Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

SPORT

Sotchi : Kim Yu-na, la rock star coréenne du patinage artistique

© AFP

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 20/02/2014

En tête de l'épreuve de patinage artistique à l'issue du programme court, Kim Yu-na va tenter de conserver son titre olympique jeudi à Sotchi. Véritable icône en Corée du Sud, la reine de la glace est l'une des athlètes les plus riches des JO.

En 2010, dans le Pacific Coliseum de Vancouver, Kim Yu-na était devenue la coqueluche des Jeux olympiques. En obtenant le plus haut score jamais attribué à un patineur (228,56 points), la jeune athlète sud-coréenne était entrée dans le Guinness des records et dans l’histoire de son sport. Grâce son élégance, sa vitesse sur la glace et son incroyable facilité à réaliser les combinaisons les plus difficiles, "la reine", comme elle est surnommée, avait réussir à conquérir les juges et les spectateurs du monde entier.

Quatre ans plus tard, la patineuse n’a rien perdu de son talent. Après avoir remporté le programme court mercredi 19 février, la championne de 23 ans est bien partie pour conserver sa couronne sur la glace de Sotchi. En tête avant le libre de jeudi soir avec 74,92 points, elle devance pour le moment la Russe Adelina Sotnikova (74,64) et l’Italienne Carolina Kostner (74,12). Sa principale rivale, la Japonaise Mao Asada, n’a pris qu’une décevante 16e place (55,51), tandis que la jeune prodige russe Julia Lipnitskaia pointe en 5e position (58,63) après une chute sur un triple flip.

"J'étais nerveuse, mes jambes ont commencé à trembler, alors j'ai repensé à tous les bons entraînements que j'ai fait et je me suis dit: crois en toi. Je me suis sentie soulagée après avoir passé tous mes sauts. J'étais comme dans un rêve. J'ai pensé à énormément de choses pendant que je patinais", a déclaré Kim Yu-na après son programme court.

L'incroyable prestation de Kim Yu-Na aux JO de Vancouver

Un phénomène médiatique et financier

Pour la grande finale de ce soir, tous les Sud-Coréens seront rivés devant leur écran pour suivre la prestation de leur idole. En remportant en 2009, à seulement 19 ans, ses premiers Championnats du monde, la patineuse est devenue la sportive la plus respectée de son pays, même si elle vit et s’entraîne à Los Angeles. Sa médaille d’or obtenue à Vancouver n’a fait qu’accroître cette immense popularité. Le magazine "Time" l’a même classée en 2010 parmi les 100 personnalités les plus influentes de la planète. A chacun de ses déplacements, elle est suivie par une nuée de journalistes et d’admirateurs.

Sur le plan financier, Kim Yu-na fait aussi figure d’exception. Selon le magazine "Forbes", elle figure au sixième rang des sportives les mieux payées du monde avec 14 millions de dollars de revenus (10,20 millions d'euros). Elle compte ainsi une douzaine de sponsors dont Samsung, Korean Air et KB Financial. Une notoriété qu’elle utilise notamment pour aider les autres. Depuis 2010, elle est ambassadrice pour l’Unicef, avec qui elle a fait des campagnes de dons pour les victimes du tremblement de terre en Haïti et du tsunami au Japon.

Cet emploi du temps surchargé l’a finalement poussé durant la saison 2011-2012 à s’éloigner des patinoires. "Après les Jeux de Vancouver, j’ai été entraînée dans un tourbillon d’activités, en plus de tous les préparatifs pour les compétitions. J’ai senti que j’avais besoin de faire une pause", expliquait-elle en octobre 2011 sur le site officiel des Jeux olympiques. Mais quelques mois plus tard, sa passion a vite repris le dessus. La jeune femme, qui a débuté le patinage à l’âge de six ans, a décidé de rechausser les patins. En 2013, la Sud-Coréenne a fait un retour fracassant en remportant les Championnats du monde au Canada. Sa préparation pour les Jeux de Sotchi a toutefois été perturbée par une blessure au pied droit en septembre dernier qui l’a forcé à six semaines d’arrêt.

Revenue au sommet de sa forme, "l’impératrice" du patinage veut marquer les esprits pour ses derniers Jeux olympiques. "Comme mon objectif a été atteint lors des Jeux olympiques de Vancouver, je ne suis pas obsédée par le fait de gagner ou de devenir encore championne, mais à Sotchi comme ce sont mes derniers jeux, je veux terminer sans avoir de regrets", expliquait-elle récemment dans une vidéo de promotion des JO. En cas de victoire, Kim Yu-na écrira une nouvelle ligne de sa légende. Elle deviendrait en effet la troisième patineuse dans l’histoire à conserver son titre après la Norvégienne Sonja Henie (1928, 1932, 1936) et l’Allemande Katarina Witt (1984 et 1988).

La préparation de Kim Yu-Na pour les JO de Sotchi


 

Première publication : 20/02/2014

  • JEUX OLYMPIQUES

    Sotchi : Julia Lipnitskaia, 15 ans, la petite fée du patinage russe

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Sotchi : un triplé historique pour la France en skicross

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Sotchi : des sportifs ukrainiens quittent les JO par solidarité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)