Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

Culture

La Joconde, une militante féministe peinte par un "gauchiste" ?

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/02/2014

Un auteur américain affirme avoir percé les mystères de la Joconde. Mona Lisa serait en réalité une militante féministe, incarnation du combat d’un Léonard de Vinci "gauchiste", pour que "les droits théologiques des femmes" soient reconnus.

Près d’un demi-millénaire après avoir été peinte par Léonard de Vinci, la Joconde aurait enfin révélé ses secrets, affirme un auteur américain. Mona Lisa est en réalité une militante féministe qui prône l’égalité des sexes, affirme William Varvel, un historien de l’art amateur, qui habite au Texas.

Mona Lisa revendique, de manière cryptée, "les droits théologiques des femmes", c'est-à-dire la possibilité pour les femmes d'être prêtres dans l'Eglise catholique. C'est ce qu'affirme à l'AFP cet ancien professeur de mathématiques, auteur de "La Dame parle, les secrets de Mona Lisa" (The Lady Speaks, Brown Books) récemment paru aux États-Unis.

L'amateur de 53 ans, qui vient de passer 12 ans à étudier Léonard de Vinci, assure que "la Joconde est une sorte de déclaration pour les droits des femmes". En 180 pages, pas toujours simples à lire, William Varvel explique avoir découvert comment le peintre a "émaillé le tableau de 40 symboles, tirés des 21 vers du chapitre 14 du Livre du prophète Zacharie", dans l'Ancien Testament.

Le texte annonce l'avènement de la "Nouvelle Jérusalem", symbole d'une société idéale où les droits des femmes seraient reconnus, souligne-t-il. L'auteur établit ainsi des corrélations entre les descriptions géographiques ou symboliques du texte sacré et les détails du tableau, route, eaux, pont, voile, broderies ou position du modèle.

"Elle connait le secret de la Nouvelle Jérusalem"


Sur l'épaule droite de Mona Lisa s'élève par exemple le mont du Golgotha, à sa gauche le mont des Oliviers. Les plis sur son bras gauche sont un "joug", référence à la fois à des textes religieux et à l'oppression des femmes, dévoile-t-il également.

Pour Léonard de Vinci "que l'on pourrait aujourd'hui qualifier de gauchiste", dit-il, cette société idéale "ne pouvait exister que si l'exercice du ministère de Jésus-Christ était reconnu à la fois pour les hommes et pour les femmes".

Et le fameux sourire de la Joconde ? Il signifie "qu'elle connaît le secret de la Nouvelle Jérusalem", précise-t-il.

Depuis cinq siècles, cette œuvre de Léonard de Vinci fascine : on s'enthousiasme d'en trouver des copies, on croit repérer des signes mystérieux dans ses yeux, des Japonais ont reconstitué sa voix, un médecin a même cru diagnostiquer chez elle un excès de cholestérol.

Avec AFP

Première publication : 23/02/2014

  • PEINTURE

    La Joconde serait un homme ? Le Louvre en doute

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)