Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

EUROPE

Pour Ianoukovitch, l'Ukraine est "entre les mains de forces néo-nazies"

© Capture d'écran FRANCE 24 | Viktor Ianoukovitch

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/02/2014

Le président déchu Viktor Ianoukovitch, est sorti de son silence, vendredi, depuis Rostov-sur-le-Don, au sud de la Russie. Il a dénoncé une "usurpation du pouvoir" en Ukraine, tombée selon lui entre les mains de forces "néo-nazies".

Lors de sa première apparition publique depuis sa destitution samedi dernier, l'ancien président Viktor Ianoukovitch, s'est exprimé lors d'une conférence de presse vendredi 28 février, depuis Rostov-sur-le-Don, ville du sud de la Russie proche de la frontière ukrainienne. Il a déclaré qu'il continuerait à lutter pour l'avenir de l'Ukraine, tombée selon lui entre les mains de forces "néo-nazies" et "pro-fascistes".

L'ex-chef de l'État a déclaré avoir été contraint de quitter l'Ukraine en raison de menaces dont il dit avoir fait l'objet, tout en promettant de retourner dans son pays lorsque sa sécurité sera assurée.

Viktor Ianoukovitch a profité de son allocution télévisée pour dénoncer une politique occidentale "irresponsable", coupable d'indulgence vis-à-vis des manifestants de Maïdan, la place de l'indépendance à Kiev.

La présidentielle du 25 mai est "illégale", selon Ianoukovitch

L’ancien dirigeant a, en outre, affirmé qu’il ne reconnaissait pas comme étant légitime  le Parlement national, la Rada, car il était soumis à la pression des militants de Maïdan. Dans cette perspective, Ianoukovitch a annoncé qu’il ne souhaitait pas participer à la présidentielle prévue le 25 mai, qu’il juge tout aussi "illégale".

Concernant la situation en Crimée, il estime que les événements qui se produisent dans cette région autonome russophone sont une "réaction naturelle" à une "usurpation du pouvoir". Pour lui, la Crimée doit continuer à faire partie de l'Ukraine.

Viktor Ianoukovitch s'est dit étonné du "silence" du président russe. "La Russie doit et est obligée d'agir, et connaissant le caractère de Vladimir Poutine, je me demande pourquoi il est si réservé et pourquoi il garde le silence", a-t-il déclaré. Il a aussi accusé les Occidentaux d'être responsables des bouleversements et des victimes à Kiev, qui sont, selon lui, le "résultat de la politique irresponsable de l'Occident, qui a montré trop d'indulgence envers Maïdan".

Le président déchu a souligné qu'il n'avait "pas été renversé" et a promis de "poursuivre la lutte pour l'avenir de l'Ukraine".
 

Première publication : 28/02/2014

  • UKRAINE

    Kiev dénonce une "agression" russe en Crimée, Obama met en garde Moscou

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Des hommes armés occupent le principal aéroport de Crimée

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk fait face à une Crimée en crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)