Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 14/02/2014

Les petits cœurs de Brazzaville

Pour la première fois dans l’histoire du Congo, une dizaine d’enfants ont été opérés à cœur ouvert à Brazzaville. Une équipe médicale française s’est rendue sur place, à l’initiative de l’association la Chaîne de l’Espoir. Nos reporters ont assisté à ces opérations de la dernière chance.

Ils étaient sept. Sept enfants sélectionnés par les médecins de la Chaîne de L'Espoir. Le diagnostic était clair et sans appel : s'ils n'étaient pas opérés très vite, ils risquaient de mourir. Selon les médecins, certains de ces enfants avaient "une bombe dans le thorax". Une opération à cœur ouvert était leur dernière chance de survie.

J'ai assisté à toutes ces interventions. Pendant plusieurs mois, une équipe de la Chaîne de l'Espoir de Toulouse a préparé cette mission. Une tonne de matériel a été envoyé à Brazzaville. Quinze personnes se sont déplacées : deux chirurgiens, un cardiologue, un pompiste, deux réanimateurs, six infirmières et plusieurs anesthésistes.

Pour la première fois, des enfants congolais allaient être opérés sur place. Auparavant, ils étaient accueillis par des familles françaises pour être soignés dans différents hôpitaux de l'Hexagone. On peut imaginer le déracinement et le traumatisme.

Le premier sur la table d'opération en ce mois de novembre s'appelle Prince Béni. Il a cinq ans, un sourire d'ange et une incroyable répartie. Il adore le foot, mais pour les médecins, son petit cœur risque d'exploser en cas d'effort.

C'est le docteur Daniel Roux qui commence à opérer en ce lundi matin. Tout est prêt, ou presque. Daniel Roux est un vieux routier : des milliers de cœurs ouverts à son actif. Mais il le dit lui-même : "C'est vrai, je n'ai jamais eu d'accident, mais tout peut arriver à chaque instant. Nous les chirurgiens, nous ne sommes pas des surhommes !"

Pendant les quatre heures de l'opération, le cœur s'arrête pendant une heure : la circulation du sang est déviée vers une machine. À la fin, le sang est réinjecté et le cœur se remet à battre normalement : j'avoue avoir été très ému à ce moment précis.

La deuxième à subir cette intervention s’appelle Mayala. Elle a dix ans et ne pèse que quinze kilos. Son cœur fonctionne mal. Il l'empêche de s'alimenter et donc de grandir. La petite fille doit être opérée le plus vite possible. L'intervention dure six heures. Une intervention plus délicate que celle de Prince Béni. Il faut repérer et colmater la fuite au niveau des ventricules de l'organe.

La petite Mayala a bien supporté cette lourde opération. Et deux jours après, le petit Prince se réveille aussi. Il commence à manger et plaisante avec les infirmières congolaises et françaises.

Dans cette partie de l'Afrique, aucune opération à cœur ouvert n'avait jamais été faite jusqu'ici. Le Professeur Deloche, le président fondateur de la Chaîne de L'Espoir, envisage déjà d'autre missions au Congo, un pays où les malformations cardiaques sont devenues, au même titre que le sida et le paludisme, un véritable fléau.

Par Paul Nahon , Julien Noir

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/01/2017 Afrique

Burundi : à visage caché

Le Burundi ne fait jamais la une des journaux. Pourtant les violences y sont quasi quotidiennes. Depuis l'annonce de la candidature de Nkurunziza à un troisième mandat en avril...

En savoir plus

13/01/2017 États-Unis

Wisconsin : plongée au cœur du vote Trump

Le 20 janvier, Donald Trump sera investi de la présidence des États-Unis. Incarnation d’un changement radical dans la politique américaine, il a remporté, durant l’élection,...

En savoir plus

06/01/2017 Afrique

"Génération Dadaab" : rencontre avec la jeunesse du camp somalo-kenyan

À la frontière entre la Somalie et le Kenya se trouve Dadaab. Ce camp géant, géré par l'UNHCR, abrite 280 000 habitants, des Somaliens pour la plupart. En 25 ans d'existence, une...

En savoir plus

23/12/2016 Moyen-Orient

Reportage exclusif : Mossoul, la difficile reconquête

Depuis plus de deux mois, l'armée irakienne mène un combat acharné pour reprendre Mossoul à l’organisation État islamique. Un quart de la ville a pu être repris, mais les...

En savoir plus

22/12/2016 Droit d'asile

Vidéo : Ferrette, un village alsacien qui redonne espoir aux migrants

Depuis bientôt un an, le village de Ferrette, en Alsace, a mis en place un centre d’accueil pour demandeurs d’asile dans une ancienne caserne de gendarmerie. Après des mois...

En savoir plus