Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso : Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

EUROPE

La France, l'Allemagne et la Pologne entament un ballet diplomatique à Kiev

© AFP / Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/02/2014

La rencontre prévue jeudi au siège de la présidence entre Viktor Ianoukovitch et les chefs de la diplomatie française, allemande et polonaise a bien eu lieu, malgré les violents affrontements autour du palais présidentiel.

Après la recrudescence des violences en Ukraine, le ministre français des Affaires étrangères ainsi que ses homologues allemand et polonais se sont rendus à Kiev, jeudi 20 février, où ils se sont entretenus avec le président Ianoukovitch, contrairement aux informations selon lesquelles la rencontre avait été annulée pour raison de sécurité .

Les trois diplomates doivent ensuite partir pour Bruxelles rendre compte devant les ministres des Affaires étrangères de l'UE lors d'une réunion extraordinaire. Après deux jours de violences qui ont fait 28 morts, le président Ianoukovitch avait annoncé, sous la menace de sanctions, une trêve ce jeudi dans la capitale ukrainienne.

Les Russes veulent mettre la pression sur l'opposition

Ce ballet diplomatique fait suite à un flot de déclarations, mercredi. Paris et Berlin ont notamment condamné des "actes inqualifiables, inadmissibles, intolérables" en Ukraine, assurant que leurs auteurs seraient "sanctionnés".

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a, de son côté, demandé au gouvernement ukrainien de "renoncer à user d'une force excessive" contre les manifestants et de respecter "les exigences et les aspirations de la population".

Des attitudes qualifiées de déplacées et inopportunes par l'ambassadeur russe auprès de l'UE, Vladimir Tchijov. Moscou, en effet, plaide auprès de Bruxelles pour que la pression soit mise plutôt sur l’opposition afin qu’elle "coopère avec les autorités". Le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, sera également à Kiev jeudi.

Les Américains sanctionnent des hauts responsables

Emboîtant le pas aux dirigeants européens, les États-Unis ont interdit de visas quelque 20 hauts cadres officiels ukrainiens qu'ils accusent d'être responsables de la répression meurtrière des manifestations.

L'Otan a de son côté averti l'Ukraine d'une remise en cause possible de sa coopération avec ce pays si l'armée intervenait contre les manifestants de l'opposition.

Mercredi soir, pourtant, le président Ianoukovitch a fait un pied de nez à ces appels, en remplaçant le chef d'État-major des armées, hostile à l'utilisation des soldats contre les opposants.
 

Avec AFP

Première publication : 20/02/2014

  • UKRAINE

    Ukraine : Hollande et Merkel veulent que l'UE prenne des sanctions

    En savoir plus

  • DIAPORAMA

    En images : affrontements meurtriers au centre de Kiev

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le président Ianoukovitch annonce une "trêve" avec l'opposition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)