Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Lois anti-gays : la Banque mondiale suspend un prêt à l'Ouganda

© AFP | Le bâtiment de la Banque mondiale à Washington

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/02/2014

La Banque mondiale a décidé, jeudi, de suspendre un prêt de 65 millions d'euros à l'Ouganda après la décision du pays d'adopter une loi sanctionnant l'homosexualité. Kampala a dénoncé un "chantage".

C'est un "chantage" et une tentative de "dresser les Ougandais contre leur gouvernement". Ofwono Opondo, le porte-parole du pouvoir en place à Kampala a vivement critiqué, vendredi 28 février, la Banque mondiale sur Twitter.

Le gouvernement n'a pas digéré la décision, prise la veille par l'institution internationale, de reporter sine die l'octroi d'un prêt de 90 millions de dollars (65 millions d'euros). Kampala est d'autant plus agacé que la Banque mondiale a ouvertement évoqué la récente loi sanctionnant l'homosexualité pour justifier la nécessité "d'un nouvel examen" de la pertinence du prêt. Pour le pouvoir ougandais, il s'agit d'une ingérence politique incompatible avec la neutralité de principe de la Banque mondiale.

L'argentier international avait rappelé, jeudi, que le prêt était censé aider le pays à developper son système de santé. Pour la Banque mondiale, la loi adoptée lundi 24 février, qui prévoit des peines de prison à vie pour des actes "d'homosexualité grave" pourrait avoir un impact sur "les objectifs de developpement" du secteur de la santé en Ouganda.

Parallèle avec l'Allemagne nazie

Mais Jim Yong Kim, le patron de la Banque mondiale, a également envoyé un courrier personnel au président ougandais Yoweri Museveni pour condamner toute forme de discrimination. Il y affirme qu'il mettra tout en œuvre pour protéger la sécurité des employés de la Banque mondiale "quelle que soit leur orientation sexuelle".

La Banque mondiale n'est pas la seule, sur la scène internationale, à avoir critiqué la nouvelle loi ougandaise. La Norvège et le Danemark ont, aussi, décidé de suspendre l'aide financière à l'Ouganda. Les États-Unis ont décidé de réexaminer leur plan d'aide annuelle, qui s'élève à 400 millions de dollars. Le Secrétaire d'État américain John Kerry a même comparé la nouvelle loi à celles en vigueur dans l'Allemagne nazie.

L'Ouganda, l'un des pays les plus pauvres au monde, dépend du soutien financier international pour accélérer son développement. Le gouvernement a, cependant, tenté de dédramatiser la décision de la Banque mondiale. "Des donateurs ont, dans le passé, suspendu leur 'aide' et l'Ouganda ne s'est jamais effrondré", a affirmé Ofwono Opondo.

Le pouvoir en place n'est, en outre, pas isolé face à la levée de bouclier internationale contre sa loi anti-gays. Le chef de l'opposition ougandaise, Kizza Besigye a souligné que les bailleurs internationaux "auraient dû couper leur aide depuis longtemps à cause de droits plus fondamentaux [que le droit à l'orientation sexuelle]" qui étaient violés quotidiennement en Ouganda.

Avec AFP

Première publication : 28/02/2014

  • MÉDIAS

    Ouganda : un tabloïd publie "Le top des 200 principaux homosexuels ougandais"

    En savoir plus

  • OUGANDA

    Le président ougandais promulgue la très controversée loi anti-gay

    En savoir plus

  • OUGANDA

    Les homosexuels ougandais passibles de la prison à vie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)