Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi, à 20h40.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 14/02/2014

Les petits cœurs de Brazzaville

Pour la première fois dans l’histoire du Congo, une dizaine d’enfants ont été opérés à cœur ouvert à Brazzaville. Une équipe médicale française s’est rendue sur place, à l’initiative de l’association la Chaîne de l’Espoir. Nos reporters ont assisté à ces opérations de la dernière chance.

Ils étaient sept. Sept enfants sélectionnés par les médecins de la Chaîne de L'Espoir. Le diagnostic était clair et sans appel : s'ils n'étaient pas opérés très vite, ils risquaient de mourir. Selon les médecins, certains de ces enfants avaient "une bombe dans le thorax". Une opération à cœur ouvert était leur dernière chance de survie.

J'ai assisté à toutes ces interventions. Pendant plusieurs mois, une équipe de la Chaîne de l'Espoir de Toulouse a préparé cette mission. Une tonne de matériel a été envoyé à Brazzaville. Quinze personnes se sont déplacées : deux chirurgiens, un cardiologue, un pompiste, deux réanimateurs, six infirmières et plusieurs anesthésistes.

Pour la première fois, des enfants congolais allaient être opérés sur place. Auparavant, ils étaient accueillis par des familles françaises pour être soignés dans différents hôpitaux de l'Hexagone. On peut imaginer le déracinement et le traumatisme.

Le premier sur la table d'opération en ce mois de novembre s'appelle Prince Béni. Il a cinq ans, un sourire d'ange et une incroyable répartie. Il adore le foot, mais pour les médecins, son petit cœur risque d'exploser en cas d'effort.

C'est le docteur Daniel Roux qui commence à opérer en ce lundi matin. Tout est prêt, ou presque. Daniel Roux est un vieux routier : des milliers de cœurs ouverts à son actif. Mais il le dit lui-même : "C'est vrai, je n'ai jamais eu d'accident, mais tout peut arriver à chaque instant. Nous les chirurgiens, nous ne sommes pas des surhommes !"

Pendant les quatre heures de l'opération, le cœur s'arrête pendant une heure : la circulation du sang est déviée vers une machine. À la fin, le sang est réinjecté et le cœur se remet à battre normalement : j'avoue avoir été très ému à ce moment précis.

La deuxième à subir cette intervention s’appelle Mayala. Elle a dix ans et ne pèse que quinze kilos. Son cœur fonctionne mal. Il l'empêche de s'alimenter et donc de grandir. La petite fille doit être opérée le plus vite possible. L'intervention dure six heures. Une intervention plus délicate que celle de Prince Béni. Il faut repérer et colmater la fuite au niveau des ventricules de l'organe.

La petite Mayala a bien supporté cette lourde opération. Et deux jours après, le petit Prince se réveille aussi. Il commence à manger et plaisante avec les infirmières congolaises et françaises.

Dans cette partie de l'Afrique, aucune opération à cœur ouvert n'avait jamais été faite jusqu'ici. Le Professeur Deloche, le président fondateur de la Chaîne de L'Espoir, envisage déjà d'autre missions au Congo, un pays où les malformations cardiaques sont devenues, au même titre que le sida et le paludisme, un véritable fléau.

Par Paul Nahon , Julien Noir

COMMENTAIRE(S)

Les archives

10/02/2014 Cameroun

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En Centrafrique, malgré la présence des militaires français venus en appui de la mission des Nations unies, sous la houlette de l'Union africaine, la situation reste tendue. Des...

En savoir plus

12/12/2014 Chine

Chine : "Africatown" à Canton

Avec 12 millions d’habitants, Canton, dans le sud de la Chine est la troisième ville la plus peuplée du pays, après Shanghai et Pékin. Depuis l'ouverture économique, il y a de...

En savoir plus

05/12/2014 Juifs

Les juifs français ont-ils raison d’avoir peur ?

"Pour la première fois depuis 70 ans, la France est devenue un pays d’émigration juive." Tel est le constat amer que dresse Joël Mergui, président du Consistoire central...

En savoir plus

28/11/2014 Liban

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

Chebaa, petit village sunnite du Sud-Liban, est situé au cœur du fief du Hezbollah, mais aussi au carrefour entre Israël et la Syrie. À l’heure où la guerre fait rage dans cette...

En savoir plus

21/11/2014 Front national

France : le FN à l’épreuve du terrain

Alors que le Front national est en pleine ascension en France, nos reporters sont retournés dans trois villes conquises par le parti lors des dernières élections municipales.

En savoir plus