Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

Afrique

Rappeur censuré en Algérie : "Je dis tout haut ce que les gens pensent tout bas"

© Charlotte Oberti/FRANCE 24

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 28/02/2014

Le rappeur algérien Lotfi Double Kanon s’est attiré les foudres d’Alger avec une chanson à charge contre le Premier ministre Abdelmalek Sellal. Privé de concerts dans son pays, il a rejoint la France d’où il dénonce une "manœuvre ridicule".

Pour avoir ouvertement critiqué dans une chanson le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal, le rappeur Lotfi Double Kanon a été désigné persona non grata dans son pays. Ses concerts ont été annulés, ses chansons ne sont plus diffusées à la radio. Une situation que l’artiste avait anticipée au moment de l’écriture de son titre controversé. Ce qui ne l'empêche pas, depuis la France, de dénoncer des intimidations "ridicules".

"Je dérange car j’ai dit tout haut ce que les gens pensent tout bas", déclare-t-il à FRANCE 24. Dans son opus sorti en décembre dernier, Lotfi moque allègrement la façon de gouverner de Sellal. "Ta politique est une catastrophe, si Boudiaf [ex-président algérien assassiné en 1992, NDLR] était au courant, il te dirait 'prends un troupeau de vache et va paître dans les champs"", rappe-t-il. La chanson "Clash 2014", en référence à l'élection présidentielle à venir, est aussi appelée "Fakakir", un clin d'oeil sarcastique à une erreur de langage du chef du gouvernement lors d’un discours.

Le clip de la chanson "Clash 2014", aussi appelée "Fakakir"

Dénoncer les "Sellaliades"

Ce ton virulent reflète la frustration de Lotfi Double Kanon envers celui qu'il accuse d'avoir ridiculisé la fonction de Premier ministre, à force de gaffes. Sellal s'est en effet illustré à plusieurs reprises par des propos jugés incohérents ou inappropriés. Lors d’une visite médiatisée, en novembre 2013, il a notamment réagi au fait qu’une coccinelle se posait sur sa main par ces mots : "On dirait Khalida [Toumi, ministre algérienne de la Culture]". Lors d’une autre sortie officielle, en janvier, l’homme a salué une journaliste chinoise en lui adressant un incompréhensible "bonjour patate !".

Autant de bourdes qui ont justifié l’invention d’un terme, les "Sellaliades", inspiré des "Raffarinades", désignant, en France, les maladresses de l’ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Abdelmalek Sellal salue une journaliste chinoise d'un "bonjour patate!"

"Ennemi d’État"

Pour autant, aussi maladroites que puissent être les sorties d’Abdelmalek Sellal, on ne touche pas impunément au chef du gouvernement. Rapidement après la diffusion de la chanson, Lotfi a reçu des menaces. "On va te salir", l’a-t-on prévenu. Ses chansons, elles, ont été bannies des ondes. "Les radios sont étatiques en Algérie. Même s’il n’y a pas eu de décret officiel appelant à m’interdire, elles s’autocensurent", juge-t-il.

Dans certains titres de presse algériens, une "campagne de dénigrement" à l’encontre du chanteur a été enclenchée. Le quotidien "Liberté" a notamment fait sa une sur la polémique suscitée par le fameux tube. Fustigeant le "discours dangereux, à la limite haineux, de ce rappeur", le journal dépeint l’artiste comme un misogyne et un "taleb salafisé déguisé sous une casquette US Navy". Des attaques qui font sourire l’intéressé. "T’imagines, j’ai fait la une de "Liberté" ! lance-t-il, ironique. J’étais tellement surpris que je l’ai encadrée chez moi. Ca fait plaisir".

Pour lui, ces opérations d'intimidation répondent à l'anxiété du régime : "Le gouvernement me considère comme un ennemi d’État, un perturbateur. Ils craignent des émeutes". Certaines critiques ont pris l’apparence de conseils : "La seule solution pour toi, c’est de dire à la télé que tu es désolé et qu’on t’a payé pour chanter ça. Avoue que tu as fait une erreur".

"On se croirait revenu en 1997"

Pour Lotfi, pourtant, hors de question de se repentir. "Je ne veux pas de Sellal, je ne veux pas de cette image-là pour l’Algérie." Selon lui, d’ailleurs, le Premier ministre n’est que l’arbre qui cache la forêt. "Il est le reflet de la médiocrité qui gangrène mon pays", poursuit celui qui, désormais, n’ose plus mettre les pieds en Algérie. "Beaucoup de personnes, des ministres, des présentateurs télé occupent des postes pour lesquels ils ne sont pas qualifiés."

© Charlotte Oberti/FRANCE 24

Ce chanteur célèbre dans tout le Maghreb n’en est pas à son premier coup d’éclat. Rappeur depuis les années 1990, il s’est très vite illustré par son engagement politique. Son image de rappeur underground, peu aimé des radios, lui confère la sympathie du public. En 1997, il est interrompu en plein concert, à Annaba sa ville d’origine, par les forces de l’ordre.

"À l’époque, je dénonçais les fléaux sociaux comme le chômage et le manque de liberté d’expression. On avait moins de liberté que maintenant. Aujourd’hui, il y a Internet, la 3G… Les gens peuvent regarder des vidéos sur YouTube. Nous, les artistes, n’avons plus besoin de l’État pour véhiculer nos messages. Pourtant, avec cette polémique, on se croirait revenu en 1997."

À l’approche de l’élection présidentielle du 17 avril, lors de laquelle le président Abdelaziz Bouteflika briguera un quatrième mandat, Lotfi Double Kanon reste perplexe. "Je suis contre sa réélection. Pour l’instant, j’attends de voir ce que vont proposer les autres candidats. Si un programme politique nous apporte une solution, je me rallierais derrière. En attendant, je n’entends organiser ni manifestation, ni boycott du scrutin. Je ne veux pas déstabiliser l’Algérie."

 

Lotfi Double Kanon se produira le 8 mars à Lille, le 19 mars à l'école Sciences Po Paris en soutien au peuple syrien, le 22 mars à Djerba, en Tunisie, et le 28 mars à Casablanca, au Maroc.

Première publication : 27/02/2014

  • ALGÉRIE

    Vidéo : "Bouteflika n'a qu'à annoncer sa candidature lui-même"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE ALGÉRIENNE

    La "guerre des clans" s’envenime en Algérie

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Le rappeur Weld el 15 : "La Tunisie est dans la merde"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)