Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

Asie - pacifique

L’ONU envisage de poursuivre Kim Jong-un devant la CPI

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/02/2014

Un rapport de l’ONU, publié lundi, accuse le régime nord-coréen de violations massives des droits de l’Homme. Les enquêteurs menacent le leader nord-coréen Kim Jong-un de poursuites devant la Cour pénale internationale.

Une équipe d'enquêteurs de l'ONU a menacé, lundi 17 janvier, plusieurs responsables nord-coréens de poursuites devant la Cour pénale internationale (CPI), en raison de violations massives des droits de l’Homme. Parmi ces dirigeants figure le leader nord-coréen Kim Jong-un

Le document publié par l’ONU fait état de tortures généralisées lors des interrogatoires et de famines provoquées de façon "délibérée" par Pyongyang. Le rapport détaillé des enquêteurs, un document de 372 pages, a été rejeté "catégoriquement et dans son ensemble" par la Corée du Nord. Le pays a dénoncé la publication d’un "produit de la politisation des droits de l'Homme, menée par l'Union européenne et le Japon, en accord avec la politique hostile des États-Unis".

Un courrier adressé par la Commission d’enquête à Kim Jong-un menace les personnalités du régime visées par les accusations de poursuites devant la justice internationale. Il s’agit d’une menace publique d’un dirigeant en exercice, qui n’a pas de précédent dans l’histoire. Il reste cependant peu probable que le Conseil de sécurité donne suite à ces menaces, puisque la Chine, alliée de toujours du régime nord-coréen, y dispose d’un droit de veto.

Pékin complice de "crimes contre l'humanité"

Les responsables de l’enquête, menée par le juge australien Michael Kirby, ont par ailleurs reproché à la Chine de se rendre potentiellement coupable de "complicité de crimes contre l'humanité", en procédant régulièrement au renvoi d’exilés nord-coréens dans leur pays.

Les conclusions de l’enquête, qui a été menée pendant une année auprès de réfugiés en Corée du Sud, au Japon, au Royaume-Uni et aux États-Unis, explique que ces immigrés renvoyés sont exposés à des actes de torture, des exécutions sommaires et des avortements forcés. Des affirmations démenties par Pékin.

Avec Reuters

Première publication : 17/02/2014

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Rencontre diplomatique historique entre des dirigeants des deux Corées

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord renvoie l'Américain Kenneth Bae en camp de travail

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Corées : Séoul annonce la rencontre de familles séparées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)