Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • Gaza : début d'une trêve de trois jours, des négociations commencent en Égypte

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Afrique

Javier Bardem sermonne la France et provoque un incident diplomatique avec le Maroc

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/02/2014

Le gouvernement marocain a émis des protestations publiques contre la France à deux reprises en quatre jours à la suite de poursuites contre un policier de haut rang et de révélations de l'acteur espagnol Javier Bardem sur la diplomatie française.

ERRATUM : Les propos ci-dessous comparant le Maroc à "une maîtresse" ont été attribués à tort à François Delattre, ambassadeur de France à Washington, dans une première version publiée le 24 février. Nous lui présentons nos excuses, ainsi qu'à nos lecteurs.

Le Maroc a protesté, dimanche 24 février, contre des propos sur le royaume prêtés à un haut diplomate français, qu'il a qualifiés de "scandaleux et inadmissibles", en plein coup de froid diplomatique entre Paris et Rabat autour de plaintes déposées en France contre un responsable des services de sécurité marocains.

Citant l'acteur espagnol Javier Bardem, producteur d'un documentaire sur le Sahara occidental --une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc mais revendiquée par des indépendantistes--, le quotidien français "Le Monde" a rapporté, jeudi 20 février, des propos prêtés à l'ambassadeur de France aux Nations Unies, Gérard Araud.

"L'ambassadeur de France aux Nations Unies, Gérard Araud, qu'on a rencontré en 2011, nous a dit que le Maroc est une maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n'est pas particulièrement amoureux mais qu'on doit défendre. Autrement dit, on détourne les yeux", a déclaré Javier Bardem lors d’une conférence de presse de présentation du film "Les enfants des nuages, la dernière colonie". L'acteur a ajouté que cette attitude n'était pas "acceptable" de la part d'un "pays pionnier en matière de libertés" comme la France.

Paris est un soutien traditionnel du royaume marocain sur le dossier du Sahara et le Quai d'Orsay a aussitôt catégoriquement démenti, mais le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Khalfi, a fustigé dimanche soir des "mots blessants" et des "expressions humiliantes".

Ces propos sont d'autant plus "scandaleux et inadmissibles" que le Maroc "ne cesse d'oeuvrer pour le renforcement des relations bilatérales", a-t-il ajouté dans un communiqué cité par l'agence de presse MAP.

Rabat "demeure persuadé que la France saura réparer le mal qui a été causé par ces propos", qu'ils "aient été fallacieusement attribués" au diplomate "ou effectivement prononcés", a encore avancé Mustapha Khalfi.

Plainte pour "complicité de torture"

Cette polémique intervient alors que la France et le Maroc, deux proches alliés, connaissent déjà un sérieux coup de froid diplomatique, à la suite de plaintes déposées à Paris contre un haut responsable marocain.

Jeudi 20 février, l’organisation Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (Acat) a saisi l'opportunité de la présence en France du patron du contre-espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi, pour demander aux autorités d'entendre ce responsable, qu'elle accuse de "complicité de torture".

Dans la foulée, et sans passer par les canaux diplomatiques, sept policiers se sont rendus à la résidence de l'ambassadeur du Maroc à Paris pour notifier à Abdellatif Hammouchi une convocation émanant d'un juge d'instruction.

Le Maroc a vivement réagi. "Il s'agit d'un incident grave et inédit dans les relations entre les deux pays de nature à porter atteinte au climat de confiance et de respect mutuel qui a, toujours, existé entre le Maroc et la France", a indiqué le ministère des Affaires étrangères marocain dans un communiqué.

L'ambassadeur du Maroc à Paris a précisé à l'agence MAP avoir appris l'existence de la procédure judiciaire engagé par le biais de la presse française.

En réponse, Paris a tenté d'apaiser les tensions et évoqué un "incident regrettable", tout en promettant que "toute la lumière (serait) faite".

Une nouvelle plainte pour "torture" a été annoncée dimanche en France contre le patron du contre-espionnage marocain par l'avocat d'un ancien champion de boxe light-contact, Zakaria Moumni, condamné et détenu pendant 17 mois au Maroc entre 2010 et 2012.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 24/02/2014

  • MAROC – MALI

    Mohammed VI court-circuite Alger et s'offre une tournée en Afrique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - MAROC

    Pour la première fois, Obama reçoit Mohammed VI à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Sahara occidental : regain de tension entre l'Algérie et le Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)