Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-Orient

L'origine de l'ultimatum lancé aux touristes en Égypte reste floue

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2014

Le groupe djihadiste Sinaï Ansar Baït al Makdis, qui a revendiqué un attentat contre un bus de tourisme dans le Sinaï, aurait invité les touristes à fuir le pays d’ici au 20 février. L'origine de l'ultimatum reste cependant incertaine.

Deux jours après la revendication d’un attentat commis dimanche contre un bus de touristes près de la frontière israélo-égyptienne par Sinaï Ansar Baït al Makdis, la confusion règne autour des intentions du groupe djihadiste affilié à Al-Qaïda.

Sur un compte Twitter affilié au mouvement, les touristes sont invités à quitter le pays "avant qu'il ne soit trop tard". Selon ce tweet, publié en anglais, ils ont jusqu’au 20 février pour évacuer le territoire égyptien.

Cet ultimatum n’a cependant pas été confirmé par Sinaï Ansar Baït al Makdis, qui a expliqué par le passé se refuser à communiquer via les réseaux sociaux. L’information a néanmoins été reprise par plusieurs sites djihadistes sur lequel le groupe est en revanche actif.

Une catastrophe potentielle pour le secteur touristique

En dépit du manque d’informations sur la véracité de cet ultimatum, les autorités s’inquiètent déjà de l’impact potentiellement dévastateur d’une telle annonce.

Sinaï Ansar Baït al Makdis, qui a publié un communiqué dans la foulée de l’attentat-suicide perpétré dimanche, a précisé qu’il ne s’agissait que d’une étape de "la guerre économique contre ce pouvoir traître qui [...] tue les innocents, détruit les maisons, pille les propriétés et rase les terres à la frontière avec l'ennemi sioniste".

Le document promettait d’ailleurs de nouvelles attaque contre les "intérêts économiques [du pouvoir égyptien] pour faire cesser ses actions contre les musulmans."

Avant la "révolution du Nil" de janvier-février 2011, le tourisme représentait plus de 10 % du PIB égyptien et fournissait de nombreux emplois à travers le pays.

Mais la chute de Moubarak et l’instabilité politique du pays ont, depuis, provoqué une baisse drastique du nombre de visiteurs, qui pourrait être accentué par ces nouvelles menaces.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 18/02/2014

  • ÉGYPTE

    Un groupe proche d'Al-Qaïda revendique l'attentat dans le Sinaï

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Al-Sissi, le candidat de Moscou

    En savoir plus

  • FOCUS

    Égypte : les nostalgiques de Moubarak sont de retour sur le devant de la scène

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)