Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Moyen-Orient

La Syrie sommée de libérer les citoyens de Homs retenus par le régime

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 13/02/2014

Alors que les pourparlers de paix en Syrie piétinent à Genève, tous les regards sont tournés vers Homs, où l’évacuation des civils suscite l’inquiétude de l’Occident : certains sont arrêtés pour être interrogés par le régime.

L’opération d’évacuation de civils prisonniers de la ville d’Homs en Syrie inquiète. Selon le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés, quelque 336 hommes âgés de 15 à 55 ans, cherchant à fuir la cité syrienne assiégée depuis 18 mois par le régime, ont été interpellés pour être interrogés par les hommes de Bachar al-Assad.

Jeudi 13 février, les Occidentaux ont exigé la libération des hommes arrêtés par les services de sécurité syriens à leur sortie du réduit rebelle. "Il est scandaleux que le régime syrien détienne et interroge des hommes et des garçons qui ont été évacués [...] Nous avons besoin de réponses urgentes sur le sort qui leur est réservé", s’est insurgé le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague. "Ils doivent être libérés immédiatement".

Les négociations de paix sur la syrie à Genève s'enlisent

Trois mille Syriens reclus au milieu des ruines de Homs

"Le régime doit savoir que le monde entier regarde avec une grande préoccupation ce qui se passe à Homs et le statut des hommes évacués. Toute tentative de les maintenir de manière arbitraire en détention ne sera pas acceptée", a pour sa part, affirmé l’un des porte-parole du département d'État américain, Edgar Vasquez.

Depuis le 7 février, 1 417 personnes ont été évacuées du vieux Homs, en vertu d'un accord entre le régime syrien et les rebelles négocié par l'ONU. Il resterait toutefois encore 3 000 personnes dans ce réduit de 2 km2, en grande partie en ruines.

Côté syrien, les autorités se veulent rassurantes. Le gouverneur de la province de Homs, Talal Barazi, affirme qu'une partie de ces hommes sera relâchée très rapidement. Et que 111 d'entre eux auraient déjà été libérés.

"La situation est désespérée"

Hors, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), très peu d'entre eux ont été relâchés. D’après un militant dénommé Yazan, le retard dans les libérations vient du désir des détenus de se rendre, pour leur sécurité, dans les secteurs tenus par les rebelles, comme dans le quartier de Waer, situé hors de la vieille ville. Un choix qui ne semble pas être du goût des autorités syriennes.

Des blessés restés dans la vieille ville refusent également d'être évacués vers des hôpitaux tenus par les autorités de peur d'être kidnappés, toujours selon Yazan, qui est resté dans l'enclave rebelle.

Dans la ville désormais en ruines, il resterait encore près de 3000 personnes réticentes à l’idée de partir. "Pour ceux qui vivent dans la vieille ville, la situation est désespérée", explique Matthew Hollingsworth, directeur d’un programme de nutrition en Syrie. "J'ai rencontré un garçon de 13 ans qui avait l'air d'en avoir 8. Il n'avait pas mangé de viande depuis 2 ans. J'ai rencontré des personnes âgées, des personnes handicapées, certaines veulent partir et d'autres non. Elles ne veulent pas quitter leur foyer et le peu qu'il leur reste."

Une situation qui risque de compliquer un peu plus les pourparlers de paix, qui se tiennent actuellement à Genève, entre le régime et des membres de l'opposition .

Première publication : 13/02/2014

  • DIPLOMATIE

    Syrie : les négociations de Genève toujours aussi "laborieuses"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Trêve prolongée à Homs, 300 nouveaux civils évacués

    En savoir plus

  • SYRIE

    Malgré les violences, l'aide humanitaire arrive à Homs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)