Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

EUROPE

Les protestataires anti-gouvernement évacuent la mairie de Kiev

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/02/2014

Dimanche, les manifestants ukrainiens qui protestent contre le gouvernement de Viktor Ianoukovitch ont mis fin à l’occupation de la mairie de Kiev, la capitale du pays. Une concession majeure destinée à apaiser les tensions.

Dimanche, les opposants au pouvoir ukrainien, incarné par le président Viktor Ianoukovitch, ont décidé de mettre fin à l'occupation de la mairie de Kiev.

Ils occupaient ce lieu symbolique de la capitale depuis le mois de décembre.

"La mairie est pratiquement évacuée", a déclaré le "commandant" des lieux Rouslan Andriïko à un journaliste de l'AFP.

L'ambassadeur de Suisse en Ukraine, dont le pays occupe la présidence tournante de l'OSCE, est entré quelques minutes après l'annonce dans le bâtiment évacué.

"La Suisse qui préside l'OSCE a été invitée par les deux parties en conflit à participer au processus de transfert de la mairie aux autorités", a-t-il déclaré à la presse.

La mairie de Kiev avait été investie par les protestataires le 1er décembre et était devenu le "QG de la révolution". Depuis, le bâtiment hébergeait jusqu'à 700 manifestants qui y dormaient et s'y réchauffaient.

Il s'agit d'un lieu hautement symbolique, tout comme le Maïdan, place centrale de Kiev occupée depuis la volte-face pro-russe du pouvoir fin novembre au détriment d'un rapprochement avec l'Union européenne.

Son évacuation avait été présenté comme une condition clé pour permettre l'application de la loi d'amnistie à l'égard de 234 manifestants qui ont été libérés. Ces protestataires sont toujours inculpés de crimes passibles de peines pouvant atteindre 15 ans de prison.

Avec AFP


Première publication : 16/02/2014

  • DIPLOMATIE

    Ukraine : une diplomate américaine invite l'UE à aller "se faire foutre"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Les Ukrainiens de plus en plus divisés sur la crise politique

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Activistes emprisonnés en Ukraine : "une monnaie d'échange politique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)