Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Moyen-Orient

Après dix mois d'impasse politique, le Liban a un nouveau gouvernement

© AFP Tammam Salam, le Premier ministre

Vidéo par Julien SAUVAGET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/02/2014

Plongé dans une crise politique depuis dix mois, le Liban est parvenu, samedi, à nommer un gouvernement de compromis. Il sera présidé par Tammam Salam et comportera 24 ministres.

C'est la fin d'une longue impasse politique. Le Liban est parvenu à nommer un gouvernement de compromis, samedi 15 février, dix mois après un blocage né de la rivalité entre différents clans et exacerbé par le conflit qui ravage la Syrie.

"Après dix mois d'efforts, de patience (...), un gouvernement préservant l'intérêt national est né", a affirmé le nouveau Premier ministre Tammam Salam après l'annonce de la liste des 24 ministres. "C'est un gouvernement rassembleur et c'est la meilleure formule pour permettre au Liban de faire face aux défis", a-t-il ajouté.

Tammam Salam devient le nouveau Premier ministre du Liban après dix mois de blocage

Le Hezbollah chiite représenté

Le gouvernement, comportera 24 membres. Formé dans un contexte de violences intermittentes qui secouent le pays, il réunit pour la première fois depuis trois ans les deux camps rivaux du puissant Hezbollah chiite, qui combat les rebelles de Syrie aux côtés du régime de Bachar al-Assad, et la coalition menée par l'ex-Premier ministre Saad Hariri, qui soutient l'opposition syrienne.

Huit portefeuilles seront aux mains du Hezbollah et ses alliés, dont les Affaires étrangères, huit à la coalition dite du "14-mars" de Saad Hariri, dont l'Intérieur, et huit à des ministres proches du président Michel Sleimane, considéré comme neutre, et du leader druze Walid Joumblatt, considéré comme "centriste".

Selon des sources partisanes proches du "14-mars", Saad Hariri a fait une grande concession en acceptant de participer à ce gouvernement avec le Hezbollah, un parti qu'il accuse d'être derrière l'assassinat de son père, le dirigeant Rafic Hariri.

Cinq membres du puissant parti armé sont en effet jugés par contumace près de La Haye pour l'assassinat de Rafic Hariri, tué le 14 février 2005 dans un attentat à Beyrouth.
 

Avec AFP et Reuters

Première publication : 15/02/2014

  • LIBAN

    Le plan d’Al-Qaïda pour mettre à feu et à sang un fief du Hezbollah

    En savoir plus

  • LIBAN

    Des Libanais se déshabillent pour soutenir la skieuse Jackie Chamoun

    En savoir plus

  • LIBAN

    Nouvel attentat-suicide près de Beyrouth

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)