Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Un tournant dans la crise ukrainienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

Afrique

Génocide du Rwanda : 20 ans après, la "flamme du souvenir" libère la parole

© Capture d'écran France 24

Vidéo par Thaïs BROUCK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2014

La flamme du souvenir, allumée début janvier à Kigali pour commémorer les 20 ans du génocide rwandais, parcourt les lieux marquants du drame qui a débuté le 7 avril 1994 et qui a fait 800 000 morts en cent jours. Arrêt à Rubavu, à mi-parcours.

Le pas précautionneux et le regard solennel, Josué et Sharon traversent la foule, portant à quatre mains la "flamme du souvenir" qui parcourt le Rwanda pendant trois mois à l'occasion du vingtième anniversaire du génocide. Le 20 février, la flamme est accueillie par des chants et des poèmes à Rubavu, petite ville de l’ancienne préfecture de Gisenyi, à la frontière avec la République démocratique du Congo. 

Vêtus de l’Umushanana, l’habit traditionnel réservé aux grandes occasions,  Josué et Sharon déposent la flamme dans l’amphore du mémorial local. Les deux jeunes gens, nés en 1994,  incarnent l’avenir du pays. "Après le génocide, nous étions dans les ténèbres. Alors recevoir cette flamme, c’est recevoir la lumière pour des lendemains meilleurs", confie Josue Mutuyimana au micro de FRANCE 24.
 
Transportée dans une simple lampe, la flamme est partie du mémorial de Gisozin, à Kigali, le 7 janvier et doit allumer le feu des mémoriaux dans trente lieux symboliques du massacre des Tutsi. À Rubavu, comme à chacune de ses étapes, le feu du souvenir fait émerger la parole.
 
"Le Tutsi pensait qu'il serait sauvé"
 
Innocent Kabanda se souvient du 7 avril 1994 comme si c'était hier. Il a vu "un groupe de gens" qu’il ne connaissait pas débarquer chez lui et emmener son père "à la commune". Soi-disant. II n’a jamais revu son père, pas plus que son frère. Rescapé du génocide qui a fait 800 000 morts en cent jours au Rwanda, Innocent raconte  son histoire devant une centaine de personnes réunies à côté du mémorial de Rubavu. 
 
Comme tant d’autres, le père d’Innocent a été trompé par les milices hutus interhamwe qui prétendaient emmener les Tutsis dans les bureaux communaux de Rubavu pour les protéger des massacres. Ils étaient en fait exécutés puis jetés dans la fosse commune du cimetière de la ville qui a aujourd’hui pris le nom de "Commune rouge". "Rouge", comme le sang versé des 5 000 victimes qui y reposent aujourd’hui.
 
L'un des Hutus qui a participé à la tuerie revient sur cet événement tragique :  "Le Tutsi pensait qu'il serait sauvé par le maire. En fait, on l'a amené ici [au cimetière, NDLR], pas chez le maire. Il s'est alors rendu compte qu'il y avait plein de sang et plein de cadavres. Il a dit : ‘je pensais que vous m'ameniez à la commune mais c'est la commune rouge !" explique à FRANCE 24 Ibrahim Ndayambaje, qui a participé au génocide.
 
La flamme, symbole de résilience et de courage

En d’autres temps, cet ancien milicien hutu n’aurait pas forcément osé témoigner. Mais pour le vingtième anniversaire du génocide, le Rwanda se place sous le signe de la reconstruction. En guise de symbole, une flamme du souvenir ou "flamme Kwibuka", qui représente, selon les organisateurs du parcours, "la résilience et le courage des Rwandais pendant ces vingt dernières années".  
 
Comme Sharon et Josué, d’autres vingtenaires rwandais vont se relayer pour porter la flamme Kwibuka à travers le pays des mille collines, de mémorial en mémorial, faisant émerger les souvenirs et les témoignages,  avant son retour à Kigali, le 7 avril. Paul Kagame  présidera alors dans la capitale la cérémonie d’ouverture de la période de deuil national.  
 

 

Première publication : 25/02/2014

  • REPORTAGE

    Génocide rwandais : Simbikangwa "disait que les Tutsis devaient mourir"

    En savoir plus

  • GÉNOCIDE RWANDAIS

    "L'enquête sur le Rwanda a donné lieu à des manipulations extraordinaires"

    En savoir plus

  • JO - CYCLISME

    Le Rwandais Niyonshuti, survivant du génocide, pédale pour oublier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)