Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La folie terroriste"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Nigeria, les crimes contre des chrétiens se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

Economie

Qui va payer pour aider l'Ukraine ?

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2014

L'Ukraine est au bord de la banqueroute et cherche des donateurs. Le pays a besoin de 35 milliards de dollars d'aide internationale sur deux ans et souhaite obtenir un premier versement dans les jours ou les semaines qui viennent.

Une enveloppe de 35 milliards d'euros : voici la somme dont l'Ukraine a besoin pour survivre économique jusqu'à fin 2015. Iouri Kolobov, ministre ukrainien des Finances par intérim, a affirmé, lundi 24 février, avoir demandé aux "partenaires occidentaux l'octroi d'un crédit d'ici une semaine ou deux".

William Burns, le numéro deux de la diplomatie américaine, est attendu à Kiev, mardi 25 février, pour évoquer les formes d'une éventuelle impliquant les États-Unis, l'Union européenne et le FMI.

La colère de Moscou

Un soutien économique occidental d'autant plus critique que la Russie a menacé de couper les ponts financiers avec Kiev après la chute du président Viktor Ianoukovitch. Moscou avait annoncé en décembre 2013 un crédit de 15 milliards de dollars, dont elle n'a versé que 3 milliards. Mais le règlement du solde paraît désormais compromis au vu des tensions entre les deux capitales.

Moscou a contesté, lundi 24 février, la légitimité et les "méthodes dictatoriales" des autorités ukrainiennes qui ont lancé un mandat d'arrêt pour "meurtres de masse" contre l'ex-président pro-russe Viktor Ianoukovitch. Il serait "aberrant de considérer comme légitime ce qui est en fait le résultat d'une révolte", a ainsi réagi le Premier ministre russe Dimitri Medvedev.

Avec AFP

Première publication : 25/02/2014

  • UKRAINE

    "L'ampleur de la corruption de Ianoukovitch est en train de se vérifier"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Paroles de Maïdan : "Il est trop tôt pour démonter les barricades"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La Russie émet de "sérieux doutes" sur la légitimité du nouveau pouvoir ukrainien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)