Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

Amériques

Pour les Brésiliens, la hausse des prix est "$urréaliste"

© La monnaie virtuelle lancée par Rio $urreal \ Rio Surreal

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/02/2014

Exaspérés par la flambée des prix, les habitants de Rio ont lancé un mouvement sur Facebook pour dénoncer les commerçants trop chers. Ils ont également relancé la mode de la glacière sur les plages pour faire chuter les prix.

Les Brésiliens en ont ras-le-bol. Ils ne supportent plus de voir les prix grimper à l'approche du Mondial de football (du 12 juin au 13 juillet) et des Jeux Olympiques de 2016. Pour manifester leur colère, ils ont créé, mi-janvier, une page Facebook appelée "Rio $urreal – Arrêtez de payer" afin de "dénoncer et de boycotter les tarifs exorbitants". 

Comme les prix augmentent bien au-dessus de l'inflation (5,9% en 2013), les internautes n'ont pas tardé à réagir sur la page. En quelques semaines, ils ont chaque jour dénoncé, photos à l'appui, toutes sortes d'abus : une cruche de jus d'ananas à 52 réais (16 euros) dans un restaurant du quartier de Santa Teresa ou un sandwich à 99 réais (30 euros) à Leblon. Le principe est également de donner des conseils pour éviter de se faire piéger : prendre sa propre chaise pour la plage plutôt que d'en louer une ; dénoncer les chauffeurs de taxis désobligeants ; refuser de fréquenter les bars hors de prix, etc.

180 000 fans en quelques semaines

En moins d'un mois, le mouvement, qui a crée sa monnaie vurtuelle le "$urreal" (un jeu de mot alliant la monnaie nationale, le real, et le surréalisme), a réuni plus de 180 000 fans sur le réseau social. "Si tu penses que la nouvelle monnaie de Rio est le $urreal, alors adhère à la campagne 'NE PAYE PAS UN PRIX SURREAL'", peut-on lire sur la page Facebook illustrée par des faux billets à l'effigie de Salvador Dali, le maître espagnol du surréalisme.

"Nous savons que ce sentiment d'abus sur les prix est général. S'il n'y a pas une réaction forte de la société, la tendance va empirer", affirme à l'AFP Daniela Name, à l'origine du mouvement à Rio de Janeiro. "Rio $urreal" a déjà conquis d'autres grandes villes comme Sao Paulo, Brasilia ou Manaus, qui ont créé leur propre page Facebook.

La glacière, signe de résistance très tendance

$urreal a aussi lancé un autre phénomène de révolte : l'"Isoporzinho (glacière). Longtemps considérée comme le "comble de la ringardise" dans les quartiers huppés de Rio de Janeiro, la glacière en polystyrène est aujourd'hui devenue une signe de résistance très tendance contre les prix abusifs. La dynamique est simple : on se donne rendez-vous entre amis sur une place ou à la plage. Et chacun apporte à boire et à manger dans sa glacière.

Avec un salaire moyen de 615 euros par mois et des loyers qui peuvent augmenter jusqu'à 40% au renouvellement du bail, la révolution de la glacière s'est rapidement mise en marche. Déborah Turturro a organisé un "Isoporzinho" sur la plage de Copacabana : "Cette bière dans un supermarché, elle coûte 1,89 real. Dans un bar, elle serait à six, sept ou huit réais", indique-t-elle à l'AFP. "Grâce à ces rassemblements, il y aura moins de clients, moins de demande, et donc automatiquement les prix vont baisser", prévoit-elle. En effet, certains bars de Rio ont déjà baissé le prix de la bière de 15%.

Avec AFP

Première publication : 15/02/2014

  • MANIFESTATIONS

    "Le Brésil montre son vrai visage !"

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Fronde sociale : enseignants et anarchistes accentuent la pression à Rio

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    JO-2016 : le maire de Rio s'en prend aux instances sportives du Brésil

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)