Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

SPORT

Sotchi : Julia Lipnitskaia, 15 ans, la petite fée du patinage russe

© AFP

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 19/02/2014

Les Russes auront les yeux rivés mercredi sur leur nouvelle icône, Julia Lipnitskaia. À 15 ans, elle est l'une des favorites de l'épreuve de patinage artistique. Loin de l'insouciance des filles de son âge, elle s'astreint à un rude entraînement.

Pendant une semaine, Julia Lipnitskaia est retournée chez elle à Moscou pour peaufiner sa préparation. Après sa médaille d’or remportée le dimanche 9 février dans l'épreuve par équipe avec la Russie, la jeune patineuse a voulu échapper à la pression médiatique des Jeux olympiques de Sotchi. "Ici, on ne peut même pas dormir durant la journée. Le téléphone n’arrête pas de sonner et il y a les journalistes", a-t-elle expliqué à l’agence Associated Press.

Il faut dire que sa performance lors de l’épreuve par équipes n’est pas vraiment passée inaperçue. Du haut de ses 15 ans, la jeune fille, qui a patiné sur le thème musicale de la Liste de Schindler, a ébloui les spectateurs et les juges. Malgré un visage des plus enfantins, Julia Lipnitskaia affiche une grande maturité sur la glace. "Elle est de la dynamite", a même commenté sa rivale américaine Gracie Gold, âgée de 18 ans sur la chaîne ESPN. "Elle n’a pas de colonne vertébrale, mais a des os de fer !".

La patinoire, son univers

Pour en arriver à un tel niveau, la nouvelle idole de la Russie s’est astreinte à une discipline rigoureuse depuis son plus jeune âge. Née dans l’Oural, à Ekaterinbourg, elle a commencé à s’entraîner sur la glace dès l’âge de quatre ans. Très vite, la petite fille a montré un incroyable don pour le patinage. "Elle tombait et se relevait toujours. Elle ne pleurait jamais. Elle avait déjà ce visage si sérieux quand elle était petite", a raconté sa première entraîneuse Elena Levkovets à Associated Press. Sa mère Daniela, qui l’a élevée toute seule, n’a pas hésité à mettre sa carrière entre parenthèse pour se consacrer entièrement à sa fille. Après avoir quitté son emploi, elle a réussi à convaincre le célèbre coach russe Eteri Tuberidze de prendre Julia dans son groupe à Moscou alors qu’elle n’avait que 10 ans.

Dans la capitale russe, la jeune championne a alors consacré l’essentiel de son temps à sa passion. "Je ne vais pas au lycée, j’étudie chez moi. Et c’est tout. Je vais de la maison à la patinoire. Mais je ne ressens pas de gêne. Et puis, je ne peux pas dire que je sois particulièrement sociable", a-t-elle décrit récemment au site russe sport-express. Un emploi du temps très strict qui s’est révélé payant. En l’espace de cinq ans, Julia Lipnitskaia a gravi à la vitesse de l’éclair la hiérarchie du patinage. Après avoir conquis le titre de championne du monde junior en 2012, elle est devenue, en janvier à Budapest, la plus jeune femme à remporter le titre européen.

La performance de Julia Lipnitskaia lors du championnat de Russie


Une petite fille comme les autres?

Ce talent si précoce lui vaut déjà l’admiration des plus grands. "Son style et sa présence sur la glace, qui n’ont rien à voir avec son âge, ont jeté un véritable sort sur tous ceux qui l’ont déjà regardée", a affirmé dans les pages de "USA Today", l’ancien champion olympique américain Scott Hamilton. "Elle a beaucoup de pression sur elle pour une fille de 15 ans, mais elle semble être forte et elle réussit à très bien le gérer", a également jugé le champion ukrainien Victor Petrenko.

Mais pour réussir à monter sur la plus haute marche du podium, Julia Lipnitskaia va devoir battre les stars de la discipline. Pour sa dernière participation aux JO, la Sud-Coréenne Kim Yu-na, championne olympique en titre, a bien l’intention de finir sur un succès. Même si elle s’est blessée récemment au pied droit, la star asiatique du patinage est toujours une redoutable concurrente. La Japonaise Maso Asada, va aussi tenter de s’offrir un podium grâce au triple axel, la plus grosse difficulté chez les dames qu’elle est l’une des rares à réaliser.

Si elle arrive à éclipser, jeudi 20 février, au cours de la finale, ses deux principales rivales dans la patinoire de Sotchi, Julia Lipnitskaia deviendrait, à 15 ans et 263 jours, la deuxième plus jeune athlète à décrocher un titre olympique. (Le record est encore détenu par l'Américaine Tara Lipinski, qui avait 15 ans et 255 jours lors de sa victoire aux JO de Nagano en 1998) Ce qui s'avèrerait être un exploit ne semble, pour l'heure, pas particulièrement la préoccuper. Sur sa page officielle, sur le site VKontakte, la version russe de Facebook, elle continue de publier des clichés de ses idoles rencontrées à Sotchi. Pour sa photo de profil, elle a simplement choisi un ourson en peluche. Même si elle est aujourd’hui adulée par tout un peuple, la patineuse est encore une petite fille. 

La page de Julia Lipnitskaia sur VK, le Facebook russe

 

Première publication : 18/02/2014

  • JEUX OLYMPIQUES

    Sotchi : le hockey sur glace, l'obsession de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • JO DE SOTCHI

    Patinage : une victoire russe entachée par des soupçons de tricherie

    En savoir plus

  • PATINAGE ARTISTIQUE

    Le couple français Péchalat et Bourzat conserve son titre de champion d'Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)