Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dans "les prochaines heures"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

SPORT

Renaud Lavillenie, le perchiste qui a battu l’imbattable

© AFP

Vidéo par FRANCE 3

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 16/02/2014

En franchissant une barre à 6,16 mètres en Ukraine, samedi soir, le Français Renaud Lavillenie a effacé le mythique record du monde du saut à la perche du tsar Sergueï Bubka. Retour sur la carrière d’un champion.

"Il va me falloir du temps pour redescendre sur Terre", a-t-il déclaré, hilare, au micro de BFM TV. Renaud Lavillenie, le perchiste français de 27 ans, qui a battu, samedi 15 février, le record du monde de saut à la perche, est encore dans les nuages. Et, on ne peut que l’inciter à y rester, tant l’exploit est historique. Du haut de son "petit" mètre 77, l’Auvergnat de poche a franchi 6,16 mètres sous les yeux du maître Sergueï Bubka. L’athlète ukrainien demeurait jusqu’alors le roi incontesté de la discipline depuis le 21 février 1993, date à laquelle il avait franchi 6,15 mètres.

Dès le passage de la barre, Renaud Lavillenie, qui n’avait pas encore touché terre, avait déjà ouvert les bras et serré les poings dans les airs, en signe de victoire. Le perchiste, qui avait déclaré quelques jours plus tôt se sentir capable de battre ce record, n’en est pas moins resté ébahi une fois la prouesse accomplie. Ivre de bonheur, il a bredouillé quelques mots aux caméras de télévision, un immense sourire aux lèvres : "Whaou…Ben…Ça va… C’est incroyable, quoi… Ouais.. Y’a rien à dire…"

Il y a au contraire beaucoup à dire sur cet étonnant athlète, désormais entré au panthéon de l’athlétisme. Champion olympique, champion du monde en salle, champion d'Europe (plein air et salle), le Clermontois possède un palmarès impressionnant. Il ne lui manque aujourd'hui que l’or des Mondiaux en plein air pour couronner une carrière impeccable. "Il est épatant. Il fait partie des gens à qui on est incapable de donner les limites", estime l'ancien numéro un français, Jean Galfione. "Faire mieux que Bubka, c'est comme aller plus vite qu'Usain Bolt, avoir de meilleures stats que Michael Jordan. Il détrône une légende."

Commentaire de Renaud Lavillenie sur son compte Twitter

Il faut dire que tout prédisposait Lavillenie à ce destin de champion. Dans la famille de l’athlète, la perche est sacrée. La discipline, reine. Le grand-père entraînait déjà le père et Renaud - qui a effectué son premier saut à 4 ans - et coache aujourd’hui son petit frère, Valentin. Les deux frangins ont d’ailleurs participé à leur toute première finale internationale en famille aux Mondiaux de Moscou en 2013. Renaud avait décroché l'argent. Valentin, 22 ans, avait fini bon dernier.

Mais depuis des années, le dimanche après-midi, quand d'autres font un simple barbecue en famille, les Lavillenie, eux, organisent des concours de perche sur le sautoir installé dans le jardin de Renaud. "Oui, c’est vrai, certains pensent que je suis un psychopathe", a confessé Renaud Lavillenie au micro de France 2.

"J’ai toujours eu confiance en moi"

Les débuts furent pourtant difficiles pour le champion. Enfant, il ne brille pas par ses performances. Adolescent, il peine à se distinguer dans la discipline. Ce n’est qu’en 2007 qu’il se fait remarquer pour la première fois à Niort, en sautant 5,45 mètres, ce qui le porte au rang de grand espoir français de sa discipline. Il est alors âgé de 19 ans. De là, sa carrière décolle et les titres ne cesseront plus de pleuvoir. En 2012, il devient champion olympique à Londres. La même année, il s’octroie un titre mondial en salle et une couronne européenne. Mais dès 2009, Renaud Lavillenie avait débuté sa moisson de médailles dans les grands championnats. Il compte à ce jour cinq titres continentaux et un total de 10 médailles en compétition internationale. Une collection à laquelle s’ajoutent sept championnats de France.

"J'ai toujours eu confiance en moi, mais ça m'a permis de prendre plus d'assurance dans ce que je faisais, de libérer les choses", reconnaît-il. "Je suis une pile qui ne se décharge jamais. Dans la vie, je vais toujours avoir l'envie de gagner. Pour la moto, le tennis, le basket, la piscine, le ping-pong. Dès que je fais quelque chose, je me mets à fond", déclarait-il en mai dernier.

Réaction de Sergeï Bubka sur son compte Twitter

Hors de sa passion, Renaud n’a jamais dévoilé les détails de sa vie privée. "L'homme, dans la vraie vie, c'est compliqué à décrire, je ne vais pas dire que je suis bordélique quand même", souriait-il au printemps dernier, en pensant sûrement à ce que dirait sur le sujet sa compagne Anaïs Poumarat, perchiste elle aussi. "Alors on va dire que je suis plutôt joyeux, plutôt optimiste dans tous les domaines."

Un optimisme peut-être un peu trop débordant. Après avoir savouré son record du monde, Renaud Lavillenie, sans doute grisé par son succès, a voulu essayer de marquer deux fois l’Histoire en une journée. Quelques instants plus tard, le perchiste a demandé à passer une "barre stratosphérique" - selon l’expression de "L’Équipe" – de 6,21m. Un défi encore prématuré : le recordman a brisé sa perche à l’impulsion et s’est blessé au pied dans la foulée. Mais qui sait ? Le Français a montré qu’il pouvait battre l'imbattable. Peut-être un jour tutoiera-t-il une nouvelle fois le ciel.

Première publication : 16/02/2014

  • SAUT À LA PERCHE

    Le perchiste français Renaud Lavillenie bat le record de Sergueï Bubka

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Le perchiste Renaud Lavillenie médaillé d'argent aux Mondiaux de Moscou

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)