Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

EUROPE

Le président Ianoukovitch annonce une "trêve" avec l'opposition

© ANATOLII BOIKO / AFP | Forces de police face aux manifestants dans le centre de Kiev, le 18 février.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/02/2014

À l'issue d'une deuxième journée de violences à Kiev, le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a annoncé qu'une trêve avait été conclue avec les chefs de file de l'opposition. Revivez la journée de mercredi sur notre liveblogging.

Le président Viktor Ianoukovitch a annoncé avoir conclu une trêve avec les chefs de file des trois principaux partis d’opposition, mercredi 19 février tard dans la soirée. Cet accord prévoit également l’ouverture de nouveaux pourparlers pour "mettre fin aux effusions de sang et stabiliser la situation dans l’intérêt de la paix sociale".

Plus tôt dans la journée, les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont lancé une "opération antiterroriste" contre les opposants, permettant à l’armée de se déployer. Dans la foulée, Viktor Ianoukovitch a limogé le chef des armées, le colonel Volodimir Zamana, qui a été remplacé par l'amiral Iouri Ilyin, jusqu'alors chef de la marine nationale.

Mercredi en début de matinée, les forces de sécurité ukrainiennes ont lancé un nouvel assaut sur la place de l’Indépendance, au cœur de Kiev. Les lignes entre policiers et manifestants ont peu changé au cours de cette deuxième journée d’affrontements. Les violences se sont en revanche étendues à plusieurs villes de province.

Après les affrontements de mardi, au cours desquelles au moins 26 personnes ont été tuées et plus d’un millier d’autres blessées, les condamnations internationales se sont multipliées, François Hollande et Angela Merkel ont dénoncé notamment les "violences inqualifiables" commises en Ukraine. L’Union européenne et les États-Unis ont déclaré étudier la mise en place de sanctions coordonnées contre le gouvernement ukrainien.

Kiev, le champ de bataille
© AFP / BULENT KILIC

Les chefs de la diplomatie française, allemande et polonaise ont annoncé qu’ils se rendraient dès jeudi dans la capitale ukrainienne pour "rétablir le dialogue politique entre opposition et pouvoir".

La situation à Kiev a donné lieu à une brève passe d’armes entre Moscou d’un côté, Bruxelles et Washington de l’autre. Alors que la Maison Blanche a fait savoir qu’elle aimerait que la Russie contribue davantage aux efforts internationaux pour faire baisser la tension, le Kremlin a dénoncé une "tentative de coup d’État" de la part de l’opposition ukrainienne. L’ambassadeur de Russie auprès de l’UE n’a d'ailleurs pas mâché ses mots pour critiquer les éventuelles sanctions occidentales contre Kiev, qu’il a qualifiées de "déplacées" et "d’inopportunes".

Pour revivre le liveblogging du mercredi 19 février sur vos tablettes et smartphones, cliquez ici.

 

 

 

Première publication : 19/02/2014

  • UKRAINE

    Violents affrontements à Kiev, les autorités lancent un ultimatum

    En savoir plus

  • MOBILISATION ANTI-IANOUKOVITCH

    Ukraine : entrée en vigueur de l'amnistie pour les manisfestants

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Les protestataires anti-gouvernement évacuent la mairie de Kiev

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)