Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Le salon de l’agriculture s'ouvre sur fond de tensions avec le monde agricole

© AFP

Vidéo par Julien SAUVAGET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/02/2014

L’inauguration du 51e salon de l’agriculture par François Hollande s’avère délicate, samedi. Il devra faire face à la grogne du milieu agricole, mais aussi gérer habilement ce rendez-vous populaire malgré une cote de popularité au plus bas.

Samedi, le président François Hollande inaugure le 51e salon de l'agriculture, dans un climat de crispation du monde agricole. Entre le mal-être des éleveurs, la guerre des prix avec la grande distribution et des normes jugées trop lourdes, les acteurs principaux du milieu pourraient en effet lui mener la vie dure.

Par ailleurs, avec une cote de popularité au plus bas, le président français doit aussi affronter le grand public, qui pourrait manifester son exaspération. Des mouvements de protestation de droite ou d'extrême droite ne sont d'ailleurs pas exclus.

Le président de la République est arrivé sur le salon pour la traite du matin, dès 7 heures (heure de Paris), entouré de plusieurs ministres dont Stéphane Le Foll (Agriculture) et Guillaume Garot (Agroalimentaire).

Ces 15 dernières années, le monde agricole a dû faire face à "beaucoup trop de contraintes qui pèsent sur les entreprises" et "le ras-le-bol s'exprime partout", a déclaré vendredi Xavier Beulin, président de la FNSEA, principal syndicat agricole du pays.

Un exercice périlleux

L'an passé, François Hollande avait arpenté les allées du salon pendant une dizaine d'heures, chaleureusement accueilli par une profession, qui, traditionnellement, vote plutôt à droite.

Cette année, l’exercice s’annonce encore plus périlleux. Car entre-temps, il y a eu la redistribution des aides la politique agricole commune (PAC) en faveur des éleveurs en difficulté, ce qui a fortement irrité les céréaliers.

Il y a aussi eu la révolte agricole et bretonne contre l'écotaxe, et le gouvernement n'a toujours pas garanti une exonération des filières agricoles.

Et c'est sans compter les serpents de mer que sont les normes environnementales et la guerre des prix entre les enseignes de la grande distribution, qui étrangle les agriculteurs.

Cette année, le prix du lait revient d'ailleurs sur le devant de la scène, alors que les cours  ont flambé de presque 10% l'an dernier, et que les éleveurs français n'en voient toujours pas la couleur.

"Un moment délicat"

Quelques jours avant l’ouverture du salon, Stéphane Le Foll lui-même reconnaissait que "le salon est toujours un moment politiquement délicat".

"Le salon de l'agriculture, c'est toujours une unité de temps, de lieu, où se retrouvent les agriculteurs, les citoyens et le politique. Et il y a toujours ce moment où il peut y avoir des incompréhensions", expliquait-il dans un entretien avec l'AFP.

Afin de calmer le jeu, le gouvernement a tenté d'apporter des réponses, dès vendredi, aux États généraux de l'agriculture organisés par la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA).

Dans les colonnes de la France Agricole, hebdomadaire prisé des agriculteurs, François Hollande a notamment promis de faciliter la création ou l'extension des élevages, comme c'est déjà le cas depuis le 1er janvier pour les porcheries.

Xavier Beulin a salué l'engagement, mais "il nous manque" des réponses, sur la question du coût du travail notamment.

Autant de sujets sur lesquels les participants et visiteurs du salon de l'agriculture ne manqueront pas d’interpeller le président français.

Avec AFP
 

Première publication : 22/02/2014

  • FRANCE

    Polémique après une blague de François Hollande sur Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • SALON DE L'AGRICULTURE

    Vendre localement, l'antidote au scandale de la viande de cheval

    En savoir plus

  • SALON DE L'AGRICULTURE

    L'étiquetage des plats cuisinés, nouveau credo des professionnels de la viande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)