Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Bonom, l'artiste français qui envoûte les murs de Bruxelles

AFP

Longtemps, Bonom s'est joué de la police. Suspendu ou perché, le jeune Français peignait la nuit des fresques monumentales sur les murs aveugles de Bruxelles. Avant d'être arrêté, de sortir de l'ombre et d'être salué pour avoir embelli la capitale belge.L'artiste français Bonom, le 7 février devant l'une de ses peinture murale à Bruxelles

Longtemps, Bonom s'est joué de la police. Suspendu ou perché, le jeune Français peignait la nuit des fresques monumentales sur les murs aveugles de Bruxelles. Avant d'être arrêté, de sortir de l'ombre et d'être salué pour avoir embelli la capitale belge.L'artiste français Bonom, le 7 février devant l'une de ses peinture murale à Bruxelles

Longtemps, Bonom s'est joué de la police. Suspendu ou perché, le jeune Français peignait la nuit des fresques monumentales sur les murs aveugles de Bruxelles. Avant d'être arrêté, de sortir de l'ombre et d'être salué pour avoir embelli la capitale belge.

D'abord une araignée, puis un poulpe, un renard, une baleine...: depuis 2005, un étrange bestiaire a envahi les pignons et façades d'immeubles aux quatre coins de la ville.

"Qui a pu faire ça? Et comment?", s'interrogeaient les Bruxellois, surpris de voir naître ces fresques en une seule nuit dans les lieux les plus improbables. "L'Arsène Lupin du street art" intriguait la presse comme les élus, partagés entre le devoir de punir ces actes illégaux et le respect pour la qualité artistique de ces graffitis.

"En quelques années, Bonom est devenu une légende. Malgré les pandores (gendarmes), la féerie s?est poursuivie et les habitants ont aimé", résume le quotidien La Libre Belgique.

Le mystère perdure jusqu'en 2010. Et l'interpellation en flagrant délit du jeune Parisien de 24 ans débarqué à Bruxelles cinq années auparavant pour étudier les arts plastiques. Poursuivi pour ""dégradation volontaire d?immeubles", Vincent Glowinski, alias Bonom, bénéficie de la clémence de la justice qui le condamne à des travaux d'intérêt général.

Il ne s'arrête pas pour autant et réalise deux immenses fresques qui font jaser: une femme qui se caresse et un vieillard nu et décharné.

Pour cette dernière oeuvre, Bonom joue les funambules en la réalisant en rappel, suspendu dans le vide, ses pots de peinture à la main, alors que la ville dort. "Le risque de la chute? Il fait partie du travail tel que je le conçois. Je me confronte aux peurs physiques".

- Sorti de la clandestinité -

A Bruxelles, l'artiste a trouvé le terrain idéal à son épanouissement. "Avec son côté un peu bordélique, ses espaces abandonnés gigantesques et ses nombreux murs libres, cette ville offre une grande liberté. J'y ai trouvé une dimension qui n'existe pas à Paris, ville très dense et où l'architecture est beaucoup plus sacralisée", explique-t-il.

De fait, la plupart de ses oeuvres restent visibles plusieurs années après leur réalisation, à l'image de celle de la femme se caressant le sexe, pourtant située sur l'une des avenues les plus chics du centre-ville.

Pour l'artiste, qu'importe que cette mémoire soit finalement effacée par la pluie ou le karcher. "Je ne redoute pas que mes oeuvres disparaissent, je crains qu'elles n'existent pas", explique-il.

Vincent Glowinski a aujourd'hui tourné la page Bonom. Sa sortie de la clandestinité est officialisée par une exposition de dessins et photos qui attire de nombreux curieux depuis janvier à Bruxelles.

Il s'est lancé dans une "autre aventure", celle des performances mélangeant danse, vidéo et peinture. Dans "Human Brush", il utilise son corps comme un pinceau qui dessine ses mouvements sur un écran. Son nouveau spectacle "Méduses" a commencé à tourner en Belgique et en France.

(Bonom, le singe boiteux - exposition à l'Institut supérieur pour l?étude du langage plastique -Iselp- à Bruxelles jusqu'au 22 mars, http://iselp.be/)

Première publication : 20/02/2014