Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

FRANCE

Achats de voix présumés : la garde à vue de Serge Dassault brièvement levée

© JACQUES DEMARTHON / AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/02/2014

Serge Dassault, dont l’immunité parlementaire a été levée il y a une semaine, a été placé en garde à vue mercredi, à Nanterre, puis relâché pour la nuit. Il est soupçonné d’achat de votes à Corbeil-Essonnes, dont il fut maire de 1995 à 2009.

Le sénateur UMP Serge Dassault a été placé, mercredi 19 février, en garde à vue à Nanterre dans le cadre de l'enquête sur un système présumé d'achats de voix aux municipales de Corbeil-Essonnes, commune dont il fut le maire pendant quatorze ans. Il a été relâché dans la soirée mais devrait être de nouveau être incarcéré jeudi, a expliqué une source judiciaire.

En raison de son âge avancé, 88 ans, Serge Dassault devrait bénéficier d’une surveillance médicale à l’Hôtel Dieu. Le propriétaire du "Figaro" a toujours clamé qu’il n’avait "rien à se reprocher". Il avait d’ailleurs lui-même demandé la levée de son immunité parlementaire le 11 février pour pouvoir répondre aux accusations portées contre lui.
 
Deux autres protagonistes de l'affaire devaient également être convoqués mercredi. Jacques Le Bigre, l'ancien directeur de cabinet de Serge Dassault, accusé d'être "le porteur de valise", et Mamadou Kébé, un homme mis en examen pour extorsion de fonds. Ce dernier a notamment raconté comment il avait empoché plus d'un million d'euros pour acheter des voix.
 
Pour rappel, Serge Dassault est soupçonné d'avoir mis en place un système clientéliste en achetant les votes de l’électorat populaire pour garantir la paix sociale dans les quartiers sensibles de la ville. En 2009, le conseil d'État a annulé son élection pour dons d'argent.

Avec AFP 

 

Première publication : 19/02/2014

  • FRANCE

    L'immunité parlementaire de Serge Dassault levée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Serge Dassault demande la levée de son immunité parlementaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    Serge Dassault visé par une plainte pour "association de malfaiteurs"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)