Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Carlos Tavares, PDG de PSA Peugeot Citroën

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-François Bensahel et Tarek Oubrou

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : fin des audiences de la CDVR

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts de la Fashion Week à Paris

En savoir plus

FOCUS

Italie : le phénomène Renzi

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hubert Reeves, président de "Humanité et biodiversité"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : quinze personnes visées par des poursuites judiciaires

    En savoir plus

  • Le Dalaï-lama privé de visa : le sommet des Nobel de la paix du Cap annulé

    En savoir plus

  • Google rattrapé par le scandale des photos volées de stars nues

    En savoir plus

  • Les députés turcs se prononcent sur une intervention contre l'EI

    En savoir plus

  • Bourse de Tokyo : un trader fait une bourde à 617 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Mondial-2015 : des footballeuses partent en guerre contre la Fifa

    En savoir plus

  • Equipe de France : Gignac et Payet retrouvent les Bleus

    En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Le chef de Boko Haram revient à la vie... pour la quatrième fois

    En savoir plus

  • Décès du père d'un journaliste harcelé par un hacker israélien

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus : la Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

EUROPE

Pour Ianoukovitch, l'Ukraine est "entre les mains de forces néo-nazies"

© Capture d'écran FRANCE 24 | Viktor Ianoukovitch

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/02/2014

Le président déchu Viktor Ianoukovitch, est sorti de son silence, vendredi, depuis Rostov-sur-le-Don, au sud de la Russie. Il a dénoncé une "usurpation du pouvoir" en Ukraine, tombée selon lui entre les mains de forces "néo-nazies".

Lors de sa première apparition publique depuis sa destitution samedi dernier, l'ancien président Viktor Ianoukovitch, s'est exprimé lors d'une conférence de presse vendredi 28 février, depuis Rostov-sur-le-Don, ville du sud de la Russie proche de la frontière ukrainienne. Il a déclaré qu'il continuerait à lutter pour l'avenir de l'Ukraine, tombée selon lui entre les mains de forces "néo-nazies" et "pro-fascistes".

L'ex-chef de l'État a déclaré avoir été contraint de quitter l'Ukraine en raison de menaces dont il dit avoir fait l'objet, tout en promettant de retourner dans son pays lorsque sa sécurité sera assurée.

Viktor Ianoukovitch a profité de son allocution télévisée pour dénoncer une politique occidentale "irresponsable", coupable d'indulgence vis-à-vis des manifestants de Maïdan, la place de l'indépendance à Kiev.

La présidentielle du 25 mai est "illégale", selon Ianoukovitch

L’ancien dirigeant a, en outre, affirmé qu’il ne reconnaissait pas comme étant légitime  le Parlement national, la Rada, car il était soumis à la pression des militants de Maïdan. Dans cette perspective, Ianoukovitch a annoncé qu’il ne souhaitait pas participer à la présidentielle prévue le 25 mai, qu’il juge tout aussi "illégale".

Concernant la situation en Crimée, il estime que les événements qui se produisent dans cette région autonome russophone sont une "réaction naturelle" à une "usurpation du pouvoir". Pour lui, la Crimée doit continuer à faire partie de l'Ukraine.

Viktor Ianoukovitch s'est dit étonné du "silence" du président russe. "La Russie doit et est obligée d'agir, et connaissant le caractère de Vladimir Poutine, je me demande pourquoi il est si réservé et pourquoi il garde le silence", a-t-il déclaré. Il a aussi accusé les Occidentaux d'être responsables des bouleversements et des victimes à Kiev, qui sont, selon lui, le "résultat de la politique irresponsable de l'Occident, qui a montré trop d'indulgence envers Maïdan".

Le président déchu a souligné qu'il n'avait "pas été renversé" et a promis de "poursuivre la lutte pour l'avenir de l'Ukraine".
 

Première publication : 28/02/2014

  • UKRAINE

    Kiev dénonce une "agression" russe en Crimée, Obama met en garde Moscou

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Des hommes armés occupent le principal aéroport de Crimée

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk fait face à une Crimée en crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)