Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Banlieues françaises : jeunes et policiers, l'impossible réconciliation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Wilbur Ross, l'homme qui va renégocier les traités

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nous sommes Deniz Yücel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Perturbateurs endocriniens: se laver tue ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat déjoué en Algérie : Constantine, la 3ème ville du pays menacée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne

En savoir plus

FOCUS

Quelle stratégie pour les États-Unis sur le continent asiatique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oscars: "et le gagnant est...""

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 26/02/2014

Pakistan : dans la vallée de Swat, une femme défie le pouvoir des hommes

© Capture d'écran

Au Pakistan, dans la vallée de Swat, Tabassum Adnan a lancé le premier tribunal uniquement composé de femmes. Elles se réunissent pour défendre leurs droits, dans une société où la police refuse encore de prendre les plaintes des femmes.

 

Dans la vallée de Swat, les femmes ont eu une porte où frapper : celle de Tabassum Adnan. Cette féministe organise des réunions uniques, où ce sont les femmes qui siègent pour rendre la justice tribale, une activité normalement réservée aux hommes.
 
"Les hommes ne rendent pas des décisions justes envers les femmes. Nous ne recevons jamais les compensations ou les dédommagements que nous méritons. Dans les cas d'héritage, les hommes nous volent tous nos droits. Et tout ça parce qu'en tant que femmes, nous ne sommes jamais impliquées dans le processus de décision", explique à FRANCE 24 Tabassum Adnan. 
 
Tabassum s’est imposée dans la région comme leur seul espoir. "A Swat, personne n'écoute les femmes. Personne ne nous respecte. Pas même la police. Ils nous regardent de haut. C'est pour ça qu'on vient voir Tabassum", témoigne auprès de FRANCE 24 Shahi Bibi, une plaignante venue consulter le conseil des femmes pour un problème d’accès à l’eau dans son village.
 
Tabassum ne se limite pas aux conflits de voisinage. Elle combat des crimes d’autant plus difficiles à résoudre qu’il sont tabous dans les tribus pakistanaises : les violences conjugales. La féministe est notamment venue en aide à Jaan Bano dont la fille, à peine mariée, a été tuée par sa belle-famille avec de l'acide. Malgré des preuves, les coupables n’ont jamais été arrêtés. Grâce à Tabassum, la police a fini par accepter d’enregistrer la plainte. Une première étape dans un pays où la corruption gangrène les institutions.  
 
Poil à gratter des islamistes
 
Les démarches de Tabassum ne sont pas du goût des islamistes, particulièrement dans cette région qui fut pendant plusieurs années sous l'influence des Taliban. Entre 2003 et 2009, ils ont régné en maître sur la vallée de Swat, appliquant aveuglément les règles de la charia.
 
Les femmes ont constitué la principale cible de la "police des mœurs" qu’ils ont instaurée. Forcées à porter la burqa, elles n’avaient plus le droit de sortir de chez elles sans être accompagnées, ni de fréquenter les zones commerciales. Les petites filles ont été privées d’école. Les femmes soupçonnées d'adultères étaient, elles, condamnées à la flagellation. À Mingora, plus grande ville de la vallée, les Taliban exposaient les corps des condamnées sur la place publique.
 
En 2008, la vallée de Swat a basculé dans la terreur. L’État major a fini par réagir et déclencher l’opération "Tonnerre noir", le 26 avril 2009. En deux mois, 30 000 hommes ont combattu et écrasé les Taliban. Mais les problèmes de la société pakistanaise ont perduré et les fondamentalistes restent puissants aujourd’hui.
 
"Les Taliban peuvent m'attaquer ; des mollahs ou de simples passants peuvent s'en prendre à moi. J'ai même peur des hommes de mon propre entourage", confie Tabassum. Mais les risques ne l’arrêtent pas et peu à peu, son travail commence à payer. Reconnue par les hommes, Tabassum est désormais conviée à la Jirga, assemblée tribale qui se tient tous les vendredis dans la vallée. Pourtant, tous ne voient pas d’un bon œil cette émancipation en marche des femmes. Dans une société patriarcale, le combat de Tabassum pour l'égalité sera long et semé d’embuches.  En 2013,  un millier de femmes ont été exécutées au Pakistan dans des "crimes d’honneur", une condamnation pour ne pas avoir respecté la loi des hommes.
 
 
 

 

Par Taha SADDIQUI , Sylvain LEPETIT , Aftab Ahmed

COMMENTAIRE(S)

Les archives

28/02/2017 Violences policières

Banlieues françaises : jeunes et policiers, l'impossible réconciliation?

Nos journalistes Mohamed Farhat et Julie Dungelhoeff ont passé une semaine à Aulnay-sous-bois, en banlieue de Paris, à la rencontre de ses habitants. C’est dans ce département de...

En savoir plus

27/02/2017 Thaïlande

Quelle stratégie pour les États-Unis sur le continent asiatique ?

En Thaïlande, les traditionnelles manœuvres de Cobra Cold se sont terminées vendredi dernier. Cet exercice militaire rassemble près de 8 000 soldats, dont près de la moitié sont...

En savoir plus

24/02/2017 France

En France, une prime au retour pour inciter les migrants à rentrer

Depuis le début de l'année, plus de 13 000 migrants ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l'Europe, déjà plus que l'an dernier à la même période. Mais ils sont aussi de...

En savoir plus

23/02/2017 Émirats arabes unis

Salon de l'armement à Abu Dhabi : les dépenses militaires n'ont jamais été aussi élevées

Le salon de l'armement IDEX, le plus important du Moyen-Orient, se tient actuellement à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis. Depuis plusieurs jours, les grandes entreprises du...

En savoir plus

22/02/2017 Cameroun

#BringBackOurInternet : la bataille numérique au Cameroun anglophone

Depuis le 17 janvier, les zones anglophones du Cameroun sont privées d'Internet. C'est dans ces régions que des mouvements de contestation – notamment une grève des enseignants –...

En savoir plus