Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

Asie - pacifique

Patrimoine de l’Unesco : kamikazes japonais vs massacre de Nankin

© AFP

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 13/02/2014

Les responsables d'une ville japonaise souhaitent que l'Unesco inscrivent à son patrimoine des lettres d’adieu de pilotes kamikazes rédigées dans les derniers mois de la "guerre du Pacifique" en 1945. Une demande qui a provoqué la fureur de Pékin.

"Même si vous ne pouvez pas me voir, je serai toujours à vous regarder. Obéissez à votre mère, et ne lui causez pas de soucis. En grandissant, suivez le chemin qui vous plaît et soyez de bons Japonais. Ne soyez pas jaloux du père des autres, dès lors que je serai un esprit, je veillerai étroitement sur vous deux. Tous les deux, travaillez dur et aidez votre mère au travail". Ainsi écrivait le capitaine Masanobu Kuno, pilote japonais de la Seconde Guerre mondiale, s’adressant à ses deux enfants dans une dernière lettre, avant d’effectuer une mission-suicide le 24 mai 1945.

Conscients de la richesse du patrimoine historique des lettres et testaments de kamikazes japonais, les responsables de la ville japonaise de Minami-Kyushu ont soumis, la semaine dernière, une demande d'inscription au patrimoine documentaire de l'Unesco des écrits des pilotes de l'Armée impériale japonaise décédés pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette ville abritait un aérodrome d'où ont décollé des centaines de kamikazes pour leurs missions-suicides en 1945, dans les tout derniers mois de la "guerre du Pacifique".

Pékin vent debout

Une demande qui n’a pas été du goût des Chinois. Les autorités pékinoises ont aussitôt condamné cette démarche, estimant que les kamikazes ne méritaient pas pareille reconnaissance. "Il s'agit là d'une tentative d'enjoliver l'histoire d'agression militariste du Japon et de remettre en cause l'issue victorieuse de la Guerre mondiale antifasciste et l'ordre international de l'après-guerre", a estimé pour sa part la porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying, lors de son point de presse quotidien.

Rappelant que le Japon avait commis de "nombreux" crimes contre l'humanité pendant la Seconde Guerre mondiale, Hua Chunying a assuré que la demande d'inscription se heurterait à "une ferme condamnation et à une opposition résolue de la communauté internationale". Et de conclure, "L'intention est diamétralement opposée à l'objectif de l'Unesco qui est de maintenir la paix dans le monde, et elle doit être résolument condamnée par la communauté internationale".

L’Empire du soleil levant contre-attaque

L’affaire, qui a porté un nouveau coup de froid dans les relations entre Pékin et Tokyo, déjà très dégradées depuis plus d'un an, n’en est pas restée là. Les Chinois ont tôt fait d’organiser la riposte en soumettant à leur tour une somme de documents relatifs au Massacre de Nankin en 1937, perpétré par des soldats japonais, et à inscrire au patrimoine de l’Unesco. Une démarche qui n’est pas nouvelle. Selon the "Shanghai Oriental Morning Post", c’est la troisième fois que la Chine présente ces documents à inclure dans la mémoire de l’organisation de l’ONU.

La simple évocation du massacre de Nankin, autre point de tension dans les relations sino-japonaises, ne risque pas d’apaiser les esprits. Régulièrement, des Japonais provoquent la fureur des Chinois en relayant dans les médias des thèses négationnistes sur ce pan de l’histoire.

Mémoire vive

Dimanche 2 février, un haut dirigeant de la NHK, la télévision publique nippone a, à son tour, nié, lors d'une réunion politique à Tokyo, le massacre perpétré par les troupes impériales. "Des pays n'ont pas prêté attention à la propagande du dirigeant nationaliste chinois Chiang Kai-shek… sur les massacres qui auraient été commis à Nankin par le Japon. Vous savez pourquoi ? Parce que ça n'a jamais existé", a lâché Naoki Hyakuta.

En attendant un éventuel accord de l’Unesco, les documents japonais en question sont conservés au musée de la paix de Chiran de Minami-Kyushu (sud du Japon). Ce musée espère obtenir l'inscription en 2015, afin de "transmettre aux générations futures ces lettres, richesses de la vie humaine", peut-on lire sur le site internet de l’établissement. Un travail de mémoire plus compliqué qu’il n’y paraît.

 

Première publication : 13/02/2014

  • CHINE - JAPON

    Un Chinois a tenté d'atteindre les îles Senkaku en montgolfière

    En savoir plus

  • JAPON

    Pékin et Séoul condamnent la visite de Shinzo Abe au sanctuaire Yasukuni

    En savoir plus

  • JAPON

    Seconde Guerre mondiale : Shinzo Abe n'exprime plus ses regrets

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)