Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Afrique

Les roses éthiopiennes s'imposent sur le marché mondial

© Wikimedia commons

Vidéo par Maria Cruz GONZALEZ , Joaquin PINERO , Grégoire POURTIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/02/2014

En quelques années, l'Éthiopie s'est imposée comme un acteur majeur du marché de la rose, fleur phare de la Saint-Valentin. Reportage dans une ferme horticole, proche d'Addis-Abeba, qui exporte quelque 5 millions de roses par an.

Dans le secteur de la rose, on connaissait le Kenya, Israël, l’Équateur et la Colombie. Mais depuis peu, l’Éthiopie s’est imposée sur le lucratif marché mondial de la fleur coupée. Ce pays d’Afrique de l’est serait même en passe d’en devenir un acteur incontournable.

La société horticole Gallica Flowers a implanté, il y a sept ans, ses huit hectares de serres sur un plateau à 2 600 mètres d’altitude, à une vingtaine de kilomètres de la capitale éthiopienne Addis Abeba. Aujourd’hui, elle exporte quelque cinq millions de roses par an vers l’Europe – notamment la France – mais aussi la Russie et l’Asie.

Depuis quelques semaines, Saint-Valentin oblige, la ferme redouble d’activité et envoie aux quatre coins du monde quelque 20 000 fleurs chaque jour. "Ici, nous avons un cycle de croissance de 80 jours, donc on s'organise pour qu'un maximum de fleurs soient prêtes juste maintenant, particulièrement les roses rouges. Mais nous ne produisons pas suffisamment pour répondre à toute la demande", regrette Gizachew Wondemu, l’un des responsables de l’exploitation.

4e producteur mondial

Dès 7 heures du matin, les 300 employés du site s’activent sur les rosiers et sur les plateformes de sélection des fleurs. Après la récolte, chaque rose est soigneusement triée, rangée, empaquetée, puis envoyée vers l’aéroport. "Les roses rouges partent principalement vers la France", explique le directeur de la société, Stéphane Mottier.

En quelques années, l'Ethiopie, sous l’impulsion de son gouvernement, est parvenue à se positionner sur le marché mondial de l’horticulture. En 2013, le pays a exporté plus de 2 000 millions de tonnes de fleurs, pour une valeur de 212 millions de dollars, 20 fois plus qu'il y a dix ans. Addis-Abeba se place désormais en 4e position mondiale sur ce marché.

Première publication : 14/02/2014

  • POLÉMIQUE

    Israël : une députée d'origine éthiopienne interdite de donner son sang

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Une fleur de bambou pour déminer l'Afghanistan

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Deux morts dans des émeutes anti-immigrés en Arabie saoudite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)