Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

EUROPE

Le gouvernement turc renforce son emprise sur la justice

© AFP | Le président turc Abdullah Gül

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/02/2014

Le président turc a promulgué mercredi une loi très controversée qui renforce l'emprise du gouvernement sur la justice, alors que le régime est éclaboussé par un scandale politico-financier.

C'est une loi très controversée qui est entrée en vigueur mercredi 26 février en Turquie. Le chef de l'Etat turc Abdullah Gül a promulgué un texte renforçant l'emprise du gouvernement islamo-conservateur sur la justice.

Les dispositions de la loi remanient notamment l'organisation et les compétences du Haut conseil des juges et procureurs (HSYK), l'une des plus hautes instances judiciaires du pays, en y renforçant les pouvoirs du ministre de la Justice, notamment dans la nomination des magistrats.

Les débats autour de ce projet de loi ont été très tendus au Parlement. À plusieurs reprises, des élus de la majorité et de l'opposition ont même échangé des coups de poing en plein hémicycle.

L'opposition turque avait ainsi sommé de M. Gül de mettre son veto à ce texte, alors que l'Union européenne (UE) s'était publiquement inquiétée auprès d'Ankara, candidat à l'intégration, d'une remise en cause de "l'indépendance de la justice".

La colère de l'opposition

Pour tenter d'apaiser ces critiques, le chef de l'Etat a, fait inhabituel, justifié dans une déclaration son feu vert à la nouvelle loi. M. Gül y a souligné avoir exprimé ses objections "sur 15 dispositions, clairement contraires à la Constitution", mais a assuré qu'elles avaient été prises en compte lors des débats au Parlement.

Ces amendements n'ont pas calmé la colère de l'opposition, qui a immédiatement confirmé son intention de saisir dès mercredi après-midi la Cour constitutionnelle, a-t-on appris auprès de sa principale formation, le Parti républicain du peuple (CHP).

La promulgation de cette loi controversée intervient alors que le régime islamo-conservateur du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2002, est empêtré depuis la mi-décembre dans un scandale de corruption.

Elle complète une vague de purges sans précédent dans la police et la justice turques, que M. Erdogan accuse d'être le coeur d'un complot ourdi par la confrérie du prédicateur musulman Fethullah Gülen pour le déstabiliser avant les élections municipales du 30 mars et la présidentielle d'août prochain.

Avec AFP

 

Première publication : 26/02/2014

  • TURQUIE

    Écoutes illégales : Erdogan dénonce une "attaque haineuse"

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le Parlement turc adopte une loi controversée qui affaiblit la justice

    En savoir plus

  • TURQUIE

    L'influent Gülen dénonce les dérives anti-démocratiques d’Erdogan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)