Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

EUROPE

Violents affrontements à Kiev, les autorités lancent un ultimatum

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2014

De nouvelles violences ont éclaté, mardi, dans la capitale ukrainienne faisant. Au moins cinq personnes ont été tuées. Les autorités ont ordonné aux opposants de mettre fin aux "troubles" avant 16h00 GMT sous peine de "mesures sévères".

Les manifestations ont dégénéré, mardi 18 février, entre opposants et policiers anti-émeute près du Parlement, à Kiev. Selon un premier bilan établi par les membres de l'opposition, au moins cinq personnes ont été tuées, dont trois par balles et environ 150 ont été blessées dont 30 graves. Les autorités ont ordonné aux manifestants de mettre fin aux "troubles" avant 16 heures GMT, faute de quoi, les opposants s'exposeraient à des "mesures sévères".

"Un changement total"

Plus tôt dans la journée, le défilé auquel participaient plus de 20 000 personnes, s'était déroulé dans le calme. Le service d'ordre de l'opposition a cependant vite été débordé.

Jeunes ultras cagoulés et armés de gourdins, quinquagénaires confectionnant des explosifs, grands-mères transportant des pansements et de l'antiseptique dans un sac à provision : une foule hétéroclite a participé aux affrontements, à moins de 200 mètres du parlement.

Les manifestants ont pris d'assaut au cocktail molotov et brièvement occupé le siège du parti du président ukrainien Viktor Ianoukovitch dans le centre de la capitale ukrainienne.

"Ce que nous voulons, c'est un changement total du pouvoir en place, nous allons encercler le parlement jusqu'à ce que ce soit le cas", promet Anatoli, un manifestant qui juge même que l'intensité des violences dépassera celles de la rue Grouchevski, théâtre de scènes de guérilla urbaine en janvier.

Kiev appelle à la fin des ultimatums

Assailli à coups de projectiles, le barrage des policiers a été contraint de reculer, le camion derrière lequel ils avaient pris position ayant été incendié à coups de cocktail molotov.

"Nous appelons de nouveau l'opposition ukrainienne à renoncer aux menaces et aux ultimatums et à entamer un dialogue avec le pouvoir afin de permettre au pays de sortir d'une crise profonde", a poursuivi le ministère russe.

Ces affrontements sont les premiers depuis janvier. Quatre personnes avaient alors été tuées et plus de 500 blessées. C'est la décision des autorités de renoncer à une association avec l'Union européenne au profit d'un rapprochement avec la Russie, qui avait mis le feu aux poudres.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 18/02/2014

  • MOBILISATION ANTI-IANOUKOVITCH

    Ukraine : entrée en vigueur de l'amnistie pour les manisfestants

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Les protestataires anti-gouvernement évacuent la mairie de Kiev

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Les Ukrainiens de plus en plus divisés sur la crise politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)