Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Economie

Facebook, 56 nuances de genre

© Pôle infographie FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 14/02/2014

Fini la seule identification par les termes homme ou femme sur le célèbre réseau social. Depuis jeudi, les internautes peuvent choisir parmi 56 orientations sexuelles aux États-Unis. Une victoire pour la communauté LGBT.

Il y a de quoi hérisser le poil de tous les polémistes de la théorie du genre. Facebook, connu pour être à la pointe de la défense des droits de la communauté homosexuelle, vient de faire un petit changement dans son interface et un grand pas en direction de ceux qui jugent qu’on peut se définir autrement que comme un homme ou une femme.

Aux États-Unis, il est désormais possible sur le réseau social de choisir entre homme, femme ou un genre personnalisé. Une troisième option que Facebook a inclus “afin que [ses utilisateurs] se sentent en adéquation avec leur vraie et authentique personnalité”, d’après un communiqué publié sur le réseau social, jeudi 13 février.

“Nous avons collaboré avec un groupe d’organisation en pointe de la lutte pour les droits de la communauté LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) afin d’offrir une liste extensive d’identités sexuelles utilisées par un grand nombre de personnes pour se décrire”, poursuit Facebook. Les utilisateurs du site ont, ainsi, la possibilité de choisir parmi 56 genres différents en plus du traditionnel homme ou femme.

Cette liste à rallonge comprend des termes comme transsexuel, androgyne ou bisexuel qui sont largement entrés dans le langage commun. Autant de catégories qui comportent des déclinaisons comme "Trans Man" ou Trans Female". Mais cette vaste palette de choix inclut aussi des mots qui, du moins, en France n’ont pour l’instant pas rencontré d’écho auprès du grand public. La qualification de “non-binary” (non-binaire) évoque ainsi le refus de rentrer dans le schéma classique homme/femme. Two-spirit (Bispirituel ou Berdache) est généralement utilisé dans la communauté des Indiens d’Amérique du Nord pour désigner une personne du “troisième genre”. Il ne s’agit pas de l’expression d’une préférence sexuelle mais bien pour un individu d’estimer qu’il n’est “ni typiquement homme, ni typiquement femme”, comme l’explique Diane Labelle au magazine québécois Urbania. D’autres notions, quoique également peu usitées, se comprennent plus aisément comme bigenre ou “gender nonconforming” (qui ne se conforme pas aux genres.)

Ceux qui ne se reconnaîtront pas dans ces nouvelles catégories peuvent également choisir de ne plus être identifiés par Facebook par le pronom “il” ou “elle” mais par un autre plus neutre (they en Anglais).

Des géants du Net pionniers

Un changement d’approche de Facebook qui a largement été salué par les organisations américaines sympathisantes de la cause LGBT. “Le profil Facebook est devenu une vraie identité pour les internautes et c’est un pas important qui va permettre à de nombreuses personnes de se définir honnêtement en ligne”, a ainsi assuré Chad Griffin, président de la Campagne pour les droits de l’Homme. La GLAAD, l’une des associations LGBT les plus influentes aux États-Unis, s’est réjouie de cette nouveauté permettant aux “personnes transgenres de raconter leur vraie histoire avec leur propre mot”.

Les associations américaines catholiques se sont, de leur côté, empressées de critiquer cette décision. “Facebook peut faire ce qu’il veut, mais il y a une réalité qui divise l’humanité en deux entre les hommes et les femmes”, affirme au quotidien britannique “The Guardian” Jeff Johnston, un membre de “Focus and Family”, une association catholique de Denver.

Reste que ce changement est dans l’air du temps de la Silicon Valley. Les géants du Net, comme Facebook, Google ou Apple, ont souvent été des pionniers dans la reconnaissance des droits pour leurs salariés LGBT. Depuis plusieurs années, la plupart de ces groupes offrent, ainsi, une mutuelle qui couvre aussi bien les besoins pour les employés hétérosexuels que transgenres, comme le rappelle Dana McCallum, une ingénieur travaillant pour Twitter.

Google avait, de son côté, réussi à faire son petit effet médiatique lors de l’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi. Le géant de l’Internet avait profité de l’occasion pour habiller le logo de son moteur de recherche aux couleurs arc-en-ciel en guise de protestation contre les mesures discriminatoires en Russie envers les homosexuels.

Première publication : 14/02/2014

  • FRANCE

    La "théorie du genre" fait mouche à la Manif pour tous

    En savoir plus

  • INTERNET

    Dix ans de Facebook : je te "like", moi non plus

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un an de prison ferme pour l'auteur des "lancers de chat" diffusés sur Facebook

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)