Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

Afrique

Pour Hollande, il faut "éviter à tout prix la partition" de la Centrafrique

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2014

En visite vendredi à Bangui, le président François Hollande a rencontré les soldats français de l'opération Sangaris et la présidente Catherine Samba-Panza. Il a fixé comme impératif d'"éviter la moindre tentation de partition" de la Centrafrique.

Les objectifs de l'intervention de la France dans son ancienne colonie livrée à des violences interreligieuses sont de "rétablir l'autorité de l'État, renouer le dialogue et éviter à tout prix la partition du pays", a déclaré le chef de l'État français dans une allocution devant les militaires, ajoutant que "d'ores et déjà, des milliers de vies ont été sauvées grâce à vous".

Cela fait bientôt un an que la Centrafrique a basculé dans le chaos, avec le renversement en mars 2013 du régime de François Bozizé par la coalition rebelle à dominante musulmane de la Séléka.

Des mois d'exactions perpétrées en toute impunité par des combattants Séléka contre la population majoritairement chrétienne ont abouti à la formation de milices d'auto-défense anti-balaka, déclenchant un cycle infernal de violences interconfessionnelles.

Ces violences ont provoqué une crise humanitaire sans précédent avec des centaines de milliers de déplacés et entraîné l'exode de dizaines de milliers de civils musulmans terrorisés, tandis que des groupes d'ex-rebelles Séléka se sont repliés vers les confins orientaux de la Centrafrique, faisant craindre à certains une partition de facto du pays.

Depuis le déclenchement de l'opération Sangaris le 5 décembre, des "progrès considérables" ont été enregistrés, a néanmoins estimé M. Hollande. "La situation à Bangui a été significativement améliorée", a-t-il déclaré, insistant sur le fait qu'"aucun crime ne doit rester impuni".

"Une commission d'enquête des Nations unies sera bientôt en place et la Cour pénale internationale va ouvrir une enquête préliminaire", a-t-il rappelé.

"La reconstruction débute tout doucement"

La deuxième phase de l'opération

Plus de la moitié des soldats français vont se déployer en dehors de la capitale, a-t-on précisé dans l’entourage du président. "Votre mission prend aujourd'hui une nouvelle dimension à mesure qu'elle avance, à mesure qu'elle réussit", a-t-il dit. "Nous avons besoin de présence, de présence à Bangui, de présence partout sur le territoire centrafricain."

"Quel est maintenant notre objectif ? C'est de sécuriser non seulement la capitale mais l'Ouest du pays, où sévissent encore des milices particulièrement dures, et où nous devons tout faire pour les désarmer", a ajouté François Hollande, évoquant la route qui relie Bangui au Cameroun, cruciale pour assurer l'approvisionnement de la population.

"À l'est et au nord, nous devons faire cesser, lorsqu'ils existent, des règlements de compte, établir l'autorité du gouvernement, lui permettre d'engager le dialogue, et éviter qu'il y ait la moindre tentation de partition à l'est de la Centrafrique", a déclaré le président.

Pour sa deuxième visite à Bangui depuis le déclenchement de l'opération Sangaris, François Hollande devait - après sa rencontre avec les militaires français - s'est entretenu avec la présidente centrafricaine de transition, Catherine Samba Panza. Cette dernière a tenu à rappeler : "Sans votre intervention, sans votre implication, la République centrafricaine ne vous accueillerait pas dans ce calme relatif."

Après leur entretien François Hollande et Catherine Samba-Panza ont participé à l'archevêché de Bangui à une table ronde avec les dignitaires religieux du pays, qui appellent depuis des mois à la fin des violences entre communautés.

(Avec AFP, Reuters)

 

Première publication : 28/02/2014

  • CENTRAFRIQUE

    En proie à la violence, Bangui accueille François Hollande

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : le Parlement français vote la prolongation de Sangaris

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Mort accidentelle d'un militaire français de l'opération Sangaris en Centrafrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)