Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Montebourg annonce le retour de l'exploitation publique minière en France

© PATRICK KOVARIK / AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/02/2014

Le ministre français du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a annoncé vendredi qu'une compagnie minière publique dotée de 200 à 400 millions d'euros allait être créée pour pour garantir les approvisionnements en métaux et terres rares.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, souhaite redonner au secteur minier français son prestige de "la grande époque". Vendredi 21 février, il a annoncé la "renaissance" d'une Compagnie nationale des mines de France (CMF) censée assurer "l'indépendance" de l'Hexagone dans l'approvisionnement en matières premières.

"La grande époque est de retour. Le renouveau minier en France est en route", s'est exclamé vendredi le ministre, à l'occasion d'une visite des carrières souterraines de gypse de Montmorency, dans le Val-d'Oise, exploitées conjointement par le groupe français Saint-Gobain et la société belge Siniat. Arnaud Montebourg a choisi les longs couloirs de ces mines, situées en région parisienne, pour lancer cette idée souvent évoquée depuis son arrivée à la tête du ministère du Redressement : créer une compagnie minière publique afin de permettre à la France de se repositionner sur un secteur crucial pour son industrie.

Une dotation pouvant atteindre 400 millions d’euros

"Nous avons décidé avec le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM, organisme public, ndlr) et l'Agence de participation de l'Etat (APE) de créer cette compagnie nationale qui va constituer une maison mère", en se basant sur le savoir-faire français dans le secteur. Cette CMF, qui verra le jour dans les prochains mois, sera dotée d'une enveloppe de "200 à 400 millions euros dans les cinq à sept ans", a précisé le ministre.

Une initiative qui s'inscrit dans le droit-fil du colbertisme, que le ministre ne de cesse de revendiquer pour défendre la cause de l'interventionnisme de l'État dans la sphère économique, et qu'il a pris soin d'annoncer sur un site de Saint-Gobain, société fondée il y a pratiquement 350 ans par Jean-Baptiste Colbert. "Nous souhaitons assurer à notre pays un approvisionnement en matières premières qui assure son indépendance, la maîtrise de ses prix et des quantités, ainsi que sa souveraineté", a expliqué Arnaud Montebourg.

Une priorité : l'exploration publique minière

Le BRGM et l'APE seront coactionnaires de cette société qui se consacrera essentiellement à l'exploration publique minière, ont indiqué à l'AFP des sources au ministère du Redressement productif. L'exploitation minière, qui demande des investissements beaucoup plus considérables, se fera via des "prises de participation dans des sociétés" actives dans ce secteur, ont ajouté les sources du ministère.

La CMF aura pour mission de faire de la prospection dans les sous-sols français, y compris les territoires d'outre-mer. "Notre première décision concernera d'ailleurs la Guyane. Je m'y rendrai dans les mois qui viennent pour discuter avec les élus (...) de l'exploitation de l'or", a indiqué Arnaud Montebourg. Sa création intervient d'ailleurs en plein projet de refonte du code minier, ensemble de textes régissant notamment l'attribution des permis de recherche et d'exploitation des gisements, une réforme portée par Arnaud Montebourg, qui doit également contribuer à relancer les activités minières en France.

Mais la nouvelle société pourrait également apporter sa contribution à la "diplomatie économique" prônée par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Selon Arnaud Montebourg, son collègue du Quai d'Orsay lui aurait fait part de l'intérêt de pays africains pour une collaboration avec une société minière française. "Il nous semble normal que les gouvernements qui sont souvent exclus de l'exploitation des mines dans leur propres territoires puissent être associés à une compagnie minière française", a expliqué Arnaud Montebourg. "Il faut nous mettre d'accord avec ces gouvernements sur la répartition des revenus et que nous associons d'autres opérateurs, peut-être miniers ou peut-être pas", a-t-il ajouté.

Avec AFP

 

Première publication : 21/02/2014

  • POINT DE VUE

    Le "cheval de Troie" censé faire accepter le gaz de schiste aux Français

    En savoir plus

  • FRANCE

    Montebourg tacle le Medef et son million d'emplois

    En savoir plus

  • INDUSTRIE FRANÇAISE

    Paris dévoile ses plans pour la "nouvelle France industrielle"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)