Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Rodin en majesté au Grand Palais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Keep calm et carry on"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Londres frappée au coeur"

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : la piste du "terrorisme islamiste" privilégiée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Sage-femme" : Catherine Deneuve et Catherine Frot se découvrent

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Le Roux : une démission pour l'exemple ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Commémore-t-on excessivement les attentats ?"

En savoir plus

FOCUS

Pénurie d'eau au Pakistan : entre gaspillage et mauvaise gestion, le pays contraint à agir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le virus des affaires"

En savoir plus

FRANCE

Le gynécologue André Hazout condamné à 8 ans de prison pour violences sexuelles

© AFP | Le gynécologue, Dr André Hazout

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/02/2014

Le gynécologue André Hazout a été condamné jeudi à huit ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur six patientes. Le praticien n'a que partiellement reconnu les crimes qui lui sont imputés.

Le gynécologue André Hazout, spécialiste mondialement reconnu de la procréation médicalement assistée (PMA), qui s’est rendu coupable de viols et agressions sexuelles sur six de ses patientes, a été condamné jeudi 20 févier à 8 ans de prison.

Au terme de quatre heures de délibéré, la cour d'assises de Paris a répondu oui à toutes les questions sur la culpabilité du gynécologue, âgé de 70 ans, qui comparaissait libre et auquel les gendarmes ont immédiatement passé les menottes.

La cour a également condamné le praticien à une interdiction définitive d'exercer.

L'avocate générale Annie Grenier avait requis mercredi à son encontre une peine de douze ans de réclusion criminelle pour viols et agressions sexuelles sur six patientes, en tout cas "pas moins de dix ans, peine plancher pour une condamnation criminelle".

La défense du Dr Hazout avait demandé jeudi matin à la cour d'assises de Paris de ne le condamner que pour les agressions sexuelles qu'il a reconnues sur certaines de ses patientes et non pour les viols qu'il a toujours contestés.

Avec AFP

Première publication : 20/02/2014

COMMENTAIRE(S)