Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Amériques

Des dizaines de milliers de manifestants battent le pavé à Caracas

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2014

Des dizaines de milliers de Vénézuéliens sont descendus dans les rues de Caracas, mardi. Ce mouvement de protestation fait suite à l'interpellation de l'opposant vénézuélien en fuite Leopoldo Lopez, qui s'est rendu aux autorités dans la journée.

À Caracas, des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans la rue, mardi, pour protester contre le gouvernement du président Nicolas Maduro, près de deux semaines après le début d’un vaste mouvement de contestation qui secoue l’ensemble du pays.

Leopoldo Lopez, l'opposant dans la ligne de mire de Caracas

Belle allure et sourire facile, Leopoldo Lopez affiche, à 42 ans, un long passé "antichaviste".

Fils de bonne famille, il a fait une bonne partie de sa scolarité aux États-Unis, d'abord au prestigieux Kenyon College dans l'Ohio, puis à Harvard, d'où il est sorti diplômé en économie, parlant courant anglais.

Il a été élu en 2000, à 29 ans, à la mairie de Chacao, quartier huppé de l'est de Caracas, puis réélu avec plus de 80 % des voix en 2004.

Expulsé en 2009 du parti Un Nuevo Tiempo qu'il avait rejoint en 2007, il fonde en 2009 Voluntad Popular (droite), qui détient le plus grand nombre de mairies parmi celles aux mains de l'opposition.

Leopoldo Lopez est à la tête du mouvement "La Sortie", qui entend obtenir la chute du gouvernement par la mobilisation dans la rue.

Plus tôt dans la journée, l'opposant vénézuélien en fuite Leopoldo Lopez s’est livré de lui-même aux autorités locales, à Caracas. Il était sous le coup d'un mandat d'arrêt depuis des violences ayant fait trois morts il y a une semaine, au cours une précédante manifestation à Caracas.

La reddition de cet "antichaviste" acharné a exacerbé la mobilisation des opposants au pouvoir, qui battaient déjà le pavé depuis le début de la journée.

Ailleurs dans la ville, les partisans de Maduro s’étaient également réunis pour afficher leur soutien au gouvernement en place.

"Mon emprisonnement infâme vaudra la peine" s'il permet au "Venezuela de se réveiller définitivement" et à la "majorité des Vénézuéliens et des Vénézuéliennes qui veulent des changements (de) les obtenir démocratiquement", a martelé Leopoldo Lopez face à ses partisans, réunis sur une place de l’est de Caracas. Un ultime baroud d’honneur pour le dirigeant du parti Voluntad Popular, qui s’est déroulé quelques minutes avant qu’il se constitue prisonnier à la police.

Depuis plus de dix jours, le Venezuela est le théâtre d’un large mouvement de grogne sociale. La protestation, née d’une fronde d'étudiants provinciaux lassés de l’insécurité, a ensuite gagné l’ensemble du pays.

À l’insécurité se sont ajoutés d’autres griefs à l’encontre du gouvernement, parmi lesquels l’inflation (plus de 56 % en 2013) et les pénuries.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 18/02/2014

  • VENEZUELA

    Maduro expulse trois diplomates américains sur fond de manifestations

    En savoir plus

  • INTERNET

    Twitter accuse le Venezuela de censurer des images sur son réseau

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Manifestations anti-Maduro : trois morts à Caracas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)