Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

FRANCE

Grande Guerre : deux soldats cachés quatre ans dans un grenier

© Jean-Marie Pierson | Camille Muller et Alfred Richy

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 01/03/2014

La Grande Guerre a donné lieu à d'incroyables aventures. Pendant 1526 jours, deux soldats français ont ainsi dû rester cachés dans un grenier, ne pouvant rejoindre leur unité. Cette captivité inédite est aujourd'hui retracée dans un livre.

Les minutes, les heures, les années ont paru bien longues à Alfred Richy et Camille Muller. Pendant 1526 jours, ces jeunes soldats de 22 ans ont vécu cachés dans un simple grenier d’un petit village de Meurthe-et-Moselle ; une incroyable aventure restée oubliée pendant près de 100 ans. Elle est aujourd’hui dépoussiérée grâce au travail de Dominique Zachary. "Cette histoire en Lorraine est exceptionnelle par la durée de la cachette – du 13 septembre 1914 au 18 novembre 1918 – et aussi par le cadre singulier de cet endroit : repliés sur quelques mètres carrés derrière les fagots dans un grenier", raconte ce journaliste belge à FRANCE 24.

Au début de la Première guerre mondiale, ces deux poilus ont pourtant l’intention d’en découdre avec leurs ennemis. En août 1914, avec leurs camarades du 164e régiment d’infanterie, ils participent à la bataille des Frontières qui fait rage à la limite de la France et de la Belgique. Le 22 août, l’artillerie allemande fait feu sur la citadelle de Longwy. Les Français sont harcelés et encerclés. La ville toute entière est anéantie lors de cette journée qui se révèlera être la plus meurtrière de tout le conflit et de l’histoire de l'armée française avec 27 000 soldats tués sur l'ensemble du front. Alfred et Camille réchappent miraculeusement à ces sanglants affrontements, mais leur unité s’est repliée du côté de Verdun.

Exténués après 17 jours de fuite à travers la campagne pour tenter de la rejoindre, ils décident finalement de reprendre quelques forces dans la maison des parents d’Alfred située non loin de là, à Baslieux. Ces derniers leur ouvrent la porte, mais la halte s’éternise. Alors que les soldats Allemands ont pris possession du village, les deux poilus sont pris au piège. Ils prennent leur mal en patience et se font silencieux. Pour s’occuper, Alfred retranscrit jour après jour dans un carnet son quotidien.

La ville de Longwy en Meurthe-et-Moselle après les combats du 22 août 1914
© Archives

Coupés du monde

Dans son livre, Dominique Zachary retrace avec détails cette longue retraite forcée qui dura finalement quatre ans. Pour coller au plus près à la réalité, le journaliste a utilisé les notes d’Alfred, retrouvées chez un de ses vieux amis à Baslieux, et fait appel à des témoignages : "Sans l’aide précieuse des habitants du village, je n’aurais pu écrire seul ce récit. Quelques-uns avaient entendu parler de certaines anecdotes sur la captivité forcée d’Alfred et Camille dans leur grenier, mais ces souvenirs étaient toutefois lointains, les deux poilus étant décédés en 1967 et 1984".

Pendant ces longs mois, les deux hommes ont pu compter sur la protection de la famille Richy qui n’a jamais trahi leur secret. "S’ils avaient été repérés par les Allemands, ils risquaient la sanction la plus lourde : le peloton d’exécution. Les parents qui les ont cachés risquaient lourd eux aussi : la déportation en Allemagne ou une peine de cinq ou dix ans de prison en France", insiste Dominique Zachary. Chaque jour, l’angoisse d’être découverts a rongé les deux soldats du 164e RI. Alfred et Camille ont aussi dû faire face à des conditions de vie terribles, luttant contre la faim et le froid. "Mais la lutte la plus opiniâtre, la plus éprouvante, fut celle contre la solitude et l'isolement. Coupés du reste du monde, Alfred et Camille, les deux poilus de Baslieux, ne pouvaient faire le moindre bruit dans leur cachette au sommet de la maison car à l'étage inférieur, des soldats allemands avaient réquisitionné les chambres", précise l’auteur.

La ville de Baslieux en Meurthe-et-Moselle vers 1907
© Archives

"Ils ont fait preuve de courage !"

Malgré cette attente interminable, les deux compères ont réussi à tenir le coup. Hommes de la terre (Alfred était paysan dans le civil, tandis que Camille était bourrelier), ils se sont accrochés à leurs futurs projets : "Je pense que c’est cette soif absolue de liberté qui leur a permis de ne jamais craquer dans ce grenier étroit, ce trou à rat dont ils n’apercevaient comme seule lumière que la tabatière ou la petite ouverture dans le toit".

Le retour à la vie réelle ne fut pourtant pas des plus simples. Une fois sortis de leur cachette en novembre 1918, les deux soldats, encore vêtus de leur fameux pantalon rouge garance, ont tenus à rejoindre leur régiment à Verdun. Jusqu’à l’été 1919, ils sont ainsi restés incorporés dans l’armée française. Mais à leur retour dans leur région, certains leur ont reprochés d’être restés bien tranquilles loin du front et de ne pas être morts comme leurs camarades. Pour balayer ces critiques, Dominique Zachary veut aujourd’hui rétablir leur honneur : "Les soldats qui ont combattu n'ont pas le monopole du courage, même si l'on s'incline devant leur geste patriotique. Des poilus restés à l'arrière, qui n'étaient ni planqués ni déserteurs, ont dû eux aussi faire preuve de courage ! Ne fut-ce que pour résister si longtemps à la solitude et au désœuvrement". Pour preuve, l’armée française ne les a d’ailleurs jamais sanctionnés pour être restés quatre ans derrière les lignes ennemies. En janvier 1921, les parents d’Alfred Richy ont même reçu la médaille d’argent de la Reconnaissance française pour avoir recueillis et sauvé la vie de ces deux poilus.
 

"14-18. Quatre ans cachés dans le grenier" par Dominique Zachary. Éditions Jacob-Duvernet.

Un reportage de France3 sur le livre de Dominique Zachary

Première publication : 26/02/2014

  • PREMIERE GUERRE MONDIALE

    Grande Guerre : les soldats bengalis de l'armée française tombés dans l'oubli

    En savoir plus

  • GUERRES MONDIALES

    Hollande : "La République a une dette à l'égard des soldats musulmans"

    En savoir plus

  • GRANDE GUERRE

    Villages morts pour la France : ces maires sans habitants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)