Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol recule sur son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

Afrique

Le Maroc suspend les accords de coopération judiciaire avec la France

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/02/2014

Le ministère de la Justice marocain a suspendu tous les accords de coopération judiciaire avec la France. Les relations entre les deux pays se sont dégradées depuis qu'une ONG parisienne a porté plainte contre le patron du contre-espionnage marocain.

Nouvel épisode de la querelle diplomatique entre Paris et Rabat. Le Maroc a annoncé, mercredi 26 février, la suspension de “tous les accords de coopération judiciaire avec la France". Le gouvernement marocain espère ainsi “évaluer leur impact et les actualiser dans le but de remédier aux dysfonctionnements qui les entachent", selon un communiqué du ministère de la Justice, cité par l’agence Maghreb Arab Press (MAP). Le magistrat de liaison marocain en France a également été rappelé dans son pays, “en attendant des solutions garantissant le respect mutuel total des accords" bilatéraux.

La brouille diplomatique entre les deux pays étroitement liés est née, il y a environ une semaine, de plusieurs plaintes déposées à Paris par une ONG - pour "torture" et "complicité de torture" - contre le patron du contre-espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi. Une descente de police effectuée jeudi dernier à la résidence de l'ambassadeur du Maroc en France, sans passer au préalable par les canaux diplomatiques, a rendu le royaume furieux. L’ambassadeur français a été convoqué et la visite d'un officiel français reporté.

“Atteinte grave aux règles élémentaires”

Pour justifier sa décision de suspendre tous les accords de coopération judiciaire, le ministre de la Justice marocain l'islamiste, Mustapha Ramid, évoque "l'apparition de nombreux dysfonctionnements et lacunes dans (les) conventions" entre Paris et Rabat.

Avant d’être rappelé au Maroc, le magistrat de liaison marocain accrédité à Paris a effectué des "démarches" "en vue d'obtenir les éclaircissements nécessaires auprès des autorités judiciaires françaises" sur le "non-respect" de ces conventions, et ce "vainement durant trois jours", déplore le ministère. Cela "dénote un comportement que les autorités judiciaires marocaines n'ont jamais observé dans leur coopération avec leurs homologues françaises", poursuit-il, avant de fustiger des comportements constituant "une atteinte grave aux règles élémentaires de la coopération entre les deux pays".

Avec AFP

Première publication : 26/02/2014

  • DIPLOMATIE

    Tensions franco-marocaines : des milliers de personnes manifestent à Rabat

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Brouille entre Paris et Rabat : Hollande apporte des "clarifications" au roi du Maroc

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Javier Bardem sermonne la France et provoque un incident diplomatique avec le Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)