Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Le gouvernement allemand fragilisé par un scandale de pédopornographie

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/02/2014

Le député allemand Sebastian Edathy est soupçonné d’avoir consulté des images pedopornographiques. Les médias se demandent qui était au courant de l’enquête et si l’élu en avait été informé. Un scandale qui a déjà poussé un ministre à la démission.

Le démantèlement au Canada d’un réseau pédopornographique en novembre 2013 est en train de faire trembler la coalition politique au pouvoir en Allemagne. Alors qu’Angela Merkel assiste mercredi 19 février à un Conseil des ministres franco-allemand à Paris, des discussions se déroulent en haut lieu entre responsables de la CDU (le parti conservateur de la chancelière) et du SPD (les sociaux-démocrates allemands membres du gouvernement). Leur objectif est de parvenir à “rétablir un climat de confiance” à la tête de l’État. Angela Merkel est même entrée dans l’arène en demandant à tous les partis, ministres et services de police impliqués de jouer cartes sur table pour démêler une histoire qui devient tous les jours plus compliquée.

L’affaire débute par la mise en cause d’un député du SPD, Sebastian Edathy. Son nom apparaît dans le cadre d’un vaste coup de filet de la police de Toronto contre un réseau de pédopornographie, entraînant l’arrestation de 384 personnes dans le monde. Elles étaient impliquées dans la diffusion d’images et de films de mineurs âgés de 6 à 14 ans. On ne sait pas - et l’enquête en cours n’a pas encore permis de l’établir - à quel genre de matériel Sebastian Edathy a eu accès, ni dans quelle mesure ce responsable politique était impliqué dans ce réseau. L’accusé affirme n’avoir jamais eu en sa possession de matériel compromettant.

Zones d’ombre

Jusqu’au mois de février 2014, le lien entre ce réseau criminel et l’élu du SPD n’est connu que d’un petit cercle d’hommes politiques et de policiers. Mais le 7 février, Sebastian Edathy démissionne et trois jours plus tard, le SPD annonce que l’élu est soupçonné d’avoir consulté du matériel pédopornographique. L’effet est immédiat : la machine médiatique se met en branle et l’Allemagne assiste, effarée, à la transformation d’une sombre affaire de mœurs en scandale politique majeur.

Le problème est, en effet, de comprendre ce qui s’est produit en coulisses entre novembre 2013 et février 2014. Qui était au courant de l’affaire ? Et, surtout, Sebastian Edathy a-t-il été averti en amont de l’enquête qui le concernait ? Les médias allemands ont, ainsi, révélé plusieurs zones d’ombre : des perquisitions qui ne mènent à rien parce que des disques durs ont été endommagés ou l'élu mis en cause qui dénonce, peu avant une descente de police à son bureau au Bundestag, le vol de son ordinateur portable. Une lettre officielle informant le président de la République de l’ouverture d’une enquête contre le député a également mis cinq jours de trop pour arriver. Le magazine "Spiegel" affirme, en outre, que cette missive a été ouverte avant d’arriver à bon port.

Première crise majeure de la coalition

Cette succession de révélations fait désordre et a déjà coûté son poste au ministre de l’Agriculture, Hans-Peter Friedrich. En novembre 2013, il était encore ministre de l’Intérieur et, à ce titre, savait que le nom de Sebastian Edathy avait été repéré par les autorités canadiennes. En marge des consultations pour la formation du nouveau gouvernement, il en informe le patron du SPD, Sigmar Gabriel. Ce dernier alerte alors le chef du groupe parlementaire des sociaux démocrates, Thomas Oppermann.

Ces discussions ressemblent fort à de la divulgation illégale d’informations sensibles sur une enquête criminelle. Hans-Peter Friedrich décide, le 14 février, de démissionner tout en assurant qu’il n’a rien à se reprocher. Il affirme n’avoir fait état que de soupçons pesant sur Sebastian Edathy, sans entrer dans les détails. Un argument repris par les dirigeants du SPD qui ont simplement reconnu avoir su, dès novembre, que le nom de leur collègue avait été cité dans le cadre du démantèlement du réseau pédopornographique.

Pour Sebastian Edathy, ce scandale ressemble fort à une fin de parcours politique. Cet élu était pourtant considéré comme l’une des étoiles montantes du SPD depuis, notamment, un travail remarqué en tant que chef d’une commission d’enquête sur des crimes racistes. Mais même si l’enquête finit par blanchir ce politicien, son nom est désormais associé à la première crise majeure de la coalition au pouvoir. Le parti social-démocrate réfléchit d’ailleurs à l’exclusion de Sebastian Edathy du mouvement.

Première publication : 19/02/2014

  • ALLEMAGNE

    Angela Merkel et ses six ministres superstar

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Merkel se résout à généraliser le salaire minimum

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES ALLEMANDES

    Allemagne : les eurosceptiques décollent, les pirates font naufrage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)