Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signent l'accord de paix

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France mise à l'index pour sa législation sur la fessée

En savoir plus

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : L'opposition russe punie?

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux Etats-Unis : Le coup de froid entre Israël et la maison blanche

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

FOCUS

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vieux Farka Touré, le blues du désert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Islamisme radical, comment prévenir et guérir ?

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi, à 20h40.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 14/02/2014

Les petits cœurs de Brazzaville

Pour la première fois dans l’histoire du Congo, une dizaine d’enfants ont été opérés à cœur ouvert à Brazzaville. Une équipe médicale française s’est rendue sur place, à l’initiative de l’association la Chaîne de l’Espoir. Nos reporters ont assisté à ces opérations de la dernière chance.

Ils étaient sept. Sept enfants sélectionnés par les médecins de la Chaîne de L'Espoir. Le diagnostic était clair et sans appel : s'ils n'étaient pas opérés très vite, ils risquaient de mourir. Selon les médecins, certains de ces enfants avaient "une bombe dans le thorax". Une opération à cœur ouvert était leur dernière chance de survie.

J'ai assisté à toutes ces interventions. Pendant plusieurs mois, une équipe de la Chaîne de l'Espoir de Toulouse a préparé cette mission. Une tonne de matériel a été envoyé à Brazzaville. Quinze personnes se sont déplacées : deux chirurgiens, un cardiologue, un pompiste, deux réanimateurs, six infirmières et plusieurs anesthésistes.

Pour la première fois, des enfants congolais allaient être opérés sur place. Auparavant, ils étaient accueillis par des familles françaises pour être soignés dans différents hôpitaux de l'Hexagone. On peut imaginer le déracinement et le traumatisme.

Le premier sur la table d'opération en ce mois de novembre s'appelle Prince Béni. Il a cinq ans, un sourire d'ange et une incroyable répartie. Il adore le foot, mais pour les médecins, son petit cœur risque d'exploser en cas d'effort.

C'est le docteur Daniel Roux qui commence à opérer en ce lundi matin. Tout est prêt, ou presque. Daniel Roux est un vieux routier : des milliers de cœurs ouverts à son actif. Mais il le dit lui-même : "C'est vrai, je n'ai jamais eu d'accident, mais tout peut arriver à chaque instant. Nous les chirurgiens, nous ne sommes pas des surhommes !"

Pendant les quatre heures de l'opération, le cœur s'arrête pendant une heure : la circulation du sang est déviée vers une machine. À la fin, le sang est réinjecté et le cœur se remet à battre normalement : j'avoue avoir été très ému à ce moment précis.

La deuxième à subir cette intervention s’appelle Mayala. Elle a dix ans et ne pèse que quinze kilos. Son cœur fonctionne mal. Il l'empêche de s'alimenter et donc de grandir. La petite fille doit être opérée le plus vite possible. L'intervention dure six heures. Une intervention plus délicate que celle de Prince Béni. Il faut repérer et colmater la fuite au niveau des ventricules de l'organe.

La petite Mayala a bien supporté cette lourde opération. Et deux jours après, le petit Prince se réveille aussi. Il commence à manger et plaisante avec les infirmières congolaises et françaises.

Dans cette partie de l'Afrique, aucune opération à cœur ouvert n'avait jamais été faite jusqu'ici. Le Professeur Deloche, le président fondateur de la Chaîne de L'Espoir, envisage déjà d'autre missions au Congo, un pays où les malformations cardiaques sont devenues, au même titre que le sida et le paludisme, un véritable fléau.

Par Paul Nahon , Julien Noir

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/02/2015 Pakistan

Pakistan : la police dans la ligne de mire des Taliban

Karachi, la plus grande ville du Pakistan, doit faire face à l’influence grandissante des Taliban. Pour y mettre fin, les forces de l’ordre ont lancé en septembre 2013...

En savoir plus

20/02/2015 Cisjordanie

Cisjordanie, le business des colonies

En Cisjordanie, les colonies juives continuent de s'étendre. Autorisées ou non par le gouvernement israélien, elles sont considérées comme illégales par la communauté...

En savoir plus

12/02/2015 Tunisie

Aux sources du jihad en Tunisie

La Tunisie a beau avoir fait le choix de la démocratie, le pays reste un important pourvoyeur de candidats au jihad. Depuis trois ans, des milliers de jeunes Tunisiens sont...

En savoir plus

05/02/2015 Inde

Inde : la rumeur du "Love Jihad"

En Inde, où la société est régulièrement secouée par des tensions religieuses, des extrémistes hindous accusent des musulmans de pratiquer un "Love Jihad", un "Jihad de l’amour"....

En savoir plus

30/01/2015 Syrie

Syrie : Kobané, la reconquête

Au nord de la Syrie, après de longs mois d’intenses combats, la ville kurde de Kobané, a été reprise aux jihadistes de l’organisation de l’État islamique. Nos reporters ont...

En savoir plus