Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

Afrique

Javier Bardem sermonne la France et provoque un incident diplomatique avec le Maroc

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/02/2014

Le gouvernement marocain a émis des protestations publiques contre la France à deux reprises en quatre jours à la suite de poursuites contre un policier de haut rang et de révélations de l'acteur espagnol Javier Bardem sur la diplomatie française.

ERRATUM : Les propos ci-dessous comparant le Maroc à "une maîtresse" ont été attribués à tort à François Delattre, ambassadeur de France à Washington, dans une première version publiée le 24 février. Nous lui présentons nos excuses, ainsi qu'à nos lecteurs.

Le Maroc a protesté, dimanche 24 février, contre des propos sur le royaume prêtés à un haut diplomate français, qu'il a qualifiés de "scandaleux et inadmissibles", en plein coup de froid diplomatique entre Paris et Rabat autour de plaintes déposées en France contre un responsable des services de sécurité marocains.

Citant l'acteur espagnol Javier Bardem, producteur d'un documentaire sur le Sahara occidental --une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc mais revendiquée par des indépendantistes--, le quotidien français "Le Monde" a rapporté, jeudi 20 février, des propos prêtés à l'ambassadeur de France aux Nations Unies, Gérard Araud.

"L'ambassadeur de France aux Nations Unies, Gérard Araud, qu'on a rencontré en 2011, nous a dit que le Maroc est une maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n'est pas particulièrement amoureux mais qu'on doit défendre. Autrement dit, on détourne les yeux", a déclaré Javier Bardem lors d’une conférence de presse de présentation du film "Les enfants des nuages, la dernière colonie". L'acteur a ajouté que cette attitude n'était pas "acceptable" de la part d'un "pays pionnier en matière de libertés" comme la France.

Paris est un soutien traditionnel du royaume marocain sur le dossier du Sahara et le Quai d'Orsay a aussitôt catégoriquement démenti, mais le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Khalfi, a fustigé dimanche soir des "mots blessants" et des "expressions humiliantes".

Ces propos sont d'autant plus "scandaleux et inadmissibles" que le Maroc "ne cesse d'oeuvrer pour le renforcement des relations bilatérales", a-t-il ajouté dans un communiqué cité par l'agence de presse MAP.

Rabat "demeure persuadé que la France saura réparer le mal qui a été causé par ces propos", qu'ils "aient été fallacieusement attribués" au diplomate "ou effectivement prononcés", a encore avancé Mustapha Khalfi.

Plainte pour "complicité de torture"

Cette polémique intervient alors que la France et le Maroc, deux proches alliés, connaissent déjà un sérieux coup de froid diplomatique, à la suite de plaintes déposées à Paris contre un haut responsable marocain.

Jeudi 20 février, l’organisation Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (Acat) a saisi l'opportunité de la présence en France du patron du contre-espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi, pour demander aux autorités d'entendre ce responsable, qu'elle accuse de "complicité de torture".

Dans la foulée, et sans passer par les canaux diplomatiques, sept policiers se sont rendus à la résidence de l'ambassadeur du Maroc à Paris pour notifier à Abdellatif Hammouchi une convocation émanant d'un juge d'instruction.

Le Maroc a vivement réagi. "Il s'agit d'un incident grave et inédit dans les relations entre les deux pays de nature à porter atteinte au climat de confiance et de respect mutuel qui a, toujours, existé entre le Maroc et la France", a indiqué le ministère des Affaires étrangères marocain dans un communiqué.

L'ambassadeur du Maroc à Paris a précisé à l'agence MAP avoir appris l'existence de la procédure judiciaire engagé par le biais de la presse française.

En réponse, Paris a tenté d'apaiser les tensions et évoqué un "incident regrettable", tout en promettant que "toute la lumière (serait) faite".

Une nouvelle plainte pour "torture" a été annoncée dimanche en France contre le patron du contre-espionnage marocain par l'avocat d'un ancien champion de boxe light-contact, Zakaria Moumni, condamné et détenu pendant 17 mois au Maroc entre 2010 et 2012.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 24/02/2014

  • MAROC – MALI

    Mohammed VI court-circuite Alger et s'offre une tournée en Afrique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - MAROC

    Pour la première fois, Obama reçoit Mohammed VI à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Sahara occidental : regain de tension entre l'Algérie et le Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)