Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

Afrique

Les Libyens élisent sans enthousiasme leur Assemblée constituante

© AFP

Vidéo par Marine CASALIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/02/2014

Les Libyens se sont rendus aux urnes jeudi pour élire leur Assemblée constituante au terme d'une campagne qui n'a pas suscité d'engouement. La Commission électorale a annoncé un taux de participation de 18% seulement à la mi-journée.

Contrairement aux premières élections libres du pays organisées en juillet 2012, les Libyens ne se sont pas bousculés pour élire, jeudi 20 février, leur Assemblée constituante. Seuls 1,1 million d'électeurs se sont inscrits pour ce scrutin, soit moins de la moitié qu'en 2012 et moins d'un tiers du total des électeurs potentiels.

À la mi-journée, le taux de participation était de 18%, selon la Commission électorale, au terme d'une campagne électorale plutôt terne dans un pays qui reste très instable et en proie à l'insécurité.

"La constitution est si importante !"

"Je me suis inscrite aux élections. Mais je ne vais pas voter, tout simplement parce que je ne sais pas à qui je donnerais ma voix", a déploré Amal, 21 ans, qui travaille dans une agence de voyages.

Mais pour Abdoul Monem al Marghani, directeur d’un département bancaire, cette élection représente, au contraire, un enjeu crucial pour la construction de son pays. "Quand vous construisez un bâtiment, je pense qu’ils vous faut les fondations, il vous faut les bases. Cela pose aussi des limites aux autorités […]. C'est pour ça que la constitution est si importante ! pour construire un pays moderne", explique-t-il à FRANCE 24.

Après une matinée calme, l'affluence semblait relativement plus importante dans la capitale en début d'après-midi, malgré le mauvais temps. Les rues de Tripoli étaient toutefois quasi-vides et la plupart des commerces étaient fermés, ce jeudi ayant été décrété férié à l'occasion du vote.

À Derna, un fief d'extrémistes situé dans l'est du pays, des bureaux de vote ont été les cibles d'attaques pendant la nuit, faisant un mort.

À la mi-journée, des hommes armés ont contraint un autre bureau de fermer sous la menace des armes, selon une source locale. Ces incidents ont été confirmés à l'AFP par le président de la Commission électorale Nouri al-Abbar.

Un scrutin sans enjeux politiques

Au total, 97% des bureaux de vote, ouverts de 08H00 (06H00 GMT) à 19H00 (17H00 GMT), étaient opérationnels, selon la Commission électorale. Les résultats définitifs devraient être annoncés "trois ou quatre jours après le scrutin", a indiqué la même source.

Les Libyens sont déçus des réalisations du Congrès général national (CGN), la plus haute autorité politique et législative issue des élections de 2012, qui a échoué à rétablir l'ordre dans un pays en proie à l'anarchie. La Commission électorale a dû repousser à plusieurs reprises le délai d'inscription pour pouvoir dépasser le cap symbolique d'un million d'inscrits.

Le scrutin est, à priori, sans enjeux politiques. Officiellement, les partis politiques n'y participent pas et seules les candidatures individuelles ont été acceptées. Au total, 692 candidats sont inscrits pour ces élections, dont 73 femmes, selon la Commission électorale.

Avec AFP

Première publication : 20/02/2014

  • LIBYE - REPORTAGE

    Huweida Shebani, candidate pour rédiger la nouvelle constitution libyenne

    En savoir plus

  • LIBYE

    "L'importance des djihadistes dans le sud libyen est exagérée"

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'état d'urgence décrété après des violences dans le sud libyen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)