le gouvernement du Hamas, considéré comme l’émanation d’"une organisation terroriste", et donc mise au ban de la scène internationale.

Apollon mis en vente sur Ebay

D’où vient cet Apollon ? Selon Joudat Ghrab, le pêcheur de 26 ans à l’origine de cette trouvaille inestimable, la statue était à "100 mètres du bord". Avec l’aide de ses amis, raconte RFI , il la charrie péniblement jusque chez lui.

Mais la vue de cette représentation d’un homme dénudé choque sa mère. Elle lui intime alors de s'en débarrasser. Le jeune homme décide ensuite de couper les doigts du mastodonte afin de tirer quelques sous de cette encombrante découverte. Malheureusement pour lui, il ne s’agit que de bronze, raconte le site maxisciences.com. 

Joudat Ghrab finit par mettre le dieu de la lumière sur… Ebay ! Prix de vente ? 350 000 euros, une somme bien éloignée de sa valeur estimée à 250 millions d’euros, mais une fortune pour le pêcheur coincé dans l’enclave palestinienne. La police découvre alors l’annonce et saisit la statue, désormais précieusement gardée au ministère de l’Intérieur.

Une histoire peu crédible pour les archéologues

Une version qui ne convainc cependant personne. D’après Jean-Michel Tarragon de l’école biblique et archéologique française de Jérusalem interrogé par Reuters, "Cette statue n’a pas été trouvée en mer ou sur la côte, elle est beaucoup trop propre. Elle a été découverte sur les terres et au sec". 

Où ? Dans les Territoires occupés ? En Égypte ? Impossible de le dire. "Qu'elle ait été apportée d'Égypte n'est pas inconcevable, mais le transport d'une pièce aussi lourde pose des problèmes considérables à travers les tunnels, aujourd'hui condamnés. Et surtout, pourquoi transporter une pièce aussi précieuse dans la souricière qu'est Gaza ? Pour en faire quoi ? C'eût été le plus mauvais choix quand les autres frontières de l'Égypte sont perméables. Il y a de très fortes présomptions que la statue vienne de Gaza", estime Jean-Baptiste Humbert, archéologue français au Proche-Orient interrogé par RFI.

Le vice-ministre du Tourisme et des Antiquités a précisé quant à lui que "les vérifications s'orientent dans toutes les directions s'agissant de l'origine, c'est-à-dire si elle a été découverte en mer ou déplacée d'un autre endroit. Nous voulons connaître la vérité avant de communiquer avec les autorités compétentes ici et sur le plan international."

Alors que le jeune Gazaoui maintient ses dires, les archéologues espèrent trouver le lieu où reposait le dieu grec. Il est fort probable, estiment-ils, que la statue n’ait pas été seule. D’autres sculptures, voire des vestiges d’un temple, pourraient ainsi refaire surface.
 

Première publication : 13/02/2014

  • ÉGYPTE

    La tombe d'un pharaon égyptien inconnu découverte sur le site d'Abydos

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Quand une exposition d'archéologie cristallise les tensions israélo-palestiniennes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie, patrimoine en danger

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)