Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Démantèlement d'un trafic d'armes d'Europe de l'Est: 28 gardés à vue

AFP

Vingt-huit personnes étaient toujours en garde à vue en France mardi soir au terme d'une vaste opération menée mardi par 240 gendarmes, qui ont saisi des armes de guerre en provenance de Slovaquie via la Belgique.Les gendarmes de la cellule nationale d'enquête dénommée

Vingt-huit personnes étaient toujours en garde à vue en France mardi soir au terme d'une vaste opération menée mardi par 240 gendarmes, qui ont saisi des armes de guerre en provenance de Slovaquie via la Belgique.Les gendarmes de la cellule nationale d'enquête dénommée "Armes 52" au travail le 2 décembre 2013 à Reims, jour où 63 individus avaiant été interpellés et 350 armes saisies

Vingt-huit personnes étaient toujours en garde à vue en France mardi soir au terme d'une vaste opération menée mardi par 240 gendarmes, qui ont saisi des armes de guerre en provenance de Slovaquie via la Belgique, a-t-on appris auprès de la gendarmerie de Reims.

Lundi matin, les gendarmes ont perquisitionné de nombreux domiciles et interpellé 36 personnes -sur 39 recherchées- dans le territoire métropolitain et en Corse, dans le cadre d'une enquête dirigée par la section de recherches (SR) de Reims sous la direction de magistrats de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy, a-t-on indiqué à la gendarmerie.

En tout, des dizaine d'armes de poing, une vingtaine de fusils d'assaut et pistolets mitrailleurs, plusieurs kilos d'explosif, des produits chimiques, un obus, des grenades et 50 kilos de munitions, ont été saisis en provenance principalement de Slovaquie via une filière belge.

"Les personnes interpellées qui n'ont pas de lien entre elles, se fournissaient par des sites internet spécialisés situés surtout en Belgique qui écoulent des armes venues de Slovaquie", a expliqué, lors d'un point presse, le lieutenant-colonel Didier Berger qui dirige la SR de Reims.

Selon lui, "les armes arrivent la plupart du temps démilitarisées mais l'achat de pièces détachées permet aux connaisseurs de les rendre fonctionnelles".

"Certains individus interpellés sont en lien étroit avec le milieu criminel et l'opération confirme la porosité entre le milieu des amateurs d'armes déviants et celui du grand banditisme", a-t-on précisé à la gendarmerie.

L'enquête avait débuté le 14 février 2012, lors d'une perquisition chez un individu résidant dans la Haute-Marne où une vingtaine d'armes de guerre et des milliers de munitions avaient été découverts.

Une cellule nationale d'enquête dénommée "ARMES 52" basée à Reims avait alors été constituée, menant le 2 décembre 2013 à l'interpellation de 63 individus et la saisie de 350 armes, 3 lance-roquettes, 20 kg de poudre et 750 kg de munitions.

Selon la gendarmerie, deux individus ont été mis en examen par la Jirs de Nancy dans le cadre de cette première vague d'interpellation et d'autres suspects devraient être entendus par les magistrats de leur région.

Les investigations se poursuivent sous la direction du magistrat instructeur.

Première publication : 18/02/2014