Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 18/02/2014

"J'étais reconnaissant qu'on ne m'ait coupé qu'un seul doigt"

© France 24

Presse internationale, mardi 18 février 2014. Au menu de cette revue de presse, la nomination de Matteo Renzi à la tête du gouvernement italien, et un rapport accablant sur les crimes contre l’humanité commis par le régime nord-coréen, avec la complicité de la Chine.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale en Italie, où Matteo Renzi, le a été chargé hier de former un nouveau gouvernement.
 
Le chef du centre gauche promet de réformer durablement l’Italie, et a même déjà proposé un calendrier mois par mois de ces réformes: une réforme électorale, tout d’abord, d'ici la fin du mois, puis une réforme du marché du travail en mars, de la fonction publique en avril et de la fiscalité en mai - un programme résolument «optimiste», d’après La Repubblica, mais qui risque d’entrer «en collision» avec «les difficultés de la réalité».
 
Renzi devra compter sur bien des résistances, relève aussi La Stampa, qui voit d’autres difficultés, dont la moindre ne sera pas la formation du nouveau gouvernement. Il d’ailleurs déjà dû renoncer, notamment, au choix de Lucrezia Reichlin pour le poste de ministre de l’Economie, jugé trop peu «politique» pour faire le poids face à la Commission européenne et à la BCE. Autre souci, et de taille: les exigences de l’encombrant allié Nouveau centre droit d’Angelino Alfano, l’ex-dauphin de Silvio Berlusconi qui a donné il y a peu le coup de grâce à son mentor, et semble lui aussi assez pressé de trouver sa place au soleil.
 
En Asie, pour la première fois, des juristes mandatés par l’ONU livrent un réquisitoire accablant contre le régime nord-coréen, l'accusant de crimes contre l'humanité à grande échelle. D’après The Guardian, ils demandent aussi une action de la communauté internationale pour que les responsables rendent des comptes. «On ne pourra pas dire que l’on ne savait pas», écrivent-ils, en établissant un parallèle entre ce qui se passe dans ce pays et les horreurs commises par les nazis. Dans ce rapport de près de 400 pages, le témoignage de Jee Heon, une jeune femme envoyée dans un camp de prisonniers après avoir été expulsée de Chine, qui raconte comment elle a vu un jour des gardes obliger une prisonnière venant tout juste d’accoucher, à noyer son nouveau-né. Ou celui, plus connu, de Shin Doghyuk, rescapé des camps nord-coréens, qui raconte, lui, avoir vu une enfant de 7 ans battue à mort pour avoir ramassé quelques grains tombés de la ration d’un garde; comment lui-même s’est fait couper un doigt pour avoir laissé tomber la machine à coudre sur laquelle il travaillait. «A ce moment-là j’étais reconnaissant, vraiment reconnaissant, que l’on ne m’ait que coupé qu’un seul doigt, et pas toute la main».
 
La survie du régime nord-coréen doit beaucoup à la Chine, rappelle The Independent, qui explique qu’elle bloquerait  toute action du conseil de sécurité de l’ONU, dont elle est membre permanent, et où elle dispose d’un droit de veto.
 
La Chine, seule mais puissante alliée de la Corée du Nord, pointée du doigt également par The Wall Street Journal, qui dénonce la façon dont elle persiste à qualifier les réfugiés de Corée du Nord de «migrants économiques», et continue à les y renvoyer, en violation complète du protocole de l’ONU sur le statut des réfugiés, qu’elle a pourtant signé, et qui interdit le renvoi vers leur pays d’origine des personnes qui y seraient en danger.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/09/2014 Belgique

"DDay"

Presse internationale, jeudi 18 septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse. C’est le jour J.

En savoir plus

18/09/2014 Nicolas Sarkozy

"Kilt ou double"

Presse française, jeudi 18 septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, l’intervention attendue de François Hollande, et les...

En savoir plus

17/09/2014 Gouvernement

"La confiance en peau de chagrin"

A la Une de la presse française ce matin : la confiance accordée par les députés à Manuel Valls. 269 élus ont choisi de soutenir la politique du Premier ministre. Manuel Valls a...

En savoir plus

16/09/2014 Immigration clandestine

"Combien de rêves naufragés?"

Presse internationale, mardi 16 septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, une déclaration d’amour anglaise à l’Ecosse, un message d’Al Qaida à l’EIIL à propos d’Alan...

En savoir plus

16/09/2014 Pacte de responsabilité

"Blues au PS"

Presse française, mardi 16 septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, le discours de politique générale de Manuel Valls, qui demande la confiance des députés pour la...

En savoir plus