Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

asie

Grande Guerre : les soldats bengalis de l'armée française tombés dans l'oubli

© Archives/Muhammad Lutful Haq | Les volontaires du Bengale à Toulon en 1916

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 01/03/2014

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, l'Alliance française de Dacca met à l'honneur des soldats bengalis. Une trentaine de volontaires originaires de Chandernagor ont participé aux combats en France.

Alors que les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale viennent de débuter, les manifestations consacrées à cette période se focalisent pour l’instant sur le continent européen. Afin de porter un regard plus international sur le sujet, l’Alliance française de Dacca, au Bangladesh, a décidé d’organiser les 25 et 26 février, un colloque sur la Grande Guerre et les colonies.

Pendant deux jours, quinze historiens, politologues et écrivains du monde entiers vont se retrouver pour débattre notamment du rôle des troupes coloniales dans le conflit. Initiateur de cette conférence, le directeur de l’Alliance française Olivier Litvine estime que ces questions sont encore très méconnues et sensibles. "Je crois que c’est lié à un déni de l’histoire coloniale et possiblement à une attitude ambiguë à l’égard des populations issues des anciennes colonies et de l’immigration", explique-t-il à FRANCE 24. "Du point de vue des ex-pays colonisés, sur le plan psychologique, il me semble que la colonisation est également vécue comme une humiliation. On préfère aller de l’avant".

Le monuments aux morts de Pondichéry
© www.souvenir-francais-asie.com

Le continent indien : un réservoir de troupes

Sur le sous-continent indien, la Grande Guerre a pourtant eu un impact considérable. L’Empire britannique a ainsi mobilisé 1,5 millions de soldats indiens durant le conflit, dont 90 000 ont trouvé la mort. "Au début, ils se sont battus sur le front occidental en France et dans les Flandres, puis après 1915, la majorité d'entre eux ont été envoyés sur le front mésopotamien en Irak, en Arabie et en Palestine. Certains ont aussi combattu à Gallipoli, dans les Dardanelles, en Perse, à Salonique, en Afrique orientale et même en Chine", précise Olivier Litvine.

La France a aussi puisé dans ses quelques possessions indiennes lors de la Première Guerre mondiale. Le pays avait alors cinq comptoirs en Inde : Pondichéry, Chandernagor, Karikal, Yanaon et Mahé. Afin de renforcer son armée, le gouvernement français a décidé, en décembre 1915, de lancer une campagne de recrutement dans ces territoires asiatiques. "L’Inde est redevable de la France de différentes façons. C’est maintenant le devoir de chaque Indien de se tenir aux côtés de la France durant cette période d’adversité (…) La France n’oubliera jamais ceux qui sont venus vers elle dans ces jours difficiles. La France les traitera comme ses propres enfants. Merci de rejoindre l’armée française", avait justifié à cette période Alfred Martineau, le gouverneur des Indes françaises.

Les volontaires du Bengale à Pondichéry en 1916 avant leur départ pour l'Europe
© Archives/Muhammad Lutful Haq

Les volontaires de Chandernagor

À Chandernagor, petite enclave française du Bengale, une trentaine d’hommes ont alors répondu à cet appel du bout du monde. Dans le cadre du colloque de Dhaka, leur compatriote, le lieutenant colonel Muhammad Lutful Haq, s’est intéressé tout spécialement à leur parcours. "Ils étaient des citoyens des Indes Françaises. À l’époque, les Britanniques n’avaient pas ouvert leur recrutement aux Bengalis", décrit ce passionné d’histoire militaire. Au printemps 1916, après des examens médicaux et une sélection, 26 soldats bengalis ont été jugés aptes à rejoindre l’armée française. Le 16 avril, une grande fête est même organisée à Chandernagor pour saluer leur départ pour Pondichéry, où ils ont suivis un entraînement au sein de la 17e compagnie du 11e régiment d’infanterie coloniale. "Ils sont tous en bonne santé. Depuis leur arrivée à Pondichéry, je ne peux que me féliciter de leur service. Ce sont tous de bons jeunes soldats et je n’ai jamais eu à me plaindre d’eux. Sans exagération, ils sont les champions de mon détachement", avait décrit à l’époque leur lieutenant nommé Gillet, selon des documents retrouvés par Muhammad Lutful Haq.

En juin 1916, ces nouvelles recrues sont envoyées en France et débarquent à Toulon, avant de rejoindre des unités d’artillerie. Sur de rares photos prises dans le port français, ils apparaissent fièrement en uniformes, encadrés par des officiers, portant leur paquetage et des masques à gaz autour du cou. D’après Muhammad Lutful Haq, ils ont ensuite combattu à Verdun, en Argonne ou encore à Saint-Mihiel. "Tous ces soldats ont reçu des médailles commémoratives de la Première Guerre mondiale et l’un d’entre eux a même eu la Croix de Guerre pour son incroyable dévouement", précise le lieutenant colonel bengali. "Ils ont servi pendant trois ans et ils sont ensuite rentrés à Chandernagor, à l’exception de Monoranjan Das qui est mort en France des suites d’une maladie". Pendant presque cent ans, ces hommes sont tombés dans un relatif oubli. Grâce au travail de Muhammad Lutful Haq, les 26 volontaires de Chandernagor reprennent leur place dans l'histoire de la Grande Guerre.

Des volontaires du Bengale et des soldats français sur le champ de bataille
© Archives/Muhammad Lutful Haq

 

Guerre et colonies 1914-1918, du 24 février au 9 mars 2014, La Galerie, Alliance française de Dhaka, Bangladesh. L'exposition photographique est visible en ligne : cliquez ici.

Première publication : 24/02/2014

  • GUERRES MONDIALES

    Hollande : "La République a une dette à l'égard des soldats musulmans"

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Première Guerre mondiale : les poilus aborigènes sortent de l'ombre

    En savoir plus

  • HISTOIRE

    Première Guerre mondiale : "Les régiments maghrébins parmi les plus décorés"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)