Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

EUROPE

Ianoukovitch encore loin du banc des accusés de la CPI

© AFP | Le président déchu Viktor Ianoukovitch

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/02/2014

Le parlement ukrainien a voté, mardi 25 février, le renvoi de Viktor Ianoukovitch devant la Cour pénale internationale pour "crimes graves". Le président déchu peut-il être traduit devant cette juridiction ? Éclairage.

Trois jours après la destitution du président Viktor Ianoukovitch par le Parlement ukrainien, les députés ont voté, mardi 25 février, le renvoi de l’ancien chef de l’État

L'Ukraine demande un mandat d'arrêt international contre Ianoukovitch

Le nom de l'ex-président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, a été placé mercredi 26 février sur la liste des suspects recherchés internationalement, a annoncé le procureur général Oleh Makhnitski (Avec AFP).

 

devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour "crimes graves".

Les députés ukrainiens tiennent Viktor Ianoukovitch, l’ex-ministre de l’Intérieur Vitali Zakhartchenko et l'ancien procureur général Viktor Pchonka, pour responsables du bain de sang au cours duquel, la semaine dernière, plusieurs dizaines de manifestants ont été tués.

Mais les crimes reprochés à Ianoukovitch relèvent-ils vraiment de la CPI ? Réponse de Stéphanie Maupas, correspondante de FRANCE 24 à La Haye.

FRANCE 24 - Est-ce qu'avec le vote du Parlement, la Cour pénale internationale est saisie d'office?
Stéphanie Maupas -
Avant de s’emparer de l’affaire, la Cour pénale internationale doit encore formellement être saisie par l’Ukraine. Or, La Haye indique que Kiev n’a entamé aucune démarche pour l’instant.  Par ailleurs, la cour n’intervient que si un État n’a pas la volonté ou les moyens de conduire le procès devant ses propres tribunaux. L'Ukraine peut-elle aujourd’hui conduire le procès de Ianoukovitch ? C’est la première question à laquelle devra répondre la procureure si elle est saisie. Cependant, les institutions ukrainiennes seront sans doute prêtes à lancer la procédure avant même que la CPI ne boucle sa propre enquête.

F24 - Comment interpréter alors le vote du Parlement ukrainien ?
La résolution du Parlement  pourrait être une façon de signifier à l’Europe que l’Ukraine partage désormais les mêmes valeurs de protection des droits de l'Homme. Plusieurs inconnues planent néanmoins sur l’avenir de l’Ukraine. Une saisine de la CPI pourrait peser, au moins à la marge, sur la suite des évènements.

F24 - Si la cour s'empare tout de même de cette affaire, de quoi Viktor Ianoukovitch pourrait-il être accusé?
C'est une question difficile et ce sera la seconde étape du travail de la CPI. La cour ne peut juger que les auteurs de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Or, il ne s’agit évidemment pas ici de génocide ou de crimes de guerre puisque l’Ukraine n’est pas en guerre. Reste les crimes contre l’humanité et c’est ce que reprochent les parlementaires ukrainiens. Cependant, un crime contre l’humanité est une attaque généralisée et systématique contre une population civile ciblée. Or, concernant les évènements en Ukraine on parle plus volontiers aujourd’hui de violations des droits de l’Homme. Cela relèverait donc plus de la Cour européenne des droits de l’Homme que de la Cour pénale internationale.

Première publication : 26/02/2014

  • UKRAINE

    Le Parlement vote le renvoi de l'ex-président Viktor Ianoukovitch devant la CPI

    En savoir plus

  • UKRAINE

    "L'ampleur de la corruption de Ianoukovitch est en train de se vérifier"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    En images : ces statues de Lénine qui divisent l’Ukraine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)