Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

L’armée égyptienne affirme avoir inventé un remède contre le Sida

© AFP

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 26/02/2014

Un communiqué du gouvernement égyptien, daté du 22 février, annonce que les forces armées ont mis au point la toute première machine au monde capable de diagnostiquer et de guérir le sida et l’hépatite C.

“Une bénédiction”, “un cadeau de dieu”. C’est en ces termes que les médias égyptiens proches du pouvoir dépeignent, depuis trois jours, l’invention miraculeuse que l’armée égyptienne affirme avoir mis au point : une machine capable de diagnostiquer et soigner l’hépatite C, les grippes porcines et H1N1 et même le sida.

Baptisé "Complete Cure Device", cet outil secrètement développé depuis 22 ans produit des ondes électromagnétiques qui détruiraient les cellules malignes et injecteraient à la place des acides aminés. Le tout sans même procéder à des prélèvements sanguins. Dans le cas de l’hépatite C - dont l’Égypte compte le plus fort taux de personnes infectées au monde - le virus serait éliminé en 10 jours et sans effets secondaires. Après avoir conduit des tests sur des animaux et des humains, le taux de réussite affiché est de… 100 %.

Photo du Complete Cure Device en action
Le patient reçoit son traitement à l'aide d'un pistolet à ondes électromagnétiques (à gauche de l'image). © Capture d'écran médias égyptiens

Bonne publicité pour le général Sissi

Cette “découverte scientifique” tombe à point nommé pour le chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi, probable candidat à la présidentielle organisée au printemps prochain. Véritable homme fort de l’Égypte, il fut également l'un des artisans de la chute de l'ancien-président Mohamed Morsi, destitué en juillet dernier.

Mais si quelques supporters indéfectibles de l’armée saluent cette supposée percée scientifique, une grande majorité d’Égyptiens semble toutefois dubitative à en juger par le flot de tweets et autres commentaires ironiques distillés sur la Toile depuis samedi. “Je suggère que l’on injecte le virus à Sissi et qu’on le soigne avec l’invention de l’armée pour prouver son efficacité”, plaisante ainsi un internaute égyptien, repéré par la BBC sur Twitter.

Un miracle “plus politique que scientifique”

“En médecine, un rapport militaire secret, ça ne devrait pas exister. Pour qu’une découverte médicale soit reconnue et déclarée de la sorte, elle doit être rendue publique”, déclare pour sa part l’influent présentateur de télévision égyptien, Khalid Muntasir.

Contributeur pour le site The Commentator, l’écrivain et intellectuel égyptien Ahmed Abdel-Raheem estime, quant à lui, que ce miracle “plus politique que scientifique […] montre jusqu’où les actuels leaders de l’Égypte sont prêts à aller pour essayer de se rendre plus légitimes.”

Aucun export de la machine à l’étranger

Malgré le scepticisme environnant - sans même parler de celui de la communauté scientifique - l’armée persiste et signe. Dans un reportage sous-titré en anglais et diffusé mercredi 26 février par l’institut Memri (The Middle East Media Research Institute), le docteur Ibrahim Abdel-Atti, à l’origine de l’invention, vante les louanges de l’armée. “En dépit de la pression à laquelle est soumise l’armée, nos hommes viennent de prouver au monde qu’ils font tout leur possible pour servir la nation. L’armée égyptienne est un symbole de générosité et de sacrifices”, déclame-t-il devant les caméras.

Et ce n’est pas tout. Le docteur Ibrahim Abdel-Atti, qui assure qu’on lui aurait proposé 2 millions de dollars pour racheter son invention, a tenu à souligner que l’Égypte n’exportera pas cet outil miracle à l’étranger afin de le protéger du monopole international et du marché noir. Plutôt avare en détails, l’inventeur n’a pas précisé quand sa machine révolutionnaire serait commercialisée...

Reportage à la gloire de l'invention de l'armée traduit par le MEMRI (en anglais)

Première publication : 26/02/2014

  • AFRIQUE DU SUD

    Plus d'un quart des adolescentes sud-africaines séropositives

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Enfant "guéri" du sida : "Il faut du recul avant de prononcer le mot 'guérison'"

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Un enfant guéri du sida aux États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)