Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

Amériques

Le président Maduro essaie de renouer le dialogue

© AFP | Les Vénézuéliens manifestent contre l'insécurité et la vie chère \AFP

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2014

La mobilisation des étudiants vénézuéliens contre la vie chère et l'insécurité se poursuit. Le président Nicolas Maduro propose une "conférence de la paix" mercredi pour tenter de dialoguer avec l'opposition. Une tentative qui semble vouée à l'échec.

Dans les principales villes du pays, la mobilisation ne semble pas faiblir. Les jeunes manifestants ont installé, lundi 24 février dans la capitale vénézuélienne, de nombreuses barricades, des matelas, du mobilier urbain, ou encore des poubelles et des pneus incendiés, bloquant les rues principales et provoquant la colère des automobilistes. La confrontation a toutefois pu être évitée avec les forces de l'ordre.

La tension était encore plus palpable à Valencia, la troisième ville du pays. Des policiers ont tiré balles en caoutchouc et grenades lacrymogènes sur des jeunes qui bloquaient les routes. À San Cristobal (ouest), où a débuté le mouvement étudiant le 4 février, les brigades anti-émeutes ont dispersé des manifestants à coups de gaz lacrymogène. En marge de ces incidents, un jeune est mort après avoir chuté d'un toit.  

Pourtant, Nicolas Maduro, principale cible des manifestants, a annoncé vouloit organiser une "conférence de la paix" mercredi. Pour cette occasion, le président vénézuélien a invité "tous les courants sociaux, politiques, corporatistes, religieux" du Venezuela, y compris les gouverneurs des 23 États du pays. 

Le refus de Capriles

Parmi les personnalités conviées se trouve Henrique Capriles, un des principaux dirigeants de l'opposition. Le gouverneur du riche État de Miranda (nord), qui a été battu de peu lors de la présidentielle d'avril 2013, a annoncé sur son compte Twitter qu'il ne participerait pas à la réunion, dénonçant "répression et violations des droits humains".

Depuis trois semaines, le mouvement de protestation des étudiants, qui s'insurgent contre l'insécurité et la vie chère, a plusieurs fois dégénéré en violences en marge de marches pourtant souvent pacifiques. Le bilan s'élève à 14 morts, dont au moins huit par balles, et 140 blessés, selon des chiffres officiels et un décompte de l'AFP. Dans un geste d'apaisement, la responsable du ministère public, Luisa Ortega, a annoncé que la justice entendait faire la lumière sur tous les cas présumés de violations des droits de l'homme dénoncés depuis trois semaines.

Mais au sein même de son propre camp, Nicolas Maduro ne semble plus faire l'unanimité. Lundi, Jose Gregorio Vielma Mora, gouverneur du parti au pouvoir dans l'État de Tachira (ouest), a qualifié de "grave erreur" l'arrestation de l'opposant Leopoldo Lopez, détenu dans une prison militaire depuis près d'une semaine et accusé notamment d'incitation à la violence. Au pouvoir depuis 11 mois, le président vénézuélien, héritier politique de Hugo Chavez (1999-2013), ne fédère pas autant que son prédécesseur. 

"Il faut d'abord reconnaître l'opposition"

Par ailleurs, cette "conférence de la paix" rend également sceptiques plusieurs analystes. "Pour qu'il y ait de vraies négociations, il faut d'abord que Nicolas Maduro reconnaisse l'opposition, commente sur France 24 Renée Frégosi, spécialiste du Venezuela à l'Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine. Elle rappelle que les différentes tentatives de négociations n'ont été que de simples exercices de communication.  En décembre dernier, le président vénézuélien avait ainsi appelé les maires et gouverneurs de l'opposition à un dialogue sur le thème de l'insécurité auquel il n'a lui-même jamais donné suite.

Nicolas Maduro voit dans ces troubles urbains la main de l'opposition soutenue par les États-Unis et l'ex-président colombien conservateur Alvaro Uribe. Ces "ennemis du pays" sont, selon lui, décidés à provoquer un "coup d'État" contre son gouvernement.

Première publication : 25/02/2014

  • VENEZUELA

    Les camps du pouvoir et de l'opposition manifestent au Venezuela

    En savoir plus

  • PORTRAIT

    Venezuela : Leopoldo Lopez, coqueluche de la contestation

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    La fronde populaire au Venezuela ne faiblit pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)