Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler!

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

SUR LE NET

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Les Algériens de France : un vote courtisé

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

Pour mieux s'orienter, des lycéens découvrent la fac dès la seconde

AFP

Difficile à 15 ans de se décider sur un choix d'études: pour limiter les échecs nombreux en première année d'université, une poignée d'établissements invite des lycéens dès la seconde pour les accompagner dans leur orientation.Dans une enquête, le ministère insistait sur la

Difficile à 15 ans de se décider sur un choix d'études: pour limiter les échecs nombreux en première année d'université, une poignée d'établissements invite des lycéens dès la seconde pour les accompagner dans leur orientation.Dans une enquête, le ministère insistait sur la "difficulté" des étudiants "à s'adapter dans un contexte très différent de celui du lycée"

Difficile à 15 ans de se décider sur un choix d'études: pour limiter les échecs nombreux en première année d'université, une poignée d'établissements invite des lycéens dès la seconde pour les accompagner dans leur orientation.

"Il faut vraiment savoir quel est votre but, tracer une ligne droite et foncer", explique Hamid Oughaddhou, enseignant en sciences physiques, à une centaine de lycéens dans un amphi de l'université de Cergy-Pontoise (UCP), en région parisienne.

Pourtant, alors que c'est précisément le moment pour eux d'exprimer des voeux provisoires d'orientation, beaucoup n'ont pas de projet d'études arrêté.

Cette indécision mène souvent à de mauvaises orientations, qui sont en partie responsables du fort taux d'échec en première année de fac, souligne le ministère de l'Enseignement supérieur. Seul un étudiant sur deux passe en deuxième année, sachant qu'un quart redouble et un autre quart se réoriente, selon une enquête publiée en novembre.

A Cergy-Pontoise, le taux d'échec s'élève même à près de 60% pour l'année 2012-2013. Pour y remédier, l'université accueille depuis quatre ans une centaine de lycéens du Val d'Oise pour un séjour découverte de trois jours.

Pendant l'opération, baptisée "Univ d'Hiver", étudiants et enseignants font visiter des labos de recherche, expliquent les débouchés possibles de filières comme le commerce, les sciences ou les langues et tentent surtout de susciter des vocations.

- "Une image concrète" -

"J'ai enfin compris ce que c'est que d'être ingénieur", explique Antoine Montesinos, en seconde à Cergy. "Maintenant, je vais me poser beaucoup de questions, confie-t-il, après une discussion avec son référent-étudiant actuellement en école d'ingénieur agronome.

Ce contact précoce avec l'enseignement supérieur est jugé stratégique par Hélène Thébault, vice-présidente de l'université. Les élèves de seconde "doivent choisir dès cette année leur section", scientifique, économique et social ou littéraire, avance-t-elle. "Ils doivent déjà penser aux études supérieures qu'ils veulent faire et donc connaître l'université."

L'opération vise ainsi à donner à chacun les outils, parfois complexes, pour construire son parcours professionnel. "On m'a bien expliqué le fonctionnement des filières", comme le droit, "que je ne comprenais pas bien", déclare Clara Huet, lycéenne de Pontoise qui veut devenir juge pour enfants.

Elle doit permettre aussi de rétablir "une forte égalité des chances", en "ciblant les élèves dont les parents n'ont pas fait d'études supérieures ou d'origine sociale modeste", dit Jules Donzelot, chargé de mission de la communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise, qui co-organise l'événement.

Dans son enquête, le ministère insistait sur la "difficulté" des étudiants "à s'adapter dans un contexte très différent de celui du lycée", notamment des campus de taille immense.

"C'est sûr qu'on appréhende, c'est un gros changement", reconnaît Carole-Anne Rossi, élève à Saint-Ouen-l'Aumône. "Mais pouvoir passer quelques jours ici, ça nous donne déjà une image concrète de ce qui nous attend", conclut-elle.

Première publication : 20/02/2014