Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-Orient

L’Armée syrienne libre limoge son chef pour "négligence"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/02/2014

Limogé de ses fonctions en raison de son incapacité à diriger l’Armée syrienne libre – groupe rebelle soutenu par les Occidentaux -, le général Selim Idriss a été remplacé par le colonel Abdelilah al-Bachir, a annoncé ce lundi l’ASL.

L’Armée syrienne libre (ASL), le groupe rebelle soutenu par les pays occidentaux et arabes, a écarté son chef, le général Selim Idriss, et l’a remplacé par un commandant plus expérimenté, le colonel Abdelilah al-Bachir, a annoncé lundi le groupe armé.

Le Conseil militaire suprême de l’ASL (CMS) précise dans un communiqué que son nouveau chef dirigeait jusqu’à présent ses opérations dans la province de Kouneïtra, une région frontalière avec le plateau du Golan occupé par Israël.

Ce Conseil suprême a expliqué son choix par la "paralysie au sein de l'état major au cours des derniers mois", la nécessité de le "restructurer" et "les difficultés que rencontre la révolution syrienne" face au régime du président Bachar al-Assad. Le CMS reprochait également à Selim Idriss "la mauvaise distribution des armes" aux rebelles sur le terrain, une "négligence dans les combats" et son "éloignement [à l’étranger]".

Selon des sources au sein de l’opposition, la mise à l’écart de Selim Idriss est intervenue à l’issue d’une réunion du Conseil militaire suprême dimanche en Turquie, à laquelle a assisté Asaad Moustafa, ministre de la Défense du gouvernement provisoire formé par l’opposition syrienne l’an dernier.

Sous son autorité, l’ASL, composée en grande partie de déserteurs de l’armée syrienne, a subi de nombreux revers militaires, à la fois face aux forces de Bachar al-Assad et à leurs alliés chiites libanais, irakiens et iraniens, mais aussi face aux brigades rebelles islamistes qui ont pris le contrôle des zones “libérées” du nord du pays.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 17/02/2014

  • DIPLOMATIE

    Kerry accuse la Russie de favoriser la "surenchère" du régime de Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Genève-2 : fin des négociations, Brahimi s'excuse pour le maigre bilan

    En savoir plus

  • SYRIE

    Raids de l'armée syrienne sur Yabroud, dernier fief rebelle près du Liban

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)